Citadelle de Belle-Île-en-Mer

Citadelle de Belle-Île
Image illustrative de l’article Citadelle de Belle-Île-en-Mer
Citadelle de Belle-Île-en-Mer
Nom localCitadelle Vauban
Période ou styleLouis XIV
TypeFortifications
ArchitecteVauban
Début construction1549
Fin constructione siècle
Propriétaire initialFrançois de Rohan-Guéméné
Destination actuellemusée et hôtel
Protection Inscrit MH (1994)
Logo monument historique Classé MH (2007)
Site web classé
Coordonnées 47° 20′ 58″ nord, 3° 09′ 17″ ouest[1]
PaysDrapeau de la France France
Anciennes provinces de FranceBretagne
RégionBretagne
DépartementMorbihan
CommuneLe Palais

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Citadelle de Belle-Île

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

(Voir situation sur carte : Morbihan)
Citadelle de Belle-Île

Géolocalisation sur la carte : arrondissement de Lorient

(Voir situation sur carte : arrondissement de Lorient)
Citadelle de Belle-Île

Géolocalisation sur la carte : Belle-Île-en-Mer

(Voir situation sur carte : Belle-Île-en-Mer)
Citadelle de Belle-Île

La citadelle de Palais, située à Belle-Île-en-Mer, domine la commune de Palais.

C'est un fort dominant un havre qui est attesté très anciennement sous le nom de Balaë ou Pallaé, d'origine obscure[2], qui a donné son nom à la commune de Palais (et non du Palais, en raison de cette étymologie).

Ce fort a défendu l’île contre les pirates, les Espagnols et surtout les Anglais en 1683. Il a été agrandi par les ducs de Gondi de Retz, puis par le surintendant Fouquet qui en a fait une citadelle. Sa double enceinte, ses puissants bastions d'angle, ses dehors portent la marque de Vauban, qui y séjourne en 1683, 1687 et 1689. Assiégée à la fin de la guerre de Sept Ans, la citadelle tomba en 1761 entre les mains des Anglais qui occupèrent toute l'île jusqu'au traité de Paris de 1763.

Il a aussi servi de prison aux douze complices de la Voisin, compromise dans l'affaire des poisons, ainsi que du fils de l'homme politique haïtien Placide Toussaint-Louverture. Abandonné par l'armée, il a été vendu en 1960 et entièrement restauré par deux particuliers, M. et Mme André Larquetoux.

Other Languages