Chichén Itzá

Ville préhispanique de Chichen - Itza *
Logo du patrimoine mondialPatrimoine mondial de l'UNESCO
El Castillo (Pyramide de Kukulcán)
El Castillo (Pyramide de Kukulcán)
Coordonnées20° 40′ 58″ nord, 88° 34′ 07″ ouest
PaysDrapeau du Mexique Mexique
SubdivisionÉtat de Yucatán,
Municipalité de Tinum
TypeCulturel
Critères(i) (ii) (iii)
SuperficiePlus de 300 hectares[1]
Numéro
d’identification
483
Zone géographiqueAmérique latine et Caraïbes **
Année d’inscription1988 (12e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Chichén Itzá est une ancienne ville maya située entre Valladolid et Mérida dans la péninsule du Yucatán, au Mexique. Chichén Itzá fut probablement, au e siècle, le principal centre religieux du Yucatán ; il reste aujourd’hui l’un des sites archéologiques les plus importants et les plus visités de la région. Le site a été classé au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1988, et a été élu, le , comme l'une des sept nouvelles merveilles du monde après un vote controversé organisé par la New Seven Wonders Foundation.

La présence d'une cité maya à cet endroit est due à la présence d'au moins cinq puits naturels (cénotes)[2] qui constituaient un trésor inestimable dans cette région dépourvue d'eau. Le site doit d'ailleurs son nom à cette source d'eau souterraine : Chi signifie « bouche » et Chén, « puits »[3]. Itzá (« sorcier de l'eau » en maya yucatèque) est le nom du groupe qui, selon les sources ethnohistoriques, constituait la classe dirigeante de la cité.

À plus d'un égard Chichen Itzá demeure une énigme : sa chronologie, à cheval sur le Classique terminal et le Postclassique ancien, demeure floue ; l'identité des Itzá est incertaine et, surtout, la nature exacte des liens indéniables entre la cité maya et le Mexique central fait toujours l'objet de débats.

Histoire

Époque préhispanique

Les premières traces d'occupation et de construction, à Chichén Itzá, ont été datées des e ou e siècle[4]. Le plan architectural final a été développé au e siècle, avec l'émergence du pouvoir régional de la cité, qui devint la capitale de la zone du centre à la côte nord du Yucatán, et dont le pouvoir s'étendait jusqu'aux côtes est et ouest de la péninsule[5]. Selon les données dont disposaient les archéologues en 2003, Chichén Itzá aurait perdu ce pouvoir régional et se serait dépeuplée au e siècle[6].

Époque classique

La plus ancienne date en écriture maya découverte à Chichén Itzá équivaut à l'an 832[7].

Époque postclassique

La date la plus récente inscrite à Chichén Itzá en écriture maya évoque l'année 998 et a été découverte dans le temple dit de l'ossuaire (Osario)[7].

Époque coloniale

Histoire moderne

Fouilles archéologiques

Alfred Maudslay à Chichén Itzá en 1889.

À l'époque de la Conquête, les Conquistadors espagnols firent du site la première capitale du Yucatán (1532), mais l'abandonnèrent rapidement[8].

Au milieu du XIXe siècle, Chichen Itzá fut exploré par John Lloyd Stephens et Frederick Catherwood. En 1894, Edward Herbert Thompson fit l'acquisition de la plantation sur laquelle se trouvait le site. Il fut le premier à remonter des artefacts mayas à la surface du cénote (1904), d'abord en le draguant, ensuite en plongeant en scaphandre. Le produit des fouilles fut expédié au Peabody Museum[[réf. souhaitée]. À la suite d'une plainte de Teobert Maler, le gouvernement mexicain réclama la restitution de ces trésors archéologiques. En 1944, La Cour suprême du Mexique rendit un jugement en faveur de Thompson. En 1959, eu égard au ressentiment persistant des Mexicains, le Peabody Museum restitua une partie des objets[9]. Des fouilles scientifiques de grande envergure furent menées au XXe siècle par la Carnegie Institution, notamment sous la direction de Sylvanus Morley[10].

Travaux de restauration

Plusieurs campagnes de restauration ont été menées à Chichén Itzá. Les premiers travaux de grande ampleur furent commencés en 1922, sous la direction de Manuel Gamio[11],[12]. La dernière campagne de restauration, commencée en 2011 et encore inachevée, est la plus ambitieuse[12].

Tourisme et économie

Les allées à l'intérieur du site archéologique sont bordées de nombreux étals de souvenirs et de produits plus ou moins inspirés de l'art et de l'artisanat mésoaméricains.
L'ombre projetée par le soleil sur la pyramide de Kukulcán lors des équinoxes est un spectacle qui attire chaque année un grand nombre de touristes[13], jusqu'à 30 000 le 21 décembre 2012[14].

Un aéroport (« Aeropuerto de Chichén Itzá del Estado de Yucatán »[15], code AITA : CZA) a été construit en 2001 à environ 16 kilomètres du site de Chichén Itzá[16].

Other Languages
Afrikaans: Chichén Itzá
العربية: تشيتشن إيتزا
asturianu: Chichén Itzá
azərbaycanca: Çiçen-İtsa
беларуская: Чычэн-Іца
беларуская (тарашкевіца)‎: Чычэн-Іца
български: Чичен Ица
brezhoneg: Chichén Itzá
čeština: Chichén Itzá
ދިވެހިބަސް: ޗީޗެން އީޓްސާ
Ελληνικά: Τσιτσέν Ιτζά
English: Chichen Itza
Esperanto: Chichén Itzá
español: Chichén Itzá
Avañe'ẽ: Chichén Itzá
ગુજરાતી: ચિચેન ઇત્ઝા
hrvatski: Chichén Itzá
Հայերեն: Չիչեն Իցա
Bahasa Indonesia: Chichén Itzá
italiano: Chichén Itzá
Basa Jawa: Chichén Itzá
ქართული: ჩიჩენ-იცა
қазақша: Чичен-Ица
한국어: 치첸이트사
lietuvių: Čičen Ica
latviešu: Čičenica
македонски: Чичен Ица
монгол: Чичен Ица
Bahasa Melayu: Chichen Itza
مازِرونی: چیچن ایتزا
Nāhuatl: Chichén Itzá
Nedersaksies: Chichen Itza
Nederlands: Chichén Itzá
português: Chichén Itzá
Runa Simi: Chichen Itza
română: Chichén Itzá
русский: Чичен-Ица
srpskohrvatski / српскохрватски: Chichen Itza
Simple English: Chichen Itza
slovenčina: Chichen Itza
slovenščina: Chichen Itza
српски / srpski: Чичен Ица
Türkçe: Chichén Itzá
українська: Чичен-Іца
oʻzbekcha/ўзбекча: Chichen-itsa
Tiếng Việt: Chichén Itzá
Winaray: Chichen Itza
მარგალური: ჩიჩენ-იცა
中文: 奇琴伊察