Chamonix Hockey Club

Chamois de Chamonix
Description de l'image Chamois de Chamonix 2011.jpg.
Fondation 1910
Disparition 2016
Siège Blason ville fr Chamonix-Mont-Blanc (Haute-Savoie).svg Chamonix
Rhône-Alpes
Flag of France.svg France
Patinoire (aréna)

Centre sportif Richard-Bozon

1700 places assises
Couleurs jaune et bleu
Ligue Ligue Magnus
Entraîneur-chef Flag of France.svg Stéphane Gros
Président Flag of France.svg Michel Bibollet
Site web

Site officiel

Site Hockey Mineur
Crystal Clear app kworldclock.png
Pour la saison à venir, voir :
Championnat de France de hockey sur glace 2015-2016
Crystal Clear app kworldclock.png
Pour la saison dernière, voir :
Championnat de France de hockey sur glace 2014-2015

Le Chamonix Hockey Club ou les Chamois de Chamonix est un club de hockey sur glace français évoluant cette saison en Ligue Magnus et basé à Chamonix-Mont-Blanc. Les Chamois sont présidés par Michel Bibollet et entraînés par Stéphane Gros. Lors de la saison 2009-2010, Les Chamois ont fêté leurs 100 ans. Le club est celui qui a remporté le plus de fois le championnat de France de hockey sur glace (30 fois). Le club fusionne avec le HCMAG pour la saison 2016-2017 formant le Chamonix-Morzine Hockey Club.

Historique

1910-1930 : Les débuts

Le hockey sur glace se développe en France au début du XXe siècle d'abord dans les villes de Paris et Lyon, qui se partagent les tout premiers championnats de France [1].

Très rapidement, le sport s'implante dans les Alpes et le Hockey Club Chamonix-Mont-Blanc est créé dès 1910 [2], faisant suite à la création d'une patinoire naturelle en 1902 [3]. Dès 1911, Chamonix devient l'adversaire des clubs parisiens pour l'attribution du titre et organise quasiment chaque année la finale du championnat de France, ceci jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale [4].

Le club perd ses premières finales par de lourd scores (9-1, 12-1 et 14-0) mais l'interruption de la Première Guerre mondiale change la donne [5] : Les Savoyards perdent encore 3 finales (3-2, 3-1 et 6-2) puis remportent les sept éditions suivantes, de 1923 à 1931, comptant sur des joueurs tels Léonhard Quaglia ou Albert Hassler.

1931-1938 : L'épopée du Vel'D'hiv

En 1931 [6], c'est la rénovation du Vélodrome d'Hiver (ou Vel'D'hiv') par l'américain Jeff Dickson, qui monte de toutes pièces des clubs à Paris, grâce à des renforts canadiens [7]. Les Chamoniards, qui comptent sur des joueurs locaux, ne peuvent suivre et la domination s'arrête. Les « années folles » s'arrêtent en 1937, quand la société Jeff Dickson fait faillite à force d'abus [8].

1939-1979 : Concurrents Alpins

Les clubs parisiens presque tous disparus, Chamonix reprend sa domination et remporte quasiment chaque année le titre : 21 titres en 29 saisons, le moins bon résultat étant une 3 place en 1950 et 1957. Le CHC est seulement battu dans la course au tire par le Racing ( 1950 et 1951), l' ACBB de Philippe Potin, 1957, 1960, 1962 et Saint-Gervais en 1969. Le club s'appuie toujours sur sa formation et dispose alors de joueur comme Alain Bozon, considéré comme le meilleur de l'époque [9].

Car les Jeux olympiques de Grenoble de 1968 ont provoqué une fort développement des patinoires et du hockey en dehors de ses terres habituelles [10]. Le nombre de clubs et de joueurs augmentant, d'autres clubs compétitifs apparaissent, et après Saint-Gervais, premier club champion en dehors de Chamonix, de Lyon et de la région Parisienne, (et qui remporte également les titres 1974 et 1975), Gap remporte ceux des années 1977 et 1978. Mais le reste du temps, c'est toujours Chamonix qui rafle les titres.

En 1979 remporte son 30e et dernier titre de champion de France, et établit le record actuel de titres en France.

1980-2000 : Les seconds rôles

Le logo des Huskies

À la suite des bouleversements des JO de Grenoble, les clubs de « plaine » apparaissent dans les années 1980 : La saison 1979-1980, est à ce titre charnière car après le dernier titre de Chamonix, c'est le club de Tours qui remporte le titre national. Premier titre d'un club créé à la suite des JO de 1968, c'est aussi le premier titre d'un club en dehors des Alpes, de Paris ou de Lyon. Tours est également précurseur en étant le premier club à réaliser un recrutement à l'extérieur (et non pas fondé sur les joueurs locaux) et en payant ses joueurs ouvertement, comme des professionnels (le semi-professionnalisme étant la règle auparavant) [11].

Chamonix cesse alors sa domination devant cette profonde mutation du hockey français. Le club ne domine même plus les Alpes, Saint-Gervais puis le Mont-Blanc reprenant ce rôle. Le CHC quitte même l'élite après la saison 1987-1988 [12], rétrogradé sportivement et ne pouvant suivre l'escalade salariale sur le plan financier [13].

En 1988, le club prend le surnom des Huskies de Chamonix et remporte la Nationale 1B 1989-1990 [14]. Le club ne remonte cependant pas en élite, qui se transforme en Ligue nationale, ligue « professionnelle » fermée, à gestion autonome, dont les clubs sont censés accéder sur dossier [15]. À la suite de dépôts de bilan, Chamonix monte dans la Ligue Nationale pour la saison 1991-1992, et redevient Vice-champion de France [16]

La Ligue nationale disparait à la fin de cette saison 91-92, à la suite des abandons et dépôts de bilan qui continuent [17] et est remplacée par une élite à 16 clubs avec ascenseur sportif. Dans ce contexte difficile pour les clubs français, le CHC est vice-champion de France encore 2 fois, en 1993 [17] et 1994 [18].

À l'été 1996, la patinoire de Chamonix est rendue inutilisable à cause d'inondations et le club doit renoncer à son engagement en championnat de France [19], mais revient en élite l'année suivante. Le CHC, comptant toujours sur une majorité de joueurs français, finit la saison 1998-1999 sur une avant-dernière place et est relégué [20]. Il dépose le bilan au début de la saison suivante après quelques matchs seulement disputés en Division 1 [21].

2001-2016

Chamonix contre Tours en 2007.

Chamonix revient pour la saison 2001-2002, en Division 2 [22] sous le surnom actuel de Chamois de Chamonix. Le club alpin remonte en Division 1 pour la saison 2002-2003, grâce à la réforme des championnats [23].

C'est finalement pour la saison 2005-2006 que le club remonte en Ligue Magnus, à la faveur des rétrogradations des clubs de Mulhouse et Tours [24].

En 2008, le club est intronisé au temple de la renommée du hockey français [25].

Le club a fêté ses 100 ans le 19 février 2010 [26].

Lors de la saison 2011-2012, le CHC diffuse en streaming ses rencontres à domicile.

Le , les chamois de Chamonix disputent leur première finale depuis 1994 [27] et s’inclinent en Coupe de la Ligue sur le score de 6-4 face à Rouen une nouvelle fois.

Le 13 avril 2016, le club annonce le rapprochement avec le Hockey Club Morzine-Avoriaz-Les Gets afin de fusionner dans un nouveau club haut-savoyard d'élite de hockey pour la saison 2016-2017 [28].

Le 1er Juillet 2016, l'identité du club qui fusionne le CHC et le HCMAG est dévoilé. Les Pionniers du Chamonix-Morzine Hockey Club évoluent en Saxoprint Ligue Magnus pour la première fois en Septembre 2016 [29].

Other Languages