Cas grammatical

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CAS.

En linguistique, le cas est au sens large un trait grammatical principalement associé au nom, au pronom, à l' adjectif et au déterminant, et exprimant la fonction syntaxique de ceux-ci dans la proposition, ou leur rôle sémantique en rapport avec le procès exprimé par le verbe.

Par exemple, l’ accusatif est le cas du complément d'objet direct (fonction syntaxique) ; l’ élatif est le cas indiquant le lieu de l’intérieur duquel on sort (rôle sémantique).

Le cas ainsi défini de façon large peut s'exprimer dans les langues de trois manières :

Souvent l'utilisation du mot « cas » est limitée au troisième sens, restreinte aux situations où le dit cas s'exprime morphologiquement. L'ensemble des marques casuelles forme la déclinaison des noms, des adjectifs et des pronoms. Il existe souvent plusieurs séries de tels affixes, qui répartissent les mots déclinables en plusieurs déclinaisons selon la série de marques qu'ils sont susceptibles de porter.

Origine du terme

La formulation du concept de cas remonte à la Grèce ancienne : c'est en effet un trait grammatical saillant du grec ancien, qui comporte cinq cas. Les premiers grammairiens grecs ont nommé πτῶσις « chute » l'ensemble des variations formelles susceptibles d'affecter les mots : le terme s'apparentait donc plus à la notion moderne de flexion. Ce sont les stoïciens qui ont par la suite restreint le terme à son sens actuel de flexion liée à la fonction syntaxique.

Le choix de ce terme provient d'une métaphore conceptuelle des variations formelles comme déviation loin d'une position d'équilibre, assimilée à la forme habituelle de citation du mot (son lemme, en terminologie moderne). Cette position d'équilibre a reçu le nom de πτῶσις ὀρθή ou πτῶσις εὐθεῖα « cas direct » (correspondant au nominatif), les autres formes étant dénommées πτώσις πλάγια « cas oblique » [1], [2]. Cette terminologie subsiste encore de nos jours pour décrire certains systèmes à deux cas. Les termes spécifiques à chaque cas n'ont été introduits que plus tard.

Les grammairiens latins ont rendu la notion dans leur langue par un calque lexical : cāsus « chute », et ajouté, selon une métaphore semblable, le terme de dēclīnātiō, littéralement « inclinaison ». D'autres langues ont suivi le même exemple, telles l' allemand avec Fall (à côté de Kasus), le tchèque avec pád, etc.

Other Languages
Afrikaans: Naamval
Alemannisch: Kasus
العربية: حالة نحوية
azərbaycanca: İsmin hallanması
башҡортса: Килеш
Boarisch: Kasus
беларуская: Склон
bosanski: Padež
нохчийн: Дожар
čeština: Mluvnický pád
kaszëbsczi: Przëpôdk
Чӑвашла: Ӳкни
dansk: Kasus
Deutsch: Kasus
dolnoserbski: Pad (gramatika)
Ελληνικά: Πτώση
Esperanto: Kazo (gramatiko)
eesti: Kääne
estremeñu: Casus gramaticalis
suomi: Sija
føroyskt: Fall (mállæra)
Frysk: Namfal
עברית: יחסה
hrvatski: Padež
hornjoserbsce: Pad (gramatika)
magyar: Eset
Հայերեն: Հոլով
Bahasa Indonesia: Kasus (tata bahasa)
日本語:
қазақша: Септік
한국어:
kernowek: Kays Gramasek
Limburgs: Naomval
lietuvių: Linksnis
latviešu: Locījums
македонски: Падеж
മലയാളം: വിഭക്തി
Bahasa Melayu: Kasus tatabahasa
Nederlands: Naamval
norsk nynorsk: Kasus
norsk bokmål: Kasus
ਪੰਜਾਬੀ: ਕਾਰਕ
Papiamentu: Caso gramatical
polski: Przypadek
português: Caso gramatical
русский: Падеж
саха тыла: Түһүк (тыл)
sicilianu: Casu
srpskohrvatski / српскохрватски: Padež
Simple English: Case (grammar)
slovenčina: Pád (jazykoveda)
slovenščina: Sklon
српски / srpski: Падеж
svenska: Kasus
ไทย: การก
Türkçe: İsmin hâlleri
татарча/tatarça: Килеш
тыва дыл: Падеж
українська: Відмінок
oʻzbekcha/ўзбекча: Kelishik
Tiếng Việt: Cách (ngữ pháp)
中文: 格 (语法)