Camille de Rocca Serra (homme politique, 1954)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rocca Serra.
Camille de Rocca Serra
Image illustrative de l'article Camille de Rocca Serra (homme politique, 1954)
Fonctions
Conseiller territorial de Corse
En fonction depuis le
(13 ans, 6 mois et 15 jours)
Élection 28 mars 2004
Réélection 21 mars 2010
13 décembre 2015
Président de l' Assemblée de Corse

(5 ans, 11 mois et 21 jours)
Prédécesseur José Rossi
Successeur Dominique Bucchini
Député de la 2e circonscription
de la Corse-du-Sud

(15 ans et 1 jour)
Élection 16 juin 2002
Prédécesseur Roland Francisci
Successeur Paul-André Colombani
Maire de Porto-Vecchio

(7 ans, 1 mois et 9 jours)
Prédécesseur Jean-Paul de Rocca Serra
Successeur Georges Mela
Conseiller général de la Corse-du-Sud
élu dans le canton de Porto-Vecchio

(13 ans, 4 mois et 25 jours)
Prédécesseur Jean-Paul de Rocca Serra
Successeur Denis de Rocca Serra
Biographie
Date de naissance (63 ans)
Lieu de naissance Porto-Vecchio
Nationalité Française
Parti politique UMP
Les Républicains
Père Jean-Paul de Rocca Serra
Mère Renée de Rocca Serra
Conjoint Mathilde Malmenayde
Diplômé de Université Panthéon-Assas
Résidence Paris

Camille de Rocca Serra, né le à Porto-Vecchio, est un homme politique français, membre de l' Union pour un mouvement populaire (UMP) puis des Républicains (LR). Député de la 2e circonscription de Corse-du-Sud de 2002 à 2017, il a été président de l' Assemblée de Corse de 2004 à 2010.

Biographie

Il est le fils de Jean-Paul de Rocca Serra, ancien parlementaire corse.

Maire de Porto-Vecchio de 1997 à 2004, Camille de Rocca Serra est élu député le 16 juin 2002, dans la 2e circonscription de la Corse-du-Sud. Membre du groupe UMP, il est réélu le 10 juin 2007 dès le premier tour, avec 51,02 % dès suffrages [1].

À l'issue du second tour de l' élection territoriale de 2004 en Corse, la liste qu'il conduit en ticket avec Ange Santini obtient 25,05 % des voix et 15 sièges sur 51 à l' Assemblée de Corse [2]. Il en devient le président le , mais démissionne aussitôt, refusant de devoir son élection aux nationalistes [3]. Son élection est confirmée trois jours plus tard, puisqu'il recueille 30 voix sur son nom, contre 17 au radical de gauche Émile Zuccarelli [4]. La Corse est alors l'une des deux seules régions conservées par la droite.

La liste de Camille de Rocca Serra, qui brigue un nouveau mandat à l' élection territoriale de 2010, est défaite par celle de la gauche unie, qui remporte 36,62 % des voix au second tour, contre 27,65 % à la liste de la majorité présidentielle. Avec 12 élus de droite à l' Assemblée de Corse, le président sortant est battu par le communiste Dominique Bucchini le [5].

Il est réélu député de la 2e circonscription de la Corse-Sud avec 53,20 % des voix exprimées [6], le 17 juin 2012 déjouant tous les pronostics et arrivant en tête dans la majorité des cantons et des communes de la circonscription.

Il soutient François Fillon pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016 [7].

Other Languages