Cambodge

Royaume du Cambodge

ព្រះរាជាណាចក្រកម្ពុជា (km)

Preăhréachéanachâkr Kâmpŭchéa (km)

Drapeau
Drapeau du Cambodge
Blason
Armoiries du Cambodge
Devise nationale Nation, Religion, Roi
Hymne national Nokoreach
Administration
Forme de l'État Monarchie constitutionnelle élective
Roi Norodom Sihamoni
Premier ministre Hun Sen
Langues officielles Khmer
Capitale Phnom Penh

11° 33′ N, 104° 55′ E

Géographie
Plus grande ville Phnom Penh
Superficie totale 181 035  km2
( classé 88e)
Superficie en eau 2,5 %
Fuseau horaire UTC + 7
Histoire
Indépendance De la France
Date
Démographie
Gentilé Cambodgien
Population totale (2015) 15 708 756 hab.
( classé 69e)
Densité 73 hab./km2
Économie
Monnaie Riel ( KHR​)
Divers
Code ISO 3166-1 KHM​
Domaine Internet .kh
Indicatif téléphonique +855

Le Cambodge, en forme longue le Royaume du Cambodge, en khmer Kâmpŭchéa et ព្រះរាជាណាចក្រកម្ពុជា, Preăhréachéanachâkr Kâmpŭchéa, aussi appelé Srok Khmer, ស្រុកខ្មែរ, littéralement « Pays des Khmers », est un pays d' Asie du Sud-Est, peuplé d’environ 15 millions d'habitants.

La capitale du royaume est Phnom Penh. Le Cambodge est l’ État successeur de l’ Empire khmer hindouiste et bouddhiste qui régna sur pratiquement toute la péninsule d’Indochine entre le XIe et le XIVe siècles. Le Cambodge a des frontières communes avec la Thaïlande à l'ouest et au nord-ouest, avec le Laos au nord-est et avec le Viêt Nam à l'est et au sud-est.

Les citoyens du pays portent le nom de Cambodgiens ou Khmers en référence à l’ethnie khmère. La majorité des Cambodgiens sont de religion bouddhiste theravāda (96 % de la population, religion d'État), bien que le pays comporte une communauté musulmane cham (2 %) ainsi que quelques tribus des montagnes et une communauté chrétienne (1 %) [1].

La prise de pouvoir des Khmers Rouges en 1975 entraîne la mort de centaines de milliers de cambodgiens. L' agriculture reste le secteur économique dominant (57,6 % de la population active et 33,4 % du PIB) [1]. Les industries principales du Cambodge sont la confection et le tourisme (plus de 2 millions en 2007-08 [2]). Du pétrole et du gaz ont été découverts dans les eaux territoriales du pays en 2005. Malgré l'extrême pauvreté d'une grande partie de la population (31 % en dessous du seuil de pauvreté [1]), le Cambodge connaît depuis la fin des années 1990 un fort développement économique et bénéficie de l'afflux d'investissements internationaux. Entre 2004 et 2007, le PIB du royaume connut une croissance moyenne de 10 % par an [1]. Malgré cette embellie, le PIB par habitant du Cambodge reste, avec seulement 773 dollars par an et par habitant [1], bien en dessous de la moyenne régionale et au même niveau que nombre de pays d'Afrique sub-saharienne.

Le Cambodge a un climat tropical.

Histoire

Le temple d' Angkor vat érigé au XIIe siècle.

Le Cambodge actuel se veut l’héritier de l’ empire khmer qui dominait la majeure partie de la péninsule indochinoise au XIIe siècle. De nombreux temples furent érigés sur l’ensemble du territoire, dont le plus notable est Angkor vat. S’en suivra un long déclin au profit du Siam à l’ouest puis de l’ Annam à l’est ; paradoxalement, cet affaiblissement ne prendra fin qu’avec la mise sous tutelle du pays par la France, à la suite de la signature d’un traité de « protectorat » en 1863. Les milieux nationalistes instrumentaliseront pour leur part souvent ce déclin, en attribuant la responsabilité aux différents dirigeants qui s’étaient succédé et qui par intérêt auraient permis cette décadence. Il convenait donc d’après eux de les écarter pour pouvoir renouer avec les fastes d’antan. Ce retour à la gloire d’Angkor sera sous plusieurs formes le cheval de bataille de la plupart des dirigeants de la seconde moitié du XXe siècle [3].

Le protectorat français intégré à l' Indochine française se termine le par l'indépendance du pays, à la fin de la guerre d'Indochine. Devenu une monarchie constitutionnelle (dès 1947) dirigée par le roi Norodom Sihanouk, le pays affiche une politique de neutralité dans la guerre du Viêt Nam, mais dès 1966 ne s'oppose pas au transit par son territoire des troupes et des fournitures du Nord Viêt Nam à destination des combattants anti-américains du Front national de libération du Sud Viêt Nam (Việt Cộng).

Confronté, à partir de 1967-68, à une insurrection fomentée par les Khmers rouges — des rebelles communistes d'inspiration maoïste —, avec une économie qui va de mal en pis, Norodom Sihanouk doit se résoudre à confier le la direction du gouvernement au général Lon Nol, son pilier militaire, connu pour son anticommunisme, en échange d'une aide américaine. [[réf. souhaitée] Le , Lon Nol, poussé par le prince Sirik Matak, de la branche Sisowath concurrente, renverse Sihanouk en déplacement à l'étranger ( Moscou et Pékin) et instaure la république khmère. Devenu allié des États-Unis, le Cambodge est alors intégré à la stratégie d' endiguement du communisme en Asie du Sud-Est.


Avec l'appui de la Chine, les Khmers rouges déclenchent alors une véritable guerre contre les forces gouvernementales. En sus de cette guerre civile, le pays est entraîné dans la guerre du Viêt Nam. Dès 1970, les Khmers rouges sont en passe de gagner, mais les États-Unis interviennent intensivement (larguant plus de 2,7 millions de tonnes de bombes, faisant du Cambodge le pays le plus bombardé de l'histoire [4]) et maintiennent provisoirement le régime républicain (avril-juin 1970). Cependant, lorsqu'en 1973 les États-Unis se désengagent de la région, leurs frappes aériennes ne parviennent plus à arrêter la menace communiste. Les Khmers rouges de Pol Pot, soutenus par la République populaire de Chine, prennent Phnom Penh le et installent un régime autoritaire maoïste.

Articles détaillés : Kampuchéa démocratique et Khmers rouges.
Carte du Cambodge, réalisée avec des ossements de victimes du régime khmer rouge, un temps exposée au musée de Tuol Sleng.

L'« Angkar » (organisation) des Khmers rouges applique alors une politique maximaliste, plus extrémiste encore que celle des Soviétiques et des maoïstes, visant notamment à purifier le pays de la civilisation urbaine et bourgeoise. Les villes, à l'image de Phnom Penh dans la nuit du 17 au 18 avril 1975, sont vidées de leurs habitants, envoyés en rééducation dans les campagnes.

La traque systématique des anciennes élites, « identifiées » parce que parlant des langues étrangères ou portant des lunettes (par exemple), ajoutée aux mines placées par les deux camps, à la malnutrition et aux maladies, aboutit à des massacres de masse et à une catastrophe humanitaire d'origine politique. Le chiffrage du nombre de victimes est un travail difficile et sur lequel les historiens ne sont pas encore parvenus à un consensus. Le chiffre de 1,7 million de victimes directes et indirectes est le plus communément admis.

Le , redoutant le chaos s'installant chez son voisin, le Viêt Nam envahit le Cambodge et provoque la destruction des rizières, entraînant l'effondrement du régime des Khmers rouges. Les autorités vietnamiennes installent un gouvernement proche de leurs intérêts et réorganisent le pays selon le modèle socialiste laotien et vietnamien. Une guérilla rassemblant des mouvements divers allant des Khmers Rouges aux mouvements royalistes appuyés par la Thaïlande fait alors rage dans le pays semant la destruction dans toutes les provinces. Des millions de mines sont alors disséminées à travers tout le territoire et nombre d'entre elles perdurent jusqu’aujourd'hui. Des centaines de milliers de réfugiés, repoussés par les combats, passent la frontière thaïlandaise et trouvent refuge dans des camps encadrés par l'armée royale thaïe (camps de Sa Keo, Nong Samet et Nong Chan). Durant toute la décennie des années 1980, le pays est ruiné et divisé au gré des combats. La malnutrition fait des ravages et les épidémies causent des milliers de morts alors que le pays ne dispose plus ni d'alimentation ni de médicaments.

Un char M41 "Walker bulldog", vestige de la vingtaine d'années de guerres, est reconverti en aire de jeux pour les enfants.

Après le départ des forces du Viêt Nam en 1989 et l'envoi de forces de l' ONU au début des années 1990, le régime retrouvera peu à peu un semblant d'autonomie tout en restant régulièrement dénoncé pour ses atteintes aux droits de l'Homme. Le premier ministre actuel Hun Sen, placé au pouvoir par le Viêt Nam, dirige le pays depuis cette période, et s'est maintenu au sommet grâce à trois élections douteuses successives dans un climat patent de violence politique. Le principal opposant, Sam Rainsy, s'est réfugié à Paris en 2005. Le roi Norodom Sihanouk, redevenu chef de l’État en 1993, a abdiqué une seconde fois en 2004 au profit de son fils cadet Norodom Sihamoni, ancien danseur classique et ambassadeur du Cambodge auprès de l' Unesco à Paris.

Le Cambodge est aujourd'hui confronté à une série de choix douloureux. Son économie, qui dépend encore très largement de l'aide internationale (en 2001, un tiers du budget de l'État provenait de donateurs internationaux), souffre d'une corruption très importante (pays classé 157e sur 176 de l' Indice de perceptions de la corruption Transparency International en 2012 [5]). De nombreux trafics (pierres précieuses, bois, filières de prostitution, drogues) en direction des pays voisins et un système judiciaire de qualité médiocre pénalisent le développement économique. [[réf. souhaitée] D'autres problèmes hérités du désastre khmer rouge obèrent aussi le développement du pays comme la question des terres (le cadastrage, supprimé par les Khmers Rouges, est encore loin d'être finalisé) ou l'éducation, le système éducatif ayant été complètement détruit par les Khmers rouges (enseignants assassinés, etc.).

Actuellement, le secteur touristique et le textile (présence de grandes chaînes internationales de prêt-à-porter) sont les principaux pourvoyeurs de devises du pays. La stabilité politique établie sous l'autorité de Hun Sen attire nombre d'investisseurs étrangers et permet au pays de bénéficier d'un des plus forts taux de croissance de la région (+10 % par an entre 2004 et 2007) [1].

En janvier 2011, des rivalités territoriales avec la Thaïlande autour du temple de Preah Vihear (patrimoine mondial de l'humanité UNESCO) entraînent des violences entre les deux voisins. Des bombardements visant le Cambodge font une dizaine de morts. Côté thaïlandais, deux soldats sont tués. Les tensions restent cependant limitées à la zone frontalière aux abords directs du temple et les échanges commerciaux entre les deux pays continuent à se développer.

Other Languages
Acèh: Kamboja
адыгабзэ: Камбоджэ
Afrikaans: Kambodja
Alemannisch: Kambodscha
አማርኛ: ካምቦዲያ
aragonés: Cambocha
Ænglisc: Cambodia
العربية: كمبوديا
অসমীয়া: কম্বোডিয়া
asturianu: Camboya
azərbaycanca: Kamboca
تۆرکجه: کامبوج
башҡортса: Камбоджа
Boarisch: Kambodscha
žemaitėška: Kambuodža
Bikol Central: Kambodya
беларуская: Камбоджа
беларуская (тарашкевіца)‎: Камбоджа
български: Камбоджа
भोजपुरी: कंबोडिया
བོད་ཡིག: ཁམ་པོ་ཛ།
বিষ্ণুপ্রিয়া মণিপুরী: কম্বোডিয়া
brezhoneg: Kambodja
bosanski: Kambodža
ᨅᨔ ᨕᨘᨁᨗ: Kamboja
буряад: Кампучи
català: Cambodja
Mìng-dĕ̤ng-ngṳ̄: Gāng-puŏ-câi
нохчийн: Камбоджа
Cebuano: Kamboya
کوردیی ناوەندی: کەمبۆدیا
qırımtatarca: Kamboçiya
čeština: Kambodža
kaszëbsczi: Kambòdżô
Чӑвашла: Камбоджа
Cymraeg: Cambodia
dansk: Cambodja
Deutsch: Kambodscha
Zazaki: Kamboçya
dolnoserbski: Kambodža
ދިވެހިބަސް: ކެންބޯޑިއާ
eʋegbe: Cambodia
Ελληνικά: Καμπότζη
English: Cambodia
Esperanto: Kamboĝo
español: Camboya
eesti: Kambodža
euskara: Kanbodia
estremeñu: Camboya
فارسی: کامبوج
Fulfulde: Kammbooja
suomi: Kambodža
Võro: Kambodža
føroyskt: Kambodja
arpetan: Cambodg·e
Nordfriisk: Kambodscha
Frysk: Kambodja
Gaeilge: An Chambóid
Gagauz: Kamboca
贛語: 柬埔寨
Gàidhlig: Cambuidea
galego: Cambodja
Avañe'ẽ: Kambója
गोंयची कोंकणी / Gõychi Konknni: कंबोडिया
ગુજરાતી: કમ્બોડીયા
Hausa: Kambodiya
客家語/Hak-kâ-ngî: Kán-pu-chhài
Hawaiʻi: Kamabodia
עברית: קמבודיה
हिन्दी: कम्बोडिया
Fiji Hindi: Cambodia
hrvatski: Kambodža
hornjoserbsce: Kambodźa
Kreyòl ayisyen: Kanbòdj
magyar: Kambodzsa
Հայերեն: Կամբոջա
interlingua: Cambodgia
Bahasa Indonesia: Kamboja
Interlingue: Cambodja
Iñupiak: Cambodia
Ilokano: Cambodia
íslenska: Kambódía
italiano: Cambogia
日本語: カンボジア
Patois: Kambuodia
Basa Jawa: Kamboja
ქართული: კამბოჯა
Qaraqalpaqsha: Kambodja
Адыгэбзэ: Камбоджэ
Gĩkũyũ: Cambodia
қазақша: Камбоджа
ಕನ್ನಡ: ಕಾಂಬೋಡಿಯ
한국어: 캄보디아
Kurdî: Kamboca
kernowek: Kamboji
Кыргызча: Камбожа
Latina: Cambosia
Lëtzebuergesch: Kambodscha
Limburgs: Cambodja
Ligure: Camboggia
lumbaart: Cambogia
lingála: Kamboji
لۊری شومالی: کامبوٙج
lietuvių: Kambodža
latviešu: Kambodža
मैथिली: कम्बोडिया
Basa Banyumasan: Kamboja
мокшень: Камбоджа
Malagasy: Kambodia
Māori: Kamapōtia
Baso Minangkabau: Kamboja
македонски: Камбоџа
മലയാളം: കംബോഡിയ
монгол: Камбож
मराठी: कंबोडिया
Bahasa Melayu: Kemboja
Malti: Kambodja
Mirandés: Camboja
مازِرونی: کامبوج
Dorerin Naoero: Kambodja
Nāhuatl: Camboya
Napulitano: Camboggia
Plattdüütsch: Kambodscha
नेपाली: कम्बोडिया
नेपाल भाषा: क्याम्बोदिया
Nederlands: Cambodja
norsk nynorsk: Kambodsja
norsk bokmål: Kambodsja
Novial: Kambodia
occitan: Cambòtja
Livvinkarjala: Kambodža
Oromoo: Kamboodiyaa
ਪੰਜਾਬੀ: ਕੰਬੋਡੀਆ
Kapampangan: Kambodya
Papiamentu: Camboja
Picard: Cambodge
Norfuk / Pitkern: Kamboedya
polski: Kambodża
Piemontèis: Cambògia
پنجابی: کمپوچیا
پښتو: کمبودیا
português: Camboja
Runa Simi: Kambuya
rumantsch: Cambodscha
română: Cambodgia
armãneashti: Cambogia
русский: Камбоджа
Kinyarwanda: Kambodiya
саха тыла: Камбодьа
sardu: Cambògia
sicilianu: Camboggia
Scots: Cambodie
سنڌي: ڪمبوڊيا
sámegiella: Cambodja
srpskohrvatski / српскохрватски: Kambodža
සිංහල: කාම්බෝජය
Simple English: Cambodia
slovenčina: Kambodža
slovenščina: Kambodža
Gagana Samoa: Kemupotia
chiShona: Cambodia
Soomaaliga: Kambodiya
shqip: Kamboxhia
српски / srpski: Камбоџа
SiSwati: IKhambodiya
Basa Sunda: Kamboja
svenska: Kambodja
Kiswahili: Kamboja
ślůnski: Kambodża
తెలుగు: కంబోడియా
tetun: Kamboja
тоҷикӣ: Камбоҷа
Türkmençe: Kamboja
Tagalog: Cambodia
Tok Pisin: Cambodia
Türkçe: Kamboçya
татарча/tatarça: Камбоҗа
chiTumbuka: Cambodia
удмурт: Камбоджа
ئۇيغۇرچە / Uyghurche: كامبوجا
українська: Камбоджа
اردو: کمبوڈیا
oʻzbekcha/ўзбекча: Kambodja
vepsän kel’: Kambodž
Tiếng Việt: Campuchia
Volapük: Kambocän
walon: Cambodje
Winaray: Camboya
Wolof: Kamboodi
吴语: 柬埔寨
მარგალური: კამბოჯა
ייִדיש: קאמבאדיע
Yorùbá: Kàmbódíà
Vahcuengh: Genjbujcai
Zeêuws: Cambodja
中文: 柬埔寨
文言: 柬埔寨
Bân-lâm-gú: Kampuchea
粵語: 柬埔寨