Calendrier grégorien

Le calendrier grégorien est un calendrier solaire conçu à la fin du XVIe siècle pour corriger la dérive séculaire du calendrier julien alors en usage. Il porte le nom de son instigateur, le pape Grégoire XIII. Adopté à partir de 1582 dans les États catholiques, puis dans les pays protestants, son usage s'est progressivement étendu à l'ensemble du monde au début du XXe siècle. Le calendrier grégorien s'est imposé dans la majeure partie du monde pour les usages civils ; de nombreux autres calendriers sont utilisés pour les usages religieux ou traditionnels.

Structure du calendrier grégorien

Le calendrier grégorien reprend en grande partie la structure du calendrier julien de la Rome antique en vigueur jusqu'alors : les subdivisions en mois et en semaines sont identiques, et le décompte des années se fait également à partir de l' Anno Domini, point de départ de l' ère chrétienne.

La différence majeure réside dans la détermination des années bissextiles.

Subdivisions

Le calendrier grégorien est un calendrier solaire divisé en douze mois, de durée inégale :

1er trimestre 2e trimestre 3e trimestre 4e trimestre
janvier, 31 jours
février, 28 ou 29 jours
mars, 31 jours
avril, 30 jours
mai, 31 jours
juin, 30 jours
juillet, 31 jours
août, 31 jours
septembre, 30 jours
octobre, 31 jours
novembre, 30 jours
décembre, 31 jours
90 ou 91 jours 91 jours 92 jours 92 jours

Une période de sept jours forme une semaine. Les jours d’une semaine ont chacun un nom : en français, lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi et dimanche. Une période de 28, 29, 30 ou 31 jours (soit un peu plus de quatre semaines) forme un mois, et une période de douze mois, une année.

Décompte des années et des siècles

L’ère ordinairement utilisée avec le calendrier grégorien est l’ ère chrétienne, c’est-à-dire « après Jésus-Christ » ( Anno Domini en latin, locution encore utilisée en anglais et le plus souvent notée après l'année sous sa forme abrégée AD, et autrefois désignée en français comme « an de grâce » ou « an du Seigneur »).

L’ère qui précède est l’ère pré-chrétienne ; elle est décomptée en sens opposé, là aussi à partir d'une référence théorique à Jésus-Christ. On est dans la direction « avant Jésus-Christ » souvent abrégée en français « av. J.-C. ». Les années « av. J.-C. » sont souvent notées négativement.

Il n'y a pas d'année zéro, l'année 1 « après Jésus-Christ » succède à l'année 1 « avant Jésus-Christ », parfois notée -1. En conséquence, le premier siècle comprend l'année 100, le deuxième siècle débute le 1er janvier 101, et ainsi de suite. Ainsi, le XXe siècle s'est achevé le 31 décembre 2000 et non le 31 décembre 1999, jour où se sont déroulées les festivités de toute nature pour le «  passage à l'an 2000 », par confusion entre année en cours et année échue. Le XXIe siècle a débuté le 1er janvier 2001.

Les années bissextiles

La raison du changement : le problème du comput

Le calendrier julien établi par l'astronome Sosigène insérait une journée bissextile tous les 4 ans, et attribuait donc à l’année une durée moyenne de 365,25 jours. Or, l' année tropique moyenne dure 365,2421898 jours (soit environ 365 jours h 48 min 45,198 s) [1].

Ceci induisait un décalage d’environ 8 jours par millénaire par rapport au temps vrai, qui était déjà perceptible lors du premier concile de Nicée, en 325, lorsqu'on y arrêta la règle de calcul de la date de Pâques. L' équinoxe de printemps tombait alors le 21 mars au lieu du 25 mars, référence initiale du calendrier julien, mais ce fut imputé à une erreur de calcul de Sosigène [2].

Ce décalage avait pour effet que l' équinoxe de printemps légal glissait progressivement en s'éloignant de l'équinoxe de printemps réel, et que ce dernier « remontait » donc lentement dans le calendrier, pour se situer aux alentours du 10 mars (julien) au XVIe siècle. La date de Pâques, fixée par les règles du comput au dimanche suivant la première pleine lune de printemps en fonction de cet équinoxe théorique ( 21 mars), dérivait lentement vers l'été, et avec elle tout le calendrier liturgique.

Un nouveau mode de calcul des années bissextiles

Le calendrier grégorien reste un calendrier solaire se basant non sur la révolution de la Terre autour du Soleil (hypothèse non validée à l'époque), mais sur le retour au point vernal du soleil chaque printemps, permettant le calcul du début de l'année quelques jours après le solstice d'hiver, en 365,2421898  jours de 24  heures. Le calendrier grégorien donne un temps moyen de l'année de 365,2425 jours. Pour assurer un nombre entier de jours à l'année, on y ajoute tous les 4 ans (années dont le millésime est divisible par 4) un jour intercalaire, le 29 février (voir année bissextile), à l'exception des années séculaires qui ne sont bissextiles que si leur millésime est divisible par 400.

On considéra donc comme années communes (années de 365 jours) les millésimes qui sont multiples de 100 sans être multiples de 400. Ainsi 1600 et 2000 furent bissextiles, mais pas 1700, 1800, 1900 qui furent communes. De même, 2100, 2200, 2300 seront communes, alors que 2400 sera une année bissextile.

En appliquant cette règle, on arrive à une année de 365,2425 jours au lieu de 365,2421898 jours soit un excès de 1 jour en 3 223 ans, ou 26,8 secondes par an. Il a été proposé d'amender la règle pour considérer les années multiples de 4 000 comme normales. Mais du fait du raccourcissement de l'année tropique évalué à 0,5 s par siècle et de l'allongement du jour de 1,64 milliseconde par siècle, il est illusoire d'arriver à ce niveau de précision, les incertitudes sur la durée de l'année sur 10 000 ans étant du même ordre de grandeur.

Other Languages
العربية: تقويم ميلادي
azərbaycanca: Qriqori təqvimi
беларуская (тарашкевіца)‎: Грэгарыянскі каляндар
বিষ্ণুপ্রিয়া মণিপুরী: গ্রেগরিয়ান পাঞ্জী
Chavacano de Zamboanga: Calendario Gregoriano
Mìng-dĕ̤ng-ngṳ̄: Gregorius Lĭk-huák
کوردیی ناوەندی: ڕۆژژمێری زایینی
dolnoserbski: Gregorjaniska pratyja
ދިވެހިބަސް: މީލާދީ ކަލަންޑަރު
emiliàn e rumagnòl: Lunâri Gregoriân
客家語/Hak-kâ-ngî: Gregorius La̍k-fap
hornjoserbsce: Gregorianiska protyka
Kreyòl ayisyen: Almanak gregoryen
Bahasa Indonesia: Kalender Gregorius
한국어: 그레고리력
къарачай-малкъар: Григориан орузлама
kernowek: Calans gregorek
Lëtzebuergesch: Gregorianesche Kalenner
Basa Banyumasan: Kalendher Gregorian
Bahasa Melayu: Kalendar Gregory
مازِرونی: میلادی تقویم
Plattdüütsch: Gregoriaansch Klenner
Nedersaksies: Gregoriaanse kelender
Sesotho sa Leboa: Tšhupamabaka ya Gregorian
srpskohrvatski / српскохрватски: Gregorijanski kalendar
Simple English: Gregorian calendar
slovenščina: Gregorijanski koledar
Gagana Samoa: Kalena Kurekoria
Basa Sunda: Kalénder Grégori
Türkçe: Miladi takvim
татарча/tatarça: Милади тәкъвим
oʻzbekcha/ўзбекча: Grigoriy taqvimi
Tiếng Việt: Lịch Gregorius
吴语: 公曆
中文: 公历
文言: 格里曆
Bân-lâm-gú: Gregorius Le̍k-hoat
粵語: 公曆