Calendrier chinois

Calendrier mixte présentant le système grégorien en bas et la carte du zodiaque chinois au-dessus.

Le calendrier chinois est un calendrier luni-solaire ( chinois simplifié : 阴阳历 ; chinois traditionnel : 陰陽曆 ; pinyin : yīn-yáng lì), les mois sont des mois lunaires, c'est-à-dire que le premier jour de chaque mois est la nouvelle lune et que le 15e jour est la pleine lune ; puisque dans une année solaire il y a douze mois lunaires et plus d'une dizaine de jours, on ajoute sept mois intercalaires (闰月, rùnyuè) au cours de dix-neuf ans, pour que l'année reste dans l'ensemble une année solaire.

Durant l'Antiquité, des observations diverses (mouvements de la Lune, du Soleil et de la planète Jupiter, longueur des ombres, durée relative des jours et des nuits, phénomènes agricoles) ont été combinées pour aboutir sous les Han à un calendrier très proche de l'actuel.

Selon la tradition, le premier système calendaire ( cycle sexagésimal) fut créé par l' Empereur jaune en 2637 avant notre ère et appliqué à partir de son année de naissance -2697 ou de conception -2698.

Le calendrier grégorien fut officiellement adopté par la République de Chine en 1912 (avec multiples changements tel que l'an 1 correspond à la fondation de la République), mais du fait du maintien des habitudes populaires et de l'occupation du nord de la Chine par les Seigneurs de la guerre, il fallut attendre le pour qu'il soit appliqué sur toute l'étendue du pays. L' heure officielle choisie fut celle des premiers ports ouverts à l'Occident, sur la côte Est (120°de longitude Est), et non plus celle de Pékin.

Le calendrier chinois est largement utilisé par les paysans pour mieux gérer l'agriculture, et les fêtes traditionnelles ou religieuses comme le Nouvel An chinois ou la Fête de la mi-automne, ainsi que l' astrologie sont issues de ce calendrier.

Le calendrier chinois porte plusieurs noms, les plus courants étant 夏历 / 夏曆, xìalì, « calendrier des Xia » et 农历 / 農曆, nónglì, « calendrier agricole », ou dans le langage quotidien 阴历 / 陰曆, yīnlì, « calendrier lunaire » qui est l'appellation usuelle du « calendrier luni-solaire ».

Le calendrier officiel est appelé 公历 / 公曆, gōnglì, « calendrier commun » ou 西历 / 西曆, xīlì, « calendrier occidental », et dans le langage quotidien 阳历 / 陽曆, yánglì, « calendrier solaire ».

Les populations non- Han avaient en général leurs propres calendriers, encore utilisés par les minorités nationales de République populaire de Chine pour déterminer leurs jours de fête.

Évolution

L'association luni-solaire est ancienne, puisqu'on a retrouvé sur des écrits divinatoires de la dynastie Shang l'année de 12 mois lunaires avec 1 ou 2 mois intercalaires.

C'est à partir de 841 av. J.-C. ( Zhou occidentaux) que l'on a des indications calendaires précises. Le premier mois du calendrier Zhou commence toujours aux alentours du solstice d'hiver ; il n'y a pas de règle astronomique précise pour la place du mois intercalaire. Le calendrier royal n'est pas en vigueur partout car les vassaux en promulguent parfois un autre de leur choix dans leur fief, particulièrement à partir des Royaumes combattants, lorsque le pouvoir central ne fait plus le poids devant la montée des hégémons. C'est vers cette période, en 484 av. J.-C., qu'apparaît un système comparable au cycle métonique qui prévoit sept années bissextiles (contenant chacune un mois supplémentaire) réparties sur un cycle de 19 ans.

En 256 av. J.-C., le royaume de Qin fixe le 11e mois au solstice d'hiver. Comme Qin fondera l'empire, ce principe sera repris par les Han pour le calendrier Taichu ou calendrier du « Grand commencement » (太初, tàichū instauré en 104 av. J.-C. par l'empereur Wudi. Bien qu'il subsiste d'autres calendriers spécialisés (astrologiques, astronomiques etc.), le calendrier Taichu devient la référence principale jusqu'au e siècle.

Le solstice d'hiver y tombe toujours au 11e mois. Est considéré comme intercalaire le mois pendant lequel le Soleil n'entre pas dans un nouveau signe. En raison des difficultés de calcul astronomique, les mouvements du Soleil et de la Lune sont tout d'abord des moyennes, et non les mouvements réels. C'est seulement en 619, sous les Tang, que la Lune réelle remplace la lune moyenne. L'utilisation du Soleil réel devient possible à partir de 1645 ( dynastie Qing) grâce au calcul par sinusoïdes introduit par le Jésuite Adam Schall.

Dans les calendriers officiels les mois sont indiqués par leur numéro d'ordre (1 à 12), mais la tradition populaire leur donnait souvent des noms. Celui du premier mois, zhēngyuè (正月), « mois rectifié », est encore utilisé (il correspond aussi au nom du premier mois non intercalaire du calendrier lunaire, puisque le premier mois solaire contient presque entièrement et souvent entièrement le premier mois lunaire) ; dōngyuè(冬月 « mois d'hiver » et làyuè (腊月, nom d'un sacrifice, désignaient respectivement les 11e et 12e mois dans le Nord de la Chine. Seuls le premier mois zhēngyuè et le dernier mois làyuè sont encore utilisés, et les autres mois sont numérotés du 2 au 11. Dans les régions aux productions agricoles abondantes, chaque mois portait le nom d'un fruit.

Other Languages
Afrikaans: Sjinese kalender
العربية: تقويم صيني
asturianu: Calendariu chinu
башҡортса: Ҡытай календары
беларуская: Кітайскі каляндар
беларуская (тарашкевіца)‎: Кітайскі каляндар
brezhoneg: Deiziadur sinaat
Mìng-dĕ̤ng-ngṳ̄: Nùng-lĭk
Esperanto: Ĉina kalendaro
Nordfriisk: Sjineesk kalender
贛語: 黃曆
客家語/Hak-kâ-ngî: Nùng-la̍k
Bahasa Indonesia: Imlek
日本語: 中国暦
한국어: 중국력
Bahasa Melayu: Kalendar Cina
नेपाल भाषा: चिनिया पात्रो
Nederlands: Chinese kalender
srpskohrvatski / српскохрватски: Kineski kalendar
Simple English: Chinese calendar
српски / srpski: Kineski kalendar
Basa Sunda: Kalénder Tiongkok
Tiếng Việt: Nông lịch
吴语: 农历
中文: 農曆
文言: 農曆
Bân-lâm-gú: Kū-le̍k
粵語: 黃曆