Bures-sur-Yvette

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bure.
Bures-sur-Yvette
Bures-sur-Yvette
L’hôtel de ville.
Blason de Bures-sur-Yvette
Blason
Bures-sur-Yvette
Logo
Administration
PaysDrapeau de la France France
RégionÎle-de-France
DépartementEssonne
ArrondissementPalaiseau
CantonGif-sur-Yvette
IntercommunalitéCommunauté d'agglomération Communauté Paris-Saclay
Maire
Mandat
Jean-François Vigier
2014-2020
Code postal91440
Code commune91122
Démographie
GentiléBuressois
Population
municipale
9 691 hab. (2015 en augmentation de 1,64 % par rapport à 2010)
Densité2 324 hab./km2
Géographie
Coordonnées48° 41′ 49″ nord, 2° 09′ 50″ est
AltitudeMin. 56 m
Max. 163 m
Superficie4,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte administrative de l'Essonne
City locator 14.svg
Bures-sur-Yvette

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte topographique de l'Essonne
City locator 14.svg
Bures-sur-Yvette

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bures-sur-Yvette

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bures-sur-Yvette
Liens
Site webwww.bures-sur-yvette.fr

Bures-sur-Yvette[1] (prononcé [byʁ sʏʁ ivɛ] Écouter) est une commune française située à vingt-trois kilomètres au sud-ouest de Paris dans le département de l’Essonne en région Île-de-France.

Bures et ses dépendances fut le domaine de personnages illustres, du croisé Guillaume Guillaume Ier de Bures à la favorite de François François Ier, Anne de Pisseleu. Situé sur le passage de la route de Chartres, le village se modernisa avec l’arrivée au XIXe siècle de la ligne de Sceaux puis de la ligne Paris-Chartres par Gallardon au XXe siècle. Bures-sur-Yvette est aujourd’hui une commune logée aux portes de la verdoyante vallée de Chevreuse, célèbre dans le monde de la recherche scientifique pour accueillir sur son territoire le laboratoire apicole de l’Institut national de la recherche agronomique, l’Institut des hautes études scientifiques, l’institut d’optométrie et une partie du campus de l’université Paris-Sud 11. Elle se trouve au cœur du pôle scientifique et technologique Paris-Saclay. Elle est aussi connue dans le département pour avoir, comme sa voisine Orsay, donné naissance en 1977 à la plus jeune commune du département, Les Ulis.

Ses habitants sont appelés les Buressois[2].

Géographie

Situation

Position de Bures-sur-Yvette en Essonne.
Occupation des sols.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 58,1 % 265,20
Espace urbain non construit 13,1 % 59,70
Espace rural 28,8 % 131,62
Source : Iaurif[3]

Bures-sur-Yvette est située en Île-de-France, au nord-ouest du département de l’Essonne, totalement intégrée à l’agglomération parisienne, dans ce qui était autrefois la région naturelle du Hurepoix. Elle occupe un territoire de quatre-cent-dix-sept hectares entre la rive gauche de la rivière l’Yvette et le plateau de Courtabœuf au sud, territoire ayant approximativement la forme d’un croissant long de trois kilomètres sept-cents mètres et large de deux kilomètres cinq-cents mètres. L’Institut national de l'information géographique et forestière donne les coordonnées géographiques 48°41'51" N et 02°09'44" E au point central de ce territoire[4]. Près de 70 % de l’espace communal est aujourd’hui urbanisé, dont seulement 13 % de libre, les 30 % restant, classés comme espaces ruraux constituent en fait une succession de terrains boisés avec le bois de la Guyonnerie au nord, le bois Marie au sud-est, le bois de la Garenne au sud et le vaste bois de la Hacquinière, commun avec Gif-sur-Yvette. Les rives de la rivière l’Yvette sont eux aussi relativement préservés, ils sont par ailleurs complétés par le vaste bassin de retenue des crues et par deux ruisseaux, le Vaularon et celui d’Angoulême. Ces deux ruisseaux coulent depuis le plateau de Courtabœuf, point culminant de la commune à cent-soixante-trois mètres d’altitude, tandis que le lit de la rivière marque le point le plus bas à cinquante-six mètres. Comme de nombreuses commune au cœur d’une vallée, Bures-sur-Yvette est traversée par des axes de transports importants, ici la ligne de Sceaux utilisée par la ligne B du RER d'Île-de-France, la route départementale 988 correspondant à l’ancienne route de Chartres et la route départementale 95 qui la prolonge dans la vallée jusqu’à Châteaufort dans les Yvelines. Exclusivement résidentielle, la commune est divisée en plusieurs quartiers, dont les résidences universitaires avec neuf-cents logements, la Guyonnerie au nord, la Hacquinière à l’ouest et Montjay au sud, eux-mêmes séparés en résidences collectives ou pavillonnaires.

La commune est cependant relativement excentrée dans le département, elle est ainsi située à vingt-trois kilomètres au sud-ouest de Paris-Notre-Dame[5], point zéro des routes de France, à vingt-deux kilomètres au nord-ouest d’Évry[6], six kilomètres au sud-ouest de Palaiseau[7], vingt-cinq kilomètres au nord-ouest de Corbeil-Essonnes[8], trente kilomètres au nord d’Étampes[9], dix kilomètres au nord-ouest de Montlhéry[10], quatorze kilomètres au nord-ouest d’Arpajon[11], vingt-deux kilomètres au nord-est de Dourdan[12], vingt-sept kilomètres au nord-ouest de La Ferté-Alais[13], quarante kilomètres au nord-ouest de Milly-la-Forêt[14] et seulement douze kilomètres au sud-est de Versailles[15]. Elle est en outre située à cent-trente-quatre kilomètres au sud-est de son homonyme seinomarine de Bures-en-Bray[16], cent-trente kilomètres de Bures[17] dans l’Orne, deux-cent-trente kilomètres à l’est de la calvadosienne Bures-les-Monts[18], trois-cent-vingt-quatre kilomètres à l’ouest de Bures en Meurthe-et-Moselle[19] et trois-cent-soixante-cinq kilomètres au sud-est de Bures dans le Suffolk au Royaume-Uni.

Hydrographie

La commune est implantée dans la vallée de Chevreuse et sur son versant sud, vallée qui est en fait celle de la rivière l’Yvette. La rivière parcourt ainsi le territoire d’ouest en est sur une distance de deux kilomètres six-cents mètres au nord de la commune, en majeure partie dans le parc de l’université Paris-Sud. Un vaste bassin de retenue des crues est aménagé en amont d’un kilomètre de long et cent-cinquante mètres de large constitue aujourd’hui une plaine humide. La rivière reçoit sur le territoire de Bures-sur-Yvette comme affluent le Vaularon qui prend sa source à Gometz-le-Châtel. Ce dernier a comme principal tributaire le ru d’Angoulême qui prend sa source à Saint-Jean de Beauregard, leur confluence étant situé sur la commune, dans le quartier de Paris-Chevreuse.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Relief et géologie

Bures-sur-Yvette au cœur de la vallée de Chevreuse.

Bures-sur-Yvette est implantée entre le creux de la vallée de l’Yvette et le plateau de Courtabœuf, le territoire s’étage entre une altitude de cinquante-six mètres sur les rives de la rivière et cent-soixante-trois mètres à la frontière entre Les Ulis, Saint-Jean-de-Beauregard et Gometz-le-Châtel, où le ruisseau d’Angoulême prend sa source[20]. Au nord, le territoire s’élève relativement rapidement, il n’y a ainsi que cinq-cents mètres entre le point bas de la rivière et l’altitude de cent mètres dans le bois de la Guyonnerie, frontière avec Gif-sur-Yvette et contrefort du plateau de Saclay. Le centre-ville est lui aussi implanté sur un terrain pentu, il n’y a que quatre-cents mètres entre l’altitude la plus basse de la rivière et la barre des cent mètres au niveau de la route de Chartres, configuration équivalente au quartier de la Hacquinière, séparé par le vallon du Vaularon. Plusieurs repères géodésiques sont implantés sur la commune, dont un à Montjay à cent-soixante-trois mètres[21] et un dans le parc de la faculté des Sciences à cinquante-huit mètres[22].

Comme l’ensemble de l’Île-de-France, le terrain est constitué de couches successives caractéristiques du Bassin parisien, sur les hauteurs, du sable de Fontainebleau et de la meulière, puis des couches de marne mêlées de gypse, du calcaire et enfin de l’argile, ces strates étant mises à nues dans la vallée par l’érosion de la rivière[23].

Communes limitrophes

La commune de Bures-sur-Yvette est entourée de l’ouest au nord par Gif-sur-Yvette qui occupe les deux versants de la vallée et dont elle est en partie séparée par la forêt communale de Gif et le bois de la Guyonnerie, au nord-est et à l’est se trouve le chef-lieu du canton, Orsay qui a donné son nom à l’université Paris-Sud. Au sud-est, la commune récente des Ulis occupe les terrains au-delà de la route départementale 988 qui appartenaient avant 1977 à Bures-sur-Yvette, qui avait alors une large frontière avec le village de Saint-Jean-de-Beauregard, frontière inexistante aujourd’hui. Au sud et au sud-ouest, toujours sur le plateau de Courtabœuf se trouve le village de Gometz-le-Châtel.

Climat

Article connexe : Climat de l'Essonne.

Bures-sur-Yvette, située en Île-de-France, bénéficie d’un climat océanique. En moyenne annuelle, la température relevée s’établit à 10,8 °C avec des moyennes maximales de 15,2 °C et une minimales de 6,4 °C. La température réelle maximale intervient en août avec 24,5 °C et la minimale en janvier avec 0,7 °C. Elles se distinguent de celles relevées Paris par un écart constant négatif de deux degrés Celsius, qui s’explique notamment par la différence de densité urbaine entre la capitale et sa banlieue. L’influence du climat continental engendre des records extrêmes avec −19,6 °C relevés le et 38,2 °C le . L’ensoleillement est comparable aux régions du nord de la Loire avec 1 798 heures en moyenne sur l’année, et les précipitations sont également réparties sur les saisons avec une moyenne mensuelle de cinquante millimètres et un total de 598,3 millimètres de pluie par an. Le record de précipitations a été établi le avec 78,9 millimètres tombés en vingt-quatre heures.

Données climatiques à Bures-sur-Yvette.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 1 2,8 4,8 8,3 11,1 13 12,8 10,4 7,2 3,5 1,7 6,4
Température moyenne (°C) 3,4 4,3 7,1 9,7 13,4 16,4 18,8 18,5 15,6 11,5 6,7 4,3 10,8
Température maximale moyenne (°C) 6,1 7,6 11,4 14,6 18,6 21,8 24,5 24,2 20,8 15,8 9,9 6,8 15,2
Ensoleillement (h) 59 89 134 176 203 221 240 228 183 133 79 53 1 798
Précipitations (mm) 47,6 42,5 44,4 45,6 53,7 51 52,2 48,5 55,6 51,6 54,1 51,5 598,3
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Brétigny-sur-Orge de 1948 à 2002[24],[25].


Voies de communication et transports

La gare de la Hacquinière.

La vallée de l’Yvette a très tôt accueilli d’importantes voies de communication. Il en subsistent aujourd’hui la route départementale 988, l’ancienne route de Chartres qui passe aujourd’hui à l’extrême sud de la commune et remonte vers Gometz-le-Châtel, complétée ensuite par la route départementale 95 qui poursuit le trajet dans la vallée jusqu’à Châteaufort. Passe aussi dans la vallée l’ancienne ligne de Sceaux, aujourd’hui empruntée par la ligne B du RER d'Île-de-France, la commune dispose ainsi de deux stations sur cette ligne, la gare de Bures-sur-Yvette en centre-ville et la gare de la Hacquinière dans les nouveaux quartiers résidentiels.

S’ajoutent à ces accès routiers et ferroviaires plusieurs lignes d’autobus. La ligne de bus Noctilien N122 assure la continuité de service la nuit avec le RER B avec cependant une seule station à proximité de l’église[26]. S’ajoutent plusieurs lignes du réseau interurbain assurées par le réseau de bus Cars d'Orsay avec la ligne 06.01 qui relie les différents quartiers entre la Guyonnerie et la Hacquinière par le centre-ville, la ligne 06.03 qui passe par Montjay depuis la gare d'Orsay - Ville et vers le centre commercial Ulis 2, la ligne 06.04 entre la gare de Bures-sur-Yvette et Les Ulis[27], et celles du réseau de bus SAVAC, la ligne 39.05 - 39.15 entre Orsay et Angervilliers[28] et la ligne 39.07 entre Orsay et Saint-Arnoult-en-Yvelines[29].

La commune est enfin implantée à quinze kilomètres au sud-ouest de l’aéroport Paris-Orly, à quarante-cinq kilomètres au sud-ouest de l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle, l’aviation d'affaires est pour sa part orientée vers l’aéroport de Toussus-le-Noble à sept kilomètres au nord-ouest sur le plateau de Saclay.

Lieux-dits, écarts et quartiers

La commune est aujourd’hui divisée en plusieurs quartiers. Le centre-ville, centre historique, se trouve à l’est du territoire, entre la rivière et l’ancienne route de Chartres, traversé par la ligne de Sceaux. Il est lui-même divisé entre la Croix de Bures, Bures Cottage, le Grand-Mesnil et le lieu-dit Bois-Marie. L’autre gare a pris le nom du quartier pavillonnaire de la Hacquinière, partagé avec la commune voisine de Gif-sur-Yvette à l’ouest, qui regroupe les résidences des Tilleuls, de Bures-Royaume, de la Roseraie, de Paris-Chevreuse et des Grands-Prés. Il est prolongé vers le sud par le quartier de Montjay correspondant à l’ancien lieu-dit, qui se poursuit sur la ville nouvelle voisine de Les Ulis, qui jusqu’en 1977 était elle aussi un quartier commun à Bures-sur-Yvette et Orsay. À proximité des Ulis et de Gometz-le-Châtel se trouve aussi le quartier pavillonnaire des Hauts de Bures, parfois appelé le quartier des 4-Coins, sur le plateau de Courtabœuf, qui faisait auparavant partie de la zone à urbaniser en priorité (ZUP) et qui accueille en partie le lycée de l’Essouriau. À l’est, à la limite avec Orsay se trouve aussi le quartier de la Petite Corse, et au nord, au-delà de la rivière, les quartiers de la Guyonnerie, du Parc et Léopold Gardey, du Haras, du Vieux-Parc, de la Févrie et du Bas-Moulon à la frontière avec Gif-sur-Yvette. Les résidences universitaires de la faculté d’Orsay constituent elles aussi une sorte de quartier à part dans la commune, avec les six-cents chambres de la résidence de Bures[30] et les trois-cents studios de la résidence de l’Île[31], toutes deux gérées par le Crous de Versailles. Plusieurs lieux-dits ont conservé des appellations pittoresques, la Truie Pendue à proximité de Gometz-le-Châtel, la Justice, les Coudrées, l’Abreuvoir et les Sablonnières dans le bois de la Garenne à Montjay, le Fond-Garant en contrebas des Ulis.

Other Languages
aragonés: Bures-sur-Yvette
čeština: Bures-sur-Yvette
Esperanto: Bures-sur-Yvette
Bahasa Indonesia: Bures-sur-Yvette
қазақша: Бюр-сюр-Иветт
Bahasa Melayu: Bures-sur-Yvette
Nederlands: Bures-sur-Yvette
português: Bures-sur-Yvette
русский: Бюр-сюр-Иветт
srpskohrvatski / српскохрватски: Bures-sur-Yvette
slovenčina: Bures-sur-Yvette
српски / srpski: Бир сир Ивет
українська: Бюр-сюр-Іветт
Tiếng Việt: Bures-sur-Yvette
Bân-lâm-gú: Bures-sur-Yvette