Bruno Le Roux

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Roux.
Bruno Le Roux
Bruno Le Roux en 2012.
Bruno Le Roux en 2012.
Fonctions
Député de Seine-Saint-Denis
Élu dans la 1re circonscription

(1 mois et 29 jours)
Prédécesseur Yannick Trigance
Successeur Éric Coquerel

(19 ans, 6 mois et 25 jours)
Élection
Réélection

Législature XIe, XIIe, XIIe, XIVe ( Cinquième République)
Prédécesseur Raoul Béteille
Successeur Yannick Trigance
Ministre de l'Intérieur

(3 mois et 15 jours)
Président François Hollande
Gouvernement Bernard Cazeneuve
Prédécesseur Bernard Cazeneuve
Successeur Matthias Fekl
Président du groupe socialiste, écologiste et républicain à l' Assemblée nationale [N 1]

(4 ans, 5 mois et 15 jours)
Législature XIVe législature
( Cinquième République)
Prédécesseur Jean-Marc Ayrault
Successeur Seybah Dagoma (intérim)
Olivier Faure
Maire d' Épinay-sur-Seine

(5 ans, 8 mois et 21 jours)
Prédécesseur Gilbert Bonnemaison
Successeur Hervé Chevreau
Conseiller général de la Seine-Saint-Denis
Élu dans le canton d'Épinay-sur-Seine

(5 ans, 3 mois et 8 jours)
Président Georges Valbon
Robert Clément
Prédécesseur Serge Méry
Successeur Serge Méry
Biographie
Date de naissance (52 ans)
Lieu de naissance Gennevilliers ( Seine, France)
Nationalité Française
Parti politique Parti socialiste
Diplômé de Université Paris X-Nanterre

Bruno Le Roux, né le à Gennevilliers ( Seine, aujourd'hui Hauts-de-Seine), est un homme politique français. Député socialiste de la première circonscription de la Seine-Saint-Denis de 1997 à 2017, il préside le groupe socialiste, écologiste et républicain à l' Assemblée nationale de juin 2012 à décembre 2016. Il est ministre de l'Intérieur du au .

Biographie

Formation

Bruno Le Roux grandit à Épinay-sur-Seine, commune de l’ouest de la Seine-Saint-Denis, où il est élève du collège Roger-Martin-du-Gard. Il est titulaire d'une maîtrise en sciences économiques, d'une maîtrise en gestion et d'un DEA en stratégie et management, délivré par l' université Paris X-Nanterre, « en partenariat avec HEC et l' ESSEC » [1], [2].

Parcours politique

Bruno Le Roux est vice-président de la Mutuelle nationale des étudiants de France (MNEF) de 1988 à 1991 [3], [4].

Il commence sa carrière politique en 1989 lorsqu'il devient adjoint au maire socialiste d' Épinay-sur-Seine Gilbert Bonnemaison, chargé de la culture. Entre 1990 et 1992, Pierre Mauroy, alors premier secrétaire du Parti socialiste, le nomme directeur adjoint de son cabinet [5]. Il est alors également premier secrétaire de la fédération socialiste de la Seine-Saint-Denis. Il est élu conseiller général de la Seine-Saint-Denis en 1992, puis maire d’Épinay-sur-Seine en juin 1995. Ayant perdu les élections municipales de mars 2001, il reste conseiller municipal d'Épinay jusqu'aux élections de 2008.

En 1995, alors qu'il est membre du conseil national du Parti socialiste, il devient délégué national du PS chargé des questions de sécurité et de police à la demande de Lionel Jospin. Ses travaux en matière de sécurité de proximité inspirent le programme du futur Premier ministre en 1997.

Il intègre la promotion 1998 des « Young Leaders » de la French-American Foundation [6].

Il est élu député de la première circonscription de la Seine-Saint-Denis (incluant Épinay-sur-Seine) en juin 1997 avec l’arrivée de la Gauche plurielle au pouvoir.

Il préside depuis 2000 la Fédération Léo-Lagrange, réseau d'associations d'éducation populaire dans le domaine de la culture, des loisirs et de la formation professionnelle [7].

Au printemps 2001, il est le rapporteur du projet de loi sur la « sécurité quotidienne » pour le Parti socialiste. Il a également travaillé sur le dossier de la Corse sur laquelle il a rendu un rapport. Il est auteur d'un ouvrage intitulé La Sécurité pour tous ; une exigence de justice sociale, paru aux éditions Balland en janvier 2001.

Il est réélu député dans la même circonscription en juin 2002, en juin 2007 et en juin 2012. Il est candidat sur la liste « Une ambition nouvelle pour Saint-Ouen » aux élections municipales à Saint-Ouen en mars 2014. La liste arrive en troisième position au premier tour et se retire au profit de la liste menée par la maire Front de Gauche sortante Jacqueline Rouillon, laquelle est battue au second tour par l'UDI William Delannoy.

Il est élu président du groupe socialiste à l' Assemblée nationale le 21 juin 2012. Il y défend les réformes libérales menées par le gouvernement prenant même appui sur la victoire de David Cameron aux élections britanniques de 2015 pour affirmer qu'elles apporteront le succès électoral au PS [8]. Cependant, il ne semble plus en mesure de discipliner les Frondeurs ni d'aplanir les tensions entre les composantes de sa majorité [5].

Figurant parmi les 89 personnalités européennes auxquelles la Russie a décidé d'interdire l'accès à son territoire en riposte aux sanctions européennes, il décrit comme « une honte pour le Parlement français » le voyage en juillet 2015 de dix parlementaires français en Crimée, territoire annexé par la Russie [9].

Le , il est nommé ministre de l'Intérieur du gouvernement Cazeneuve [5]. Pendant la primaire citoyenne de 2017, il soutient Manuel Valls [10]. Il démissionne du gouvernement le 21 mars 2017, à la suite de révélations sur la signature de 24 contrats de collaboratrices parlementaires à ses filles dès l'âge de 15 ans, et redevient député. En mai 2017, il laisse l'investiture socialiste pour la première circonscription de la Seine-Saint-Denis à son suppléant Yannick Trigance pour les législatives de juin [11].

Other Languages
العربية: برونو لورو
Deutsch: Bruno Le Roux
English: Bruno Le Roux
Interlingue: Bruno Le Roux
русский: Ле Ру, Брюно
Türkçe: Bruno Le Roux
українська: Бруно Ле Ру