Bretons

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Breton (homonymie).
Cet article traite des Bretons sur le continent européen. Voir aussi l’article consacré aux Bretons insulaires
Bretons
Description de cette image, également commentée ci-après

1er rang : Nominoë, Tad ar VroSaint Yves, patron de la Bretagne.
2e rang : René LaennecJacques CartierAnne de Bretagne.
3e rang : ChateaubriandRobert SurcoufJules Verne.
4e rang : J. M. G. Le ClézioAlan StivellÉric Tabarly.

Populations significatives par région
Région Bretagne ( France) 3 258 707 (2013) [1], [note 1]
Loire-Atlantique ( France) 1 328 620 (2013) [1], [note 2]
France hors Bretagne

environ 1 million en Île-de-France,

70 000 au Havre
Canada 14 290 (2011) [2]
Autres incertaine
Population totale incertaine
Autres
Régions d’origine île de Grande-Bretagne
Bretagne
Langues Breton, français, gallo
Religions Catholicisme (majorité)
Ethnies liées Celtes (principalement Corniques et Gallois, Écossais et Irlandais).

Les Bretons sont un peuple et une composante de la population de la France, originaire de Bretagne, une région située dans l'Ouest du pays, indépendante jusqu'au e siècle, où ils sont principalement implantés. Ils doivent leur nom à des groupes brittophones qui émigrèrent du Sud-Ouest de la Grande-Bretagne en vagues successives à partir du e siècle jusqu’au e siècle dans l'Ouest de la péninsule Armoricaine, renommée par la suite Bretagne d’après leur nom [3].

Issu de cette émigration, le breton (brezhoneg) est parlé en Basse-Bretagne et compte actuellement environ 365 000 locuteurs, dont environ 240 000 le parlent couramment [4] ; tandis que le gallo est parlé en Haute-Bretagne. Le breton est apparenté au cornique, dont il est très proche et, dans une moindre mesure, au gallois. Le gallo est quant à lui une langue romane de la famille des langues d’oïl, mais possédant quelques similitudes de vocabulaire et de prononciation avec la langue bretonne. Depuis la seconde moitié du e siècle, le français s'est imposé comme langue maternelle des Bretons.

La Bretagne et les Bretons sont considérés comme l’une des six nations celtiques [5]. Le nombre factuel de Bretons « de souche » en Bretagne et dans la France entière est difficile à connaître étant donné que le gouvernement français ne fait pas ce type de statistiques. La population de la Bretagne ( Région Bretagne et Loire-Atlantique) est de 4 365 500 selon le recensement de janvier 2007 [6].

Une forte émigration historique a engendré une diaspora bretonne à l'intérieur même des frontières françaises et dans l' outre-mer français ; celle-ci est principalement établie dans la région parisienne. De nombreuses familles bretonnes ont également émigré sur le continent américain, principalement au Canada (surtout au Québec) et aux États-Unis.

Histoire

Des Bretons insulaires aux Bretons continentaux

Établissements bretons au VIe siècle.

On nomme Bretons insulaires, les Bretons, qui, avant le VIe siècle, vivaient dans l' île de Bretagne.

À partir du e siècle, les Romains font progressivement appel à des contingents de Bretons insulaires pour protéger les côtes gauloises et particulièrement celles de l’ Armorique des raids des pirates gaels, frisons et saxons.

Au e siècle, les Angles, les Jutes et les Saxons, des peuples germaniques venus du continent, contraignent les Bretons insulaires, peuple celte de la famille brittonique, à s’installer dans l’Ouest ( pays de Galles) et le Sud ( Cornouailles) de l'île. Mais les Bretons émigrent avant tout pour fuir les raids de Gaëls, peuple celtique venus d’ Irlande. Par milliers, des Bretons viennent s'installer en Armorique. Cet exode n'est pas massif mais consiste plutôt en une longue série d'infiltrations. L'ouest de l'Armorique prit ultérieurement le nom de Bretagne à cause de cette immigration continue.

Cette immigration brittonique a provoqué une re-celtisation de l' Armorique qui était peu romanisée à la chute de l' Empire romain. La population autochtone armoricaine était cousine des arrivants bretons, le breton et le gaulois armoricain qui étaient relativement proches [7]. Les deux populations se connaissaient assez bien pour pratiquer des échanges depuis plusieurs siècles [7].

Il convient de noter que des petits groupes sont restés et d'autres ont essaimé dans tout l’Ouest de la France et que certains se sont installés jusqu'en actuelle Île-de-France. [réf. nécessaire]

À la suite de cela, on rebaptisa donc les Bretons insulaires, Bretons continentaux [réf. nécessaire].

L’installation en Armorique entraîne la création de nouveaux royaumes : Bro-Waroch, Cornouaille, Domnonée (qui s'est étendu de part et d'autre de la Manche à un moment de son histoire) ; ainsi que de nombreux pays traditionnels et culturels : Pays de Léon, Poher, Porhoët, Vannetais, etc. Les relations entre les Bretons et leurs voisins Francs, les nouveaux maîtres de la Gaule, furent conflictuelles durant le haut Moyen Âge, entre rébellion et relative soumission temporaire. Charlemagne n'arrivera pas à soumettre l'Ouest breton.

Other Languages
Afrikaans: Bretonners
aragonés: Bretons
العربية: بريطون
беларуская: Брэтонцы
беларуская (тарашкевіца)‎: Брэтонцы
български: Бретонци
brezhoneg: Bretoned
català: Bretons
čeština: Bretonci
Cymraeg: Llydawyr
dansk: Bretonere
Deutsch: Bretonen
English: Bretons
español: Pueblo bretón
euskara: Bretoi
suomi: Bretonit
Gaeilge: Briotánaigh
galego: Pobo bretón
Gaelg: Britaanee
hrvatski: Bretonci
magyar: Bretonok
Հայերեն: Բրետոնացիներ
Bahasa Indonesia: Suku Breton
italiano: Bretoni
日本語: ブルトン人
ქართული: ბრეტონელები
lietuvių: Bretonai
кырык мары: Бретонвлӓ
Nederlands: Bretons (volk)
polski: Bretończycy
português: Bretões
română: Bretoni
русский: Бретонцы
srpskohrvatski / српскохрватски: Bretonci
Simple English: Bretons
slovenčina: Bretónci
српски / srpski: Бретонци
Türkçe: Bretonlar
українська: Бретонці
Bân-lâm-gú: Breton lâng