Breton

  • breton
    brezhoneg
    pays france
    région bretagne
    nombre de locuteurs 207 000 sur les cinq départements de la bretagne historique en 2018[1]

    16 000 en région Île-de-france en 2007[2]

    nom des locuteurs bretonnants, brittophones
    typologie v2, flexionnelle, accusative, à accent d'intensité
    classification par famille
    • - langues indo-européennes
      • - langues celtiques
        • - langues celtiques insulaires
          • - langues brittoniques
            • - breton
    statut officiel
    régi par office public de la langue bretonne (ofis publik ar brezhoneg)
    codes de langue
    iso 639-1 br
    iso 639-2 bre
    iso 639-3 bre
    Étendue individuelle
    type vivante
    ietf br
    linguasphere 50-abb-b
    wals bre
    Échantillon
    article premier de la déclaration universelle des droits de l'homme (voir le texte en français) :

    pennad kentañ

    dieub ha par en o dellezegezh hag o gwirioù eo ganet an holl dud. poell ha skiant zo dezho ha dleout a reont bevañ an eil gant egile en ur spered a genvreudeuriezh.

    le breton (en breton : /brezhoneg/, souvent prononcé : /breˈzõːnɛk/ ou /bʁeˈzõːnək/ dans les dialectes majoritaires (klt), [ˈbrəh õ̝nək] dans certains parlers vannetais, mais dans la plupart des parlers vannetais on dit breton prononcé [br̩ˈtõ̝] ou autres variantes[3]) est une langue celtique parlée par 207 000 personnes en bretagne (en 2018). ses locuteurs sont des brittophones ou bretonnants.

    elle appartient au groupe des langues celtiques brittoniques. elle est apparentée au cornique et au gallois, langues pratiquées au royaume-uni, bien que plus proche de la première.

    selon le sondage tmo de fañch broudig réalisé en 2018, il y aurait environ 207 000 locuteurs actifs dans les cinq départements de la bretagne historique, ce qui représente 5,5 % de la population bretonne[4]. le breton est, après le français, la première langue parlée dans la région de la bretagne[5], devant le gallo, ayant sept fois moins de locuteurs. depuis les années 1980, il n'est plus attesté de brittophone monolingue[réf. nécessaire].

    le breton est reconnu comme langue régionale ou minoritaire de france et comme langue de la région de la bretagne, aux côtés du français et du gallo. il est classé comme « langue sérieusement en danger » selon l'unesco[6].

    sa pratique traditionnelle est majoritairement concentrée dans l'ouest de la péninsule et d'une ligne allant environ de plouha (au nord) au pays de muzillac (au sud)[7] en 1886. cependant, la pratique traditionnelle du breton se trouvait au xe siècle à environ 20 km de rennes[8]. cette région dans l'ouest de la péninsule est appelée la basse-bretagne. cette distinction tend toutefois à s'estomper depuis les années 1950.

    la langue bretonne, qui avait décliné au xxe siècle, connaît depuis les années 2000 un certain regain sous sa forme unifiée. les écoles associatives diwan, qui dispensent des cours en breton, ont favorisé cet essor. en 2016, elles sont quarante-six à scolariser 4 242 élèves, de la maternelle au baccalauréat. grâce aux subventions, les éditeurs publient plus de livres en breton qu'auparavant. le breton est également présent dans le paysage linguistique : suite à la campagne de l'association stourm ar brezhoneg, le nom breton des agglomérations ainsi que de certaines rues est affiché en même temps que leur nom français (dans les villes de bretagne et de loire-atlantique).

    depuis les années 1990, le breton est de plus en plus représenté dans toute la bretagne, notamment dans l'enseignement, la signalisation, la télévision, la vie quotidienne, etc. ya d'ar brezhoneg (oui à la langue bretonne), une campagne de promotion et de revitalisation de la langue, a été créée par l'office public de la langue bretonne en 2001.

    la prononciation, le vocabulaire, comme d'autres points en rapport avec la forme sous laquelle la langue devrait être conservée dans le monde contemporain, sont des objets de controverses sur le breton. il y a des partisans d'un breton « populaire » et les partisans d'une langue « purifiée », n’utilisant pas ou très peu d’emprunts aux langues romanes (gallo, voire plus récemment français). de plus, ces controverses portent aussi sur l’écriture de la langue et l'intégration de la diversité dialectale du breton. l'orthographe officielle, de facto, est le peurunvan (« tout à fait unifié »).

    il existe un office public de la langue bretonne (ofis publik ar brezhoneg, en breton) qui a pour charge de promouvoir et de traiter de toutes les questions ayant trait à la langue bretonne.

  • histoire
  • frontière linguistique
  • dialectes
  • conventions orthographiques
  • caractéristiques grammaticales notables
  • accent tonique
  • quelques mots bretons
  • notes et références
  • voir aussi

Breton
Brezhoneg
Pays France
Région Bretagne
Nombre de locuteurs 207 000 sur les cinq départements de la Bretagne historique en 2018[1]

16 000 en région Île-de-France en 2007[2]

Nom des locuteurs bretonnants, brittophones
Typologie V2, flexionnelle, accusative, à accent d'intensité
Classification par famille
Statut officiel
Régi par Office public de la langue bretonne (Ofis publik ar Brezhoneg)
Codes de langue
ISO 639-1 br
ISO 639-2 bre
ISO 639-3 bre
Étendue individuelle
Type vivante
IETF br
Linguasphere 50-ABB-b
WALS bre
Échantillon
Article premier de la Déclaration universelle des droits de l'homme (voir le texte en français) :

Pennad kentañ

Dieub ha par en o dellezegezh hag o gwirioù eo ganet an holl dud. Poell ha skiant zo dezho ha dleout a reont bevañ an eil gant egile en ur spered a genvreudeuriezh.

Le breton (en breton : /brezhoneg/, souvent prononcé : /breˈzõːnɛk/ ou /bʁeˈzõːnək/ dans les dialectes majoritaires (KLT), [ˈbrəh õ̝nək] dans certains parlers vannetais, mais dans la plupart des parlers vannetais on dit breton prononcé [br̩ˈtõ̝] ou autres variantes[3]) est une langue celtique parlée par 207 000 personnes en Bretagne (en 2018). Ses locuteurs sont des brittophones ou bretonnants.

Elle appartient au groupe des langues celtiques brittoniques. Elle est apparentée au cornique et au gallois, langues pratiquées au Royaume-Uni, bien que plus proche de la première.

Selon le sondage TMO de Fañch Broudig réalisé en 2018, il y aurait environ 207 000 locuteurs actifs dans les cinq départements de la Bretagne historique, ce qui représente 5,5 % de la population bretonne[4]. Le breton est, après le français, la première langue parlée dans la région de la Bretagne[5], devant le gallo, ayant sept fois moins de locuteurs. Depuis les années 1980, il n'est plus attesté de brittophone monolingue[réf. nécessaire].

Le breton est reconnu comme langue régionale ou minoritaire de France et comme langue de la région de la Bretagne, aux côtés du français et du gallo. Il est classé comme « langue sérieusement en danger » selon l'Unesco[6].

Sa pratique traditionnelle est majoritairement concentrée dans l'Ouest de la péninsule et d'une ligne allant environ de Plouha (au nord) au pays de Muzillac (au sud)[7] en 1886. Cependant, la pratique traditionnelle du breton se trouvait au Xe siècle à environ 20 km de Rennes[8]. Cette région dans l'Ouest de la péninsule est appelée la Basse-Bretagne. Cette distinction tend toutefois à s'estomper depuis les années 1950.

La langue bretonne, qui avait décliné au XXe siècle, connaît depuis les années 2000 un certain regain sous sa forme unifiée. Les écoles associatives Diwan, qui dispensent des cours en breton, ont favorisé cet essor. En 2016, elles sont quarante-six à scolariser 4 242 élèves, de la maternelle au baccalauréat. Grâce aux subventions, les éditeurs publient plus de livres en breton qu'auparavant. Le breton est également présent dans le paysage linguistique : suite à la campagne de l'association Stourm ar Brezhoneg, le nom breton des agglomérations ainsi que de certaines rues est affiché en même temps que leur nom français (dans les villes de Bretagne et de Loire-Atlantique).

Depuis les années 1990, le breton est de plus en plus représenté dans toute la Bretagne, notamment dans l'enseignement, la signalisation, la télévision, la vie quotidienne, etc. Ya d'ar brezhoneg (Oui à la langue bretonne), une campagne de promotion et de revitalisation de la langue, a été créée par l'Office public de la langue bretonne en 2001.

La prononciation, le vocabulaire, comme d'autres points en rapport avec la forme sous laquelle la langue devrait être conservée dans le monde contemporain, sont des objets de controverses sur le breton. Il y a des partisans d'un breton « populaire » et les partisans d'une langue « purifiée », n’utilisant pas ou très peu d’emprunts aux langues romanes (gallo, voire plus récemment français). De plus, ces controverses portent aussi sur l’écriture de la langue et l'intégration de la diversité dialectale du breton. L'orthographe officielle, de facto, est le peurunvan (« tout à fait unifié »).

Il existe un Office public de la langue bretonne (Ofis publik ar brezhoneg, en breton) qui a pour charge de promouvoir et de traiter de toutes les questions ayant trait à la langue bretonne.

Other Languages
Afrikaans: Bretons
Alemannisch: Bretonische Sprache
አማርኛ: ብረቶንኛ
aragonés: Idioma bretón
asturianu: Idioma bretón
azərbaycanca: Breton dili
Boarisch: Bretonisch
беларуская: Брэтонская мова
беларуская (тарашкевіца)‎: Брэтонская мова
български: Бретонски език
brezhoneg: Brezhoneg
català: Bretó
čeština: Bretonština
Чӑвашла: Бретон чĕлхи
Cymraeg: Llydaweg
dansk: Bretonsk
Zazaki: Bretonki
Esperanto: Bretona lingvo
español: Idioma bretón
euskara: Bretainiera
estremeñu: Luenga bretona
suomi: Bretoni
føroyskt: Bretonskt mál
arpetan: Breton
Nordfriisk: Bretoonisch
Frysk: Bretonsk
Gàidhlig: Breatannais
Gaelg: Britaanish
客家語/Hak-kâ-ngî: Brittany-ngî
עברית: ברטונית
Fiji Hindi: Breton bhasa
hrvatski: Bretonski jezik
hornjoserbsce: Bretonšćina
magyar: Breton nyelv
հայերեն: Բրետոներեն
interlingua: Lingua britone
Bahasa Indonesia: Bahasa Breton
íslenska: Bretónska
italiano: Lingua bretone
日本語: ブルトン語
한국어: 브르타뉴어
Перем Коми: Брезон кыв
kernowek: Bretonek
Lingua Franca Nova: Bresonica (lingua)
Limburgs: Bretoens
lumbaart: Lengua bretun
lietuvių: Bretonų kalba
latviešu: Bretoņu valoda
Malagasy: Fiteny bretona
македонски: Бретонски јазик
Bahasa Melayu: Bahasa Breton
مازِرونی: برتون
Plattdüütsch: Bretoonsche Spraak
Nedersaksies: Bretonsk
Nederlands: Bretons (taal)
norsk nynorsk: Bretonsk
norsk: Bretonsk
Novial: Bretonum
Nouormand: Bréton
occitan: Breton
Kapampangan: Breton (amanu)
Picard: Berton
Deitsch: Bretonisch
Piemontèis: Lenga breton-a
پنجابی: بریطانی
português: Língua bretã
Runa Simi: Britun simi
rumantsch: Lingua bretona
română: Limba bretonă
sicilianu: Lingua brètuni
davvisámegiella: Bretonagiella
srpskohrvatski / српскохрватски: Bretonski jezik
Simple English: Breton language
slovenčina: Bretónčina
slovenščina: Bretonščina
српски / srpski: Бретонски језик
Seeltersk: Bretonisk
svenska: Bretonska
Kiswahili: Kibretoni
Tagalog: Wikang Breton
Türkçe: Bretonca
ئۇيغۇرچە / Uyghurche: برېتون تىلى
українська: Бретонська мова
vepsän kel’: Bretanin kel'
Tiếng Việt: Tiếng Breton
West-Vlams: Bretoens
Bân-lâm-gú: Breton-gí
粵語: 布禮斯文