Brême

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brême (homonymie).
Brême
Bremen
Brême
L’hôtel de ville, la cathédrale et l’assemblée municipale
Blason de Brême
Héraldique
Administration
PaysDrapeau de l'Allemagne Allemagne
LandBrême
Arrondissement
(Landkreis)
Brême (ville-arrondissement)
Nombre de quartiers
(Ortsteile)
23
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Carsten Sieling (SPD)
Partis au pouvoirSPD, Grünen
Code postalde 28001 à 28779
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
04 0 11 000
Indicatif téléphonique0421
ImmatriculationHB
Démographie
GentiléBrêmois, Brêmoise
Population551 767 hab. (31 décembre 2014[1])
Densité1 696 hab./km2
Géographie
Coordonnées53° 04′ 59″ nord, 8° 48′ 00″ est
Altitude11,5 m
Superficie32 542 ha = 325,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Brême

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Brême
Liens
Site webwww.bremen.de

Brême (nom officiel : Stadtgemeinde Bremen / municipalité de la ville de Brême) est une ville hanséatique de 550 000 habitants du Nord-Ouest de l'Allemagne. C'est une ville portuaire située le long du fleuve Weser, à environ 60 km au sud de son estuaire en mer du Nord. Brême constitue l'une des deux villes enclavées dans le Land de Basse-Saxe appartenant à celui de Brême (nom officiel : Freie Hansestadt Bremen, c'est-à-dire « ville hanséatique libre de Brême », qui rappelle l'adhésion de la ville à la Ligue hanséatique, l'autre étant Bremerhaven. En 2005, on estimait la population de la ville à 545 983 habitants, l'aire métropolitaine de Brême ayant une population de 1 184 407 habitants (source datapopulation).

Histoire

Brême semble être d'installation ancienne. Un acte proclamant la fondation de la ville en 788 est désormais reconnu comme un faux, de sorte que la date réelle de fondation de la ville reste inconnue. Au VIIIe siècle, les troupes de Charlemagne avancent jusqu'à la Weser afin de christianiser les tribus qui y sont installées. Le viking suédois Riourik, à qui des terres avaient été données en Frise, pille la ville en 859 et, en conséquence de l'ensemble de ses offenses, est expulsé par Louis Louis II. Brême devient un évêché. Au cours des siècles, les évêques de Brême conduisent la christianisation de la Scandinavie.

Au XIIe siècle, la puissance des évêques est concurrencée par celle de Henri le Lion. Le duc sort vainqueur et devient le suzerain de la ville, ce qui conduit à un gouvernement civil et à une perte du pouvoir clérical ; Brême devient une ville marchande, ses navires dominant les parties méridionales de la mer du Nord. Cette domination prend fin quand la ligue hanséatique, à l'origine une alliance marchande de la mer Baltique seulement, prend position en mer du Nord. Au début du XIVe siècle, les navires de Brême agissent en pirate en abordant les nefs de la Hanse. En 1358, afin d'éviter une guerre ouverte, les conseillers municipaux de Brême se rendent au conseil de la ligue hanséatique à Lübeck et acceptent de devenir membre de la Ligue.

Brême reste un membre réticent de la Ligue hanséatique, exigeant le soutien de ses guerres contre les chefs de clan frisons qui règnent sur la région autour de la bouche de la Weser, mais rejoignant rarement les campagnes en mer Baltique. En 1425, le conflit franchit un nouveau palier quand les citoyens brûlent les documents hanséatiques sur la place du marché. Brême est expulsé de la ligue en 1427, ce qui ne reste pas sans conséquence : la perte soudaine de puissance mène à des réclamations territoriales des états voisins (par exemple l'Oldenbourg) et à des pertes territoriales significatives.

En 1620, le premier port artificiel d'Allemagne est construit à Vegesack.

Le premier débit de café allemand est créé à Brême en 1673 par un Hollandais, Jan Dantz[2].

Brême était le chef-lieu du département Bouches-du-Weser entre 1811 et 1814, faisant partie intégrante de l'Empire français.

En 1818, le "Nouveau dictionnaire géographique" de Jean-Baptiste Ladvocat observe que la ville, déclarée libre avec son territoire est l'entrepôt de commerce de la région et abrite une fabrique de Chicorée-café et une usine de café vert[3].

En 1827, en raison de l'ensablement progressif de la Weser, la ville fait l'acquisition de domaines à l'embouchure du fleuve, pour en faire son port avancé : Bremerhaven. 1857 voit la création de la Lloyds d'Allemagne du Nord, une importante compagnie maritime. Dans les années 1870-1880, des travaux sur la Weser améliorent la navigabilité du fleuve.

La ville profite de la révolution industrielle et du développement commercial. Le Conseil Supérieur de l'Industrie et du Commerce belge constate en 1862 que "le commerce total de Brême avec les États-Unis représente plus de 109 millions de francs belges par an" et que pour le coton, le tabac, le café, Brème tend de plus en plus à devenir l'entrepôt du commerce du Nord avec les pays d'outre-mer. La création de la Bourse du coton de Brème en 1872 y contribue.

La population, d'environ 35 000 habitants en 1812, dépasse les 100 000 en 1875 et atteint 250 000 habitants en 1911.

En 1867, Brême devient membre de la Confédération d'Allemagne du Nord, puis en 1871 de l'Empire allemand qui vient d'être créé. Mais elle conserve une indépendance douanière, ne rejoignant qu'en 1888 l'Union douanière allemande. Le , une tentative d'assassinat a lieu à Brême contre l'empereur Guillaume II.

Après la Seconde Guerre mondiale, pendant laquelle la ville est bombardée de juin 1942 à mars 1945, Brême est d'abord occupé par les forces britanniques, qui ne tardent pas à l'évacuer à la suite du protocole du , au profit des Américains qui souhaitent disposer d'un port sur la mer du Nord et la placent donc dans leur zone d'occupation. Cette situation permet d'éviter l'absorption de Brême au sein du Land de Basse-Saxe qui se trouve alors en zone d'occupation britannique, et débouche en 1947 sur l'indépendance de la ville en tant que land autonome au sein de l'Allemagne de l'Ouest ; le port de Bremerhaven lui est également attribué, en dépit de l'absence de continuité territoriale.

Other Languages
Afrikaans: Bremen
Alemannisch: Bremen
አማርኛ: ብሬመን
aragonés: Bremen
العربية: بريمن (مدينة)
Aymar aru: Bremen
azərbaycanca: Bremen
تۆرکجه: برمن
беларуская: Брэмен
беларуская (тарашкевіца)‎: Брэмэн
български: Бремен
буряад: Бремен
català: Bremen
Mìng-dĕ̤ng-ngṳ̄: Bremen
нохчийн: Бремен
کوردی: برێمن
čeština: Brémy
Cymraeg: Bremen
Deutsch: Bremen
Zazaki: Bremen
dolnoserbski: Bremen
Ελληνικά: Βρέμη
emiliàn e rumagnòl: Bréma
English: Bremen
Esperanto: Bremeno
español: Bremen
eesti: Bremen
estremeñu: Bremen
فارسی: برمن
suomi: Bremen
Nordfriisk: Bremen (stää)
Gàidhlig: Bremen
galego: Bremen
𐌲𐌿𐍄𐌹𐍃𐌺: 𐌱𐍂𐌴𐌼𐌰𐌹𐌽
Gaelg: Bremen
Hausa: Bremen
客家語/Hak-kâ-ngî: Bremen
עברית: ברמן
हिन्दी: ब्रेमेन
hrvatski: Bremen
hornjoserbsce: Bremen (město)
Հայերեն: Բրեմեն
Bahasa Indonesia: Bremen (kota)
Interlingue: Bremen
Ilokano: Bremen
íslenska: Bremen
italiano: Brema
日本語: ブレーメン
ქართული: ბრემენი
Qaraqalpaqsha: Bremen
한국어: 브레멘
Ripoarisch: Bremen
kurdî: Bremen
kernowek: Bremen
Кыргызча: Бремен
Latina: Brema
Lëtzebuergesch: Bremen
lumbaart: Brema
lietuvių: Brėmenas
latviešu: Brēmene
македонски: Бремен
монгол: Бремен
मराठी: ब्रेमन
Bahasa Melayu: Bremen
မြန်မာဘာသာ: ဘရီမန်မြို့
Plattdüütsch: Bremen
Nedersaksies: Breemn
Nederlands: Bremen (stad)
norsk nynorsk: Byen Bremen
occitan: Brèma (vila)
Ирон: Бремен
ਪੰਜਾਬੀ: ਬਰੇਮਨ
Kapampangan: Bremen
Papiamentu: Bremen
Pälzisch: Bremä
polski: Brema
português: Bremen
Runa Simi: Bremen
română: Bremen
русский: Бремен
саха тыла: Брэмэн
sardu: Brema
Scots: Bremen
سنڌي: بريمن
srpskohrvatski / српскохрватски: Bremen (grad)
Simple English: Bremen
slovenčina: Brémy
slovenščina: Bremen
shqip: Bremeni
српски / srpski: Бремен
svenska: Bremen
Kiswahili: Bremen
ślůnski: Bremen
Türkçe: Bremen
татарча/tatarça: Bremen
chiTumbuka: Bremen
Twi: Bremen
ئۇيغۇرچە / Uyghurche: Brémén
українська: Бремен
اردو: بریمین
oʻzbekcha/ўзбекча: Bremen
vepsän kel’: Bremen
Tiếng Việt: Bremen
Volapük: Bremen
Winaray: Bremen
Yorùbá: Bremen
中文: 不来梅
Bân-lâm-gú: Bremen
粵語: 不來梅