Blaise Pascal

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pascal.
Blaise Pascal
Blaise Pascal Versailles.JPG

Blaise Pascal (anonyme ; copie d’une peinture de François II Quesnel gravée par Gérard Edelinck en 1691).

Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Française
Langue maternelle
École/tradition
Principaux intérêts
Idées remarquables
pari de Pascal, divertissement et misère de la condition humaine, théorème de Pascal, triangle de Pascal, probabilité en mathématiques
Influencé par
A influencé
Adjectifs dérivés
pascalien, pascalienne
Père
Fratrie
Conjoint
- Voir et modifier les données sur Wikidata
signature de Blaise Pascal

signature

Blaise Pascal, né le à Clermont (aujourd'hui Clermont-Ferrand), en Auvergne, mort le à Paris, est un mathématicien, physicien, inventeur, philosophe, moraliste et théologien français.

Enfant précoce, il est éduqué par son père. Les premiers travaux de Pascal concernent les sciences naturelles et appliquées. Il contribue de manière importante à l’étude des fluides. Il a clarifié les concepts de pression et de vide, en étendant le travail de Torricelli. Pascal a écrit des textes importants sur la méthode scientifique.

À 19 ans [1], il invente la première machine à calculer [2], [3] et après trois ans de développement et 50 prototypes, il la présente à ses contemporains en la dédiant au chancelier Séguier [4]. Dénommée machine d’arithmétique, puis roue pascaline et enfin pascaline, il en construisit une vingtaine d'exemplaires dans la décennie suivante [5].

Mathématicien de premier ordre, il crée deux nouveaux champs de recherche majeurs : tout d’abord il publie un traité de géométrie projective à seize ans ; ensuite il développe en 1654 une méthode de résolution du «  problème des partis » qui, donnant naissance au cours du XVIIIe siècle au calcul des probabilités, influencera fortement les théories économiques modernes et les sciences sociales.

Après une expérience mystique qu'il éprouva en novembre 1654 [6], [7], il se consacre à la réflexion philosophique et religieuse, sans toutefois renoncer aux travaux scientifiques. Il écrit pendant cette période Les Provinciales et les Pensées, publiées seulement après sa mort qui survient deux mois après son 39e anniversaire, alors qu’il a été longtemps malade (sujet à des migraines violentes en particulier).

Le 8 juillet 2017, dans un entretien au quotidien italien La Repubblica, la pape François a annoncé que Pascal "mériterait la béatification" et qu'il envisageait de lancer la procédure officielle [8], [9].

Biographie

Jeunesse

Né à Clairmont (actuel Clermont-Ferrand [10]), en Auvergne, Blaise Pascal est auvergnat de naissance, de famille bourgeoise proche de la noblesse de robe, et sa famille est auvergnate depuis plusieurs générations. Il est baptisé en l'église Saint-Pierre [11] le 27 juin 1623. Il perd sa mère, Antoinette Begon, le 29 juin 1626, alors qu’il n'a que trois ans [12], [13].

Son père, Étienne Pascal ( 1588- 1651 [12]) très intéressé par les mathématiques et les sciences [14], était conseiller du roi pour l'élection de Basse Auvergne, puis second président à la Cour des aides de Montferrand, et décide d'éduquer seul ses enfants. Blaise Pascal avait deux sœurs, Jacqueline, née en 1625, et Gilberte (née en 1620, mariée en 1642 à Florin Périer, conseiller à la cour des aides de Clermont) qui lui survécut [15].

En 1631, Étienne se rend avec ses enfants à Paris, alors que Blaise n'a encore que 8 ans. Il décide d’éduquer lui-même son fils qui montre des dispositions mentales et intellectuelles extraordinaires. En effet très tôt, Blaise a une capacité immédiate pour les mathématiques et la science, peut-être inspiré par les conversations fréquentes de son père avec les principaux savants de l’époque : Roberval, Marin Mersenne, Girard Desargues, Claude Mydorge, Pierre Gassendi et Descartes [16]. Malgré sa jeunesse, Blaise participe activement aux séances où les membres de l’ académie Mersenne soumettent leurs travaux à l'examen de leurs pairs [15].

À onze ans, il compose un court Traité des sons des corps vibrants et aurait démontré la 32e proposition du Ier livre d’ Euclide (concernant la somme des angles d'un triangle) [17]. Étienne réagit en interdisant à son fils toute poursuite de ses études en mathématiques jusqu’à quinze ans, afin qu’il puisse étudier le latin et le grec. Sainte-Beuve (dans son Port-Royal, III, p. 484) raconte :

« Je n’ai rien à dire des éléments de géométrie, si ce n’est que Pascal, qui les avait lus en manuscrit, les jugea si clairs et si bien ordonnés, qu’il jeta au feu, dit-on, un essai d’éléments qu’il avait fait lui-même d’après Euclide, et qu’Arnauld avait jugé confus ; c’est même ce qui avait d’abord donné à Arnauld l’idée de composer son essai : en riant, Pascal le défia de faire mieux, et le docteur, à son premier loisir, tint et gagna la gageure. »

À douze ans ( 1635), il commence à travailler seul sur la géométrie. Le travail de Desargues l'intéressa particulièrement et lui inspira, à seize ans, un traité sur les sections coniques qu'il soumit à l' académie Mersenne : Essai sur les coniques. La majeure partie en est perdue mais un résultat essentiel et original en reste sous le nom de théorème de Pascal. Le travail de Pascal était si précoce que Descartes, en voyant le manuscrit, crut qu’il était de son père [18].

En 1638, Étienne, opposé aux dispositions fiscales du cardinal de Richelieu, quitte Paris avec sa famille pour échapper à la Bastille. Lorsque Jacqueline, sœur de Blaise, dit un compliment particulièrement bien tourné devant Richelieu, Étienne obtient sa grâce. En 1639, la famille s’installe à Rouen où Étienne devient commissaire délégué par le Roi pour l’impôt et la levée des tailles.

À dix-huit ans ( 1641), Pascal commence le développement de la Pascaline, machine à calculer capable d’effectuer des additions et des soustractions [19] afin d’aider son père dans son travail. Il en écrit le mode d’emploi : Avis nécessaire à ceux qui auront la curiosité de voir ladite machine et s’en servir. Plusieurs exemplaires sont conservés, en France, au Musée des arts et métiers à Paris et au musée de Clermont-Ferrand. Bien que ce soit le tout début du calcul mécanique, ce fut un échec commercial à cause de son coût élevé (100 livres). Pascal améliorera la conception de la machine pendant encore dix années et en construira une vingtaine d’exemplaires.

Article détaillé : Pascaline.

Pascal est également à l’origine de l’invention de la presse hydraulique, s'appuyant sur le principe qui porte son nom.

On lui attribue également l’invention de la brouette ou vinaigrette, et du haquet, véhicule hippomobile conçu pour le transport des marchandises en tonneaux. Ces attributions semblent remonter à un ouvrage de Bossut, qui réalise la première édition complète des écrits de Pascal, dans l’avertissement duquel il mentionne ces inventions d’après le témoignage de M. Le Roi, de l’Académie des Sciences, qui tient ses informations de son père, Julien Le Roi [20].

Derniers travaux et décès

Épitaphe de Pascal dans l' église Saint-Étienne-du-Mont ( 5e arrondissement de Paris).
Masque mortuaire de Blaise Pascal.

T. S. Eliot décrit Pascal, à cette période de sa vie, comme « un homme mondain parmi les ascètes et comme un ascète parmi les hommes du monde ». Le style de vie ascétique de Pascal venait de sa foi en ce qu'il était naturel et normal pour un homme de souffrir. Dans ses dernières années troublées par une mauvaise santé, il rejette les ordonnances de ses médecins en disant : « La maladie est l'état naturel du chrétien. » D'après sa sœur Gilberte, il aurait écrit alors sa Prière pour demander à Dieu le bon usage des maladies. En 1659, Pascal tombe sérieusement malade.

Louis XIV a interdit le mouvement janséniste de Port-Royal en 1661. En réponse, Pascal a écrit un de ses derniers travaux, Écrit sur la signature du formulaire, recommandant instamment aux jansénistes de ne pas le signer. Plus tard au cours de cette année, sa sœur Jacqueline meurt, ce qui convainc Pascal de cesser sa polémique à propos du jansénisme.

Grâce à ses connaissances en hydrostatique, il participe à l’assèchement des marais poitevins, à la demande du Duc de Roannez. C'est avec ce dernier qu'il inaugurera la dernière de ses réalisations qui reflète parfaitement le souci d’action concrète qui habite le savant : la première ligne de « transports en commun », convoyant les passagers dans Paris avec des carrosses à cinq sols munis de plusieurs sièges.

Testament de Blaise Pascal ( Archives nationales de France).

En 1662, la maladie de Pascal est devenue plus violente. Conscient du fait qu'il a peu de chances de survivre, il songe à trouver un hôpital pour les maladies incurables, mais ses médecins le déclarent intransportable. À Paris, le , Pascal a des convulsions et reçoit l’extrême onction. Il meurt à une heure du matin [21] du 19 au no 8 de la rue Neuve-Saint-Étienne-du-Mont (devenue le 2 rue Rollin), ses derniers mots étant « Puisse Dieu ne jamais m'abandonner ». Il est enterré dans l' église Saint-Étienne-du-Mont.

L'autopsie pratiquée après sa mort révélera de graves problèmes stomacaux et abdominaux, accompagnés de lésions cérébrales. Malgré cette autopsie, la raison exacte de sa santé chancelante n'est pas connue.

Des spéculations ont eu lieu à propos de tuberculose, d'un cancer de l'estomac ou d'une combinaison des deux. Les maux de tête qui affectaient Pascal sont attribués à la lésion cérébrale. ( Marguerite Périer, sa nièce, dit dans sa biographie de Pascal que l'autopsie révéla que « le crâne ne comportait aucune trace de suture autre que la lambdoïde… avec une abondance de cervelle, dont la substance était si solide et si condensée… »).

Les professeurs M. Dordain et R. Dailly de la Faculté de Médecine de Rouen développent, dans les années 1970, les travaux de MM. Augeix, Chedecal, Crussaire et Nautiacq et établissent un « diagnostic d’insuffisance rénale chronique » avec « suspicion d’une maladie polykistique des reins » et « présence de lésions vasculaires cérébrales en voie de complications (thrombose) ». Pascal aurait donc été atteint « d’une maladie génétique… [dont] les expressions cliniques [entrent] dans le cadre des dystrophies angioplasiques congénitales… objet de travaux (Pr J.-M. Cormier et Dr J.-M. André, 1978 et 1987) ces dernières années » [22].

Miracle

Quand Pascal revient à Paris, juste après avoir surveillé la publication de sa dernière lettre, sa croyance religieuse est renforcée par sa proximité avec un miracle apparent qui concerne sa nièce Marguerite Périer âgée de dix ans, dans la chapelle du couvent de Port-Royal. Sa sœur Gilberte Périer raconte dans La vie de Monsieur Pascal qu’elle a consacrée à son frère :

« Ce fut en ce temps-là qu’il plut à Dieu de guérir ma fille d’une fistule lacrymale, dont elle était affligée il y avait trois ans et demi. Cette fistule était d’une si mauvaise qualité, que les plus habiles chirurgiens de Paris la jugèrent incurable. Et enfin Dieu s’était réservé de la guérir par l’attouchement d’une Sainte-Épine qui est à Port-Royal des Champs ; et ce miracle fut attesté par plusieurs chirurgiens et médecins, et autorisé par le jugement solennel de l’Église. »

Plus tard, les jansénistes et les catholiques utilisèrent pour leur défense ce miracle bien documenté. En 1728, le pape Benoît XIII s’en servit pour montrer que l’âge des miracles n’était pas terminé.

Pascal mit dans son blason un œil surmonté d’une couronne d’épines, avec l’inscription Scio cui credidi (« Je sais en qui j'ai cru »). Sa foi renouvelée, il se décida à écrire son œuvre testamentaire, inachevée, les Pensées.

Les Pensées

Article détaillé : Pensées.

Pascal ne put achever, avant de mourir, son travail théologique le plus important : un examen soutenu et logique de la défense de la foi chrétienne, avec pour titre original Apologie de la religion chrétienne.

Après sa mort, de nombreuses feuilles de papier ont été trouvées lors du tri de ses effets personnels, sur lesquelles étaient notées des pensées isolées, feuilles regroupées en liasses dans un ordre provisoire mais parlant. La première version de ces notes éparses est imprimée en 1670 sous le titre Pensées de M. Pascal sur la religion et sur quelques autres sujets [19]. Elles sont devenues très vite un classique. Parce que ses amis et les disciples de Port-Royal étaient conscients que ces « pensées » fragmentaires pouvaient mener au scepticisme plutôt qu’à la piété, ils ont caché les pensées sceptiques et ont modifié une partie du reste, de peur que le roi ou l’église n’en prenne offense alors que la persécution de Port-Royal avait cessé, et les rédacteurs ne souhaitaient pas une reprise de la polémique. Il a fallu attendre le XIXe siècle pour que les Pensées soient publiées complètement et avec le texte d’origine, tirées de l'oubli et éditées par le philosophe Victor Cousin.

Les Pensées de Pascal sont largement considérées comme une des pièces maîtresses et une étape de la littérature française. En présentant ses observations sur un chapitre, Sainte-Beuve considérait ces pages comme les plus fines de la langue française. Will Durant, dans son onzième volume de l’Histoire des civilisations, le juge comme « le livre le plus éloquent en français ». Dans les Pensées, Pascal présente plusieurs paradoxes philosophiques : infini et néant, foi et raison, âme et matière, mort et vie, sens et vanité – apparemment n’arrivant à aucune conclusion définitive sans l’appui de l’humilité et de la grâce. En les rassemblant, il développe le pari de Pascal.

Other Languages
Afrikaans: Blaise Pascal
Alemannisch: Blaise Pascal
aragonés: Blaise Pascal
العربية: بليز باسكال
مصرى: باسكال
asturianu: Blaise Pascal
Aymar aru: Blaise Pascal
azərbaycanca: Blez Paskal
Boarisch: Blaise Pascal
žemaitėška: Blaise Pascal
беларуская: Блез Паскаль
беларуская (тарашкевіца)‎: Блез Паскаль
български: Блез Паскал
brezhoneg: Blaise Pascal
bosanski: Blaise Pascal
català: Blaise Pascal
čeština: Blaise Pascal
Чӑвашла: Паскаль Блез
Cymraeg: Blaise Pascal
Deutsch: Blaise Pascal
Ελληνικά: Μπλεζ Πασκάλ
English: Blaise Pascal
Esperanto: Blaise Pascal
español: Blaise Pascal
euskara: Blaise Pascal
Gaeilge: Blaise Pascal
贛語: 帕斯卡
עברית: בלז פסקל
hrvatski: Blaise Pascal
Kreyòl ayisyen: Blaise Pascal
Հայերեն: Բլեզ Պասկալ
interlingua: Blaise Pascal
Bahasa Indonesia: Blaise Pascal
íslenska: Blaise Pascal
italiano: Blaise Pascal
Patois: Bliez Paskal
Basa Jawa: Blaise Pascal
ქართული: ბლეზ პასკალი
Taqbaylit: Blaise Pascal
Kabɩyɛ: Blaise Pascal
қазақша: Блез Паскаль
Lëtzebuergesch: Blaise Pascal
lietuvių: Blaise Pascal
latviešu: Blēzs Paskāls
Malagasy: Blaise Pascal
македонски: Блез Паскал
Mirandés: Blaise Pascal
Nederlands: Blaise Pascal
norsk nynorsk: Blaise Pascal
occitan: Blasi Pascal
Kapampangan: Blaise Pascal
Piemontèis: Blaise Pascal
پنجابی: پاسکل
português: Blaise Pascal
română: Blaise Pascal
armãneashti: Blaise Pascal
русский: Паскаль, Блез
sicilianu: Blaise Pascal
srpskohrvatski / српскохрватски: Blaise Pascal
Simple English: Blaise Pascal
slovenčina: Blaise Pascal
slovenščina: Blaise Pascal
српски / srpski: Блез Паскал
Basa Sunda: Blaise Pascal
svenska: Blaise Pascal
Kiswahili: Blaise Pascal
тоҷикӣ: Блез Паскал
Tagalog: Blaise Pascal
Türkçe: Blaise Pascal
татарча/tatarça: Блез Паскаль
ئۇيغۇرچە / Uyghurche: پاسكال
українська: Блез Паскаль
اردو: پاسکل
oʻzbekcha/ўзбекча: Blaise Pascal
Tiếng Việt: Blaise Pascal
Volapük: Blaise Pascal
Winaray: Blaise Pascal
მარგალური: ბლეზ პასკალი
Yorùbá: Blaise Pascal
文言: 帕斯卡
Bân-lâm-gú: Blaise Pascal