Bhoutan

Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.

Royaume du Bhoutan

Druk Yul (dz)

Drapeau
Drapeau du Bhoutan
Blason
Blason du Bhoutan
Devise nationale Une nation, un peuple
Hymne national Druk tsendhen
Administration
Forme de l'État Monarchie constitutionnelle
Roi Jigme Khesar Namgyel
Premier ministre Tshering Tobgay
Langues officielles Dzongkha
Capitale Thimphou

27° 29′ N, 89° 38′ E

Géographie
Plus grande ville Thimphou
Superficie totale 38 394  km2
( classé 134e)
Superficie en eau Négligeable
Fuseau horaire UTC + 6
Histoire
Indépendance de l' Inde
Date
Démographie
Gentilé Bhoutanais
Population totale (juillet 2015) 741 919 [1] hab.
( classé 162e)
Densité 19,3 hab./km2
Économie
PIB nominal ( 2014) 1,983 milliard de USD ( 154e)
PIB (PPA) ( 2014) 5,871 milliards de USD ( 162e)
Monnaie Ngultrum ( BTN​)
Divers
Code ISO 3166-1 BTN, BT​
Domaine Internet .bt
Indicatif téléphonique +975

Le Bhoutan (prononcé en français :  /butɑ̃/ [2] ; en dzongkha Druk Yul, འབྲུག་ཡུལ་, translittération Wylie ʼbrug-yul  [ḍu yː]) [3], en forme longue le Royaume du Bhoutan, est un pays d’ Asie du Sud sans accès à la mer. Il est situé dans l’Est de la chaîne de l’ Himalaya, enclavé entre l’ Inde au sud, à l’est et à l’ouest, avec laquelle il partage 605 605 km de frontières terrestres, et la Chine ( région autonome du Tibet) au nord avec 470 470 km de frontières. Plus à l'ouest, il est séparé du Népal par l'État indien du Sikkim, et plus au sud il est séparé du Bangladesh par les États indiens d' Assam et du Bengale-Occidental. Sa capitale et plus grande ville est Thimphou.

Le Bhoutan est un ensemble de fiefs mineurs en guerre jusqu'au début du XVIIe siècle, quand le lama et chef militaire Shabdrung Ngawang Namgyal, fuyant la persécution religieuse au Tibet, unifie la région et cultive une identité bhoutanaise distincte. Au début du XXe siècle, le Bhoutan entre en contact avec l' empire britannique. Il maintient des relations bilatérales fortes avec l'Inde après son indépendance.

La géographie du Bhoutan varie des plaines subtropicales dans le sud aux montagnes subalpines de l' Himalaya au nord, où certains sommets excèdent 7 000 m. Sa superficie est de 38 394 km2 et il mesure environ 300 km dans sa plus grande longueur est-ouest, et 170 km dans le sens nord-sud.

La religion d'État du Bhoutan est le bouddhisme vajrayāna ( bouddhisme tibétain). Le bouddhisme prédomine dans sa population estimée à presque 750 000 personnes en 2012/13 [4]. L' hindouisme est la seconde religion du pays.

À partir de 1985, le gouvernement bhoutanais décide de ne plus considérer comme bhoutanaise la population d'origine népalaise, ce qui entraîne l'exil, plus ou moins contraint, de ces Bhoutanais d'origine népalaise, privés de leur citoyenneté. Nombre d'entre eux vivent désormais au Népal dans des camps de réfugiés sous l'égide du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

En 2008, le Bhoutan passe d'une monarchie absolue à une monarchie constitutionnelle et organise ses premières élections générales. Il est membre des Nations unies, ainsi que de l' Association sud-asiatique pour la coopération régionale (ASACR), dont il a accueilli le seizième sommet en avril 2010.

Étymologie

Carte de Rennell, 1777. Le Tibet y est appelé Bootan (coin supérieur droit)

Des noms similaires à Bhoutan, comme Bottanthis, Bottan, et Bottanter, font leur apparition en Europe dans les années 1580. L'orthographe Boutan (sans le h) apparaît pour la première fois dans Six voyages du Français Jean-Baptiste Tavernier, publié en 1676. Toutefois, tous ces usages renvoient non au Bhoutan tel qu'on le connaît aujourd'hui, mais au Royaume du Tibet. La distinction moderne entre ces deux entités ne se fait qu'à partir de la fin de l'expédition de 1774 de George Bogle. Celui-ci apprend à discerner les différences entre les deux régions, cultures et États. Dans son rapport final à la Compagnie anglaise des Indes orientales, il propose d'appeler officiellement le royaume de Druk Desi Boutan (selon l'orthographe française), et celui du panchen-lama Tibet. L'expert géomètre James Rennell anglicise le nom du premier en Bootan avant de populariser la distinction entre celui-ci et le grand Tibet [5].

L'étymologie précise de Bhoutan est inconnue, mais il est probable que le nom dérive de l' endonyme tibétain Bod, utilisé pour le Grand Tibet. Bod passe traditionnellement pour être une transcription du sanscrit Bhoṭa-anta (भोट-अन्त, "extrémité du Tibet") [6], allusion à la position du Bhoutan à l'extrémité sud du plateau tibétain et sa culture [7], [8].

Sur place, le Bhoutan a beaucoup de noms différents. La plus ancienne référence au Bhoutan dans un ouvrage occidental se trouve dans la Relaçao des jésuites portugais Estêvão Cacella et João Cabral, publiée en 1627. Elle l'appelle Cambirasi (« parmi les Cooch Beharis ») [9], Potente, et Mon (un endonyme pour le sud du Tibet) [5]. La première fois qu'un royaume distinct du Bhoutan apparaît sur une carte occidentale, il est désigné sous son nom local, Broukpa [5].

D'autres noms recensés sont Lho Mon (« terres sombres du sud »), Lho Tsendenjong (« terres du sud du cyprès »), Lhomen Khazhi (« terres du sud des quatre chemins »), et Lho Men Jong (« terres du sud des plantes médicinales ») [10], [11].

Le nom local du pays, Brug-yul (souvent transcrit Druk Yul), signifie « terre du dragon ». Il est aussi nommé Druk Tsendhen (« terre du dragon tonnerre »), le tonnerre étant interprété comme étant les grognements de dragons.