Benito Mussolini

Page d'aide sur les redirections « Mussolini » redirige ici. Pour les autres significations, voir Mussolini (homonymie).
Benito Mussolini
Illustration.
Benito Mussolini.
Fonctions
Président du Conseil des ministres d'Italie

(20 ans, 8 mois et 24 jours)
MonarqueVictor-Emmanuel III
GouvernementMussolini
LégislatureXXVIe, XXVIIe, XXVIIIe, XXIXe et XXXe
PrédécesseurLuigi Facta
SuccesseurPietro Badoglio
Ministre des Affaires étrangères

(5 mois et 20 jours)
Président du ConseilLui-même
PrédécesseurGaleazzo Ciano
SuccesseurRaffaele Guariglia

(3 ans, 10 mois et 20 jours)
Président du ConseilLui-même
PrédécesseurDino Grandi
SuccesseurGaleazzo Ciano

(6 ans, 10 mois et 13 jours)
Président du ConseilLui-même
PrédécesseurCarlo Schanzer
SuccesseurDino Grandi
Ministre de l'Intérieur

(16 ans, 8 mois et 19 jours)
Président du ConseilLui-même
PrédécesseurLuigi Federzoni
SuccesseurBruno Fornaciari

(1 an, 7 mois et 17 jours)
Président du ConseilLui-même
PrédécesseurPaolino Taddei
SuccesseurLuigi Federzoni
Biographie
Nom de naissanceBenito Amilcare Andrea Mussolini
Date de naissance
Lieu de naissancePredappio (Italie)
Date de décès (à 61 ans)
Lieu de décèsGiulino di Mezzegra (Italie)
Nationalitéitalienne
Parti politiqueParti socialiste italien (1900-1914)
Parti national fasciste (1921-1943)
Parti fasciste républicain (1943-1945)
ConjointRachele Guidi
EnfantsEdda Ciano
Benito Albino Dalser
Anna Maria Mussolini
Vittorio Mussolini
Bruno Mussolini
Romano Mussolini
ProfessionJournaliste

Signature de Benito Mussolini

Benito MussoliniBenito Mussolini
Présidents du Conseil des ministres d'Italie

Benito Mussolini, né le à Dovia di Predappio dans la province de Forlì-Cesena dans la région Émilie-Romagne en Italie et mort le à Giulino di Mezzegra), est un journaliste, idéologue et homme d'État italien, président du Conseil de 1922 à sa chute en 1943.

Fondateur du fascisme, il est président du Conseil du Royaume d'Italie, du 31 octobre 1922 au 25 juillet 1943, premier maréchal d'Empire du 30 mars 1938 au 25 juillet 1943, et chef de l'État de la République sociale italienne (RSI) de septembre 1943 à avril 1945. Il est couramment désigné par le terme « Duce », mot italien dérivé du latin Dux et signifiant « Chef » ou « Guide ».

Il est d'abord membre du Parti socialiste italien (PSI) et directeur du quotidien socialiste Avanti! à partir de 1912. Anti-interventionniste convaincu avant la Première Guerre mondiale, il change d'opinion en 1914, se déclarant favorable à l'entrée en guerre de l'Italie. Expulsé du PSI en novembre 1914, il crée son propre journal, Il Popolo d'Italia (Le peuple d'Italie) qui prend des positions nationalistes proches de celles de la petite bourgeoisie. Dans l'immédiate après-guerre, profitant du mécontentement de la « victoire mutilée », il crée le Parti national fasciste (PNF) en 1921 et se présente au pays avec un programme politique nationaliste, autoritaire, antisocialiste et antisyndical, ce qui lui vaut l'appui de la petite bourgeoisie et d'une partie des classes moyennes industrielles et agraires.

Dans le contexte de forte instabilité politique et sociale qui suit la Grande Guerre, il vise la prise du pouvoir en forçant la main aux institutions avec l'aide des actions de squadristi et l'intimidation qui culminent le avec la Marche sur Rome. Mussolini obtient la charge de constituer le gouvernement le . En 1924, après la victoire contestée des élections et l'assassinat du député socialiste Giacomo Matteotti, Mussolini assume l'entière responsabilité de la situation. La série de lois fascistissimes lui attribue, à partir de 1925, des pouvoirs dictatoriaux et fait de l'Italie un régime à parti unique.

Après 1935, il se rapproche du régime nazi d'Adolf Hitler avec qui il établit le Pacte d'Acier (1939). Convaincu d'un conflit à l'issue rapide, il entre dans la Seconde Guerre mondiale au côté de l'Allemagne nazie. Les défaites militaires de l'Italie et le débarquement des Alliés sur le sol italien entraînent sa mise en minorité par le Grand Conseil du fascisme le  : il est alors destitué et arrêté par ordre du roi. Libéré par les Allemands, il instaure en Italie septentrionale la République sociale italienne. Le , alors qu'il tente de fuir pour la Valteline déguisé en soldat allemand, il est capturé par un groupe de partisans, qui le fusillent avec sa maîtresse Clara Petacci. Leurs corps sont livrés à une foule en colère, pendus par les pieds, sur la Piazzale Loreto de Milan.

Jeunesse (1883-1902)

Origines

Maison natale de Benito Mussolini.

Fils du forgeron Alessandro Mussolini et de l'institutrice Rosa Maltoni, Benito naît le à Varani dei Costa, un hameau de la commune de Dovia di Predappio dans la province de Forlì-Césène en Émilie-Romagne.

Les prénoms Benito Amilcare Andrea lui sont donnés par son père[1], socialiste à la limite de l'anarchisme, désireux de rendre hommage à Benito Juárez, héros libéral et républicain face à l'intervention française et ex-président du Mexique, à Amilcare Cipriani, patriote italien et socialiste, et à Andrea Costa, premier député socialiste élu au parlement italien. Il a un frère, prénommé Arnaldo en hommage au moine révolutionnaire romagnol de Brescia[2],[3] et une sœur prénommée Edvige[2]. Alessandro Mussolini cherche à influencer son fils aîné par ses conversations avec lui, par les livres qu’il lui fait lire de bonne heure et par les textes que lui-même rédige pour les journaux socialistes locaux. Benito Mussolini dira à Yvon de Begnac : « Mon socialisme est né bakouniste, à l’école du socialisme de mon père, à l’école du socialisme libertaire de Blanqui[4]. » Alessandro Mussolini avait l’habitude de lire à ses enfants des passages du Capital de Karl Marx. Les enfants d'Alessandro Mussolini sont fiers de l’hospitalité que leur père offre depuis toujours aux militants socialistes recherchés par la police[5].

Études (1889-1902)

Le jeune Mussolini fréquente les deux premières classes élémentaires à Dovia, puis à Predappio (1889-1891). Il entre au collège des salésiens de Faenza (1892-1894)[6]. C'est un élève turbulent, voire violent : en 1893 il est renvoyé après avoir blessé un de ses camarades avec un couteau[7].

Il poursuit ses études au collège Carducci de Forlimpopoli[6] où, sous l'influence de son père, il se rapproche du militantisme socialiste[8]. En 1900, Mussolini fréquente les cercles socialistes de Forlimpopoli et de Forlì. À l’école normale, il quitte l’internat pour assister à des réunions publiques et y prendre la parole. Plus tard, lors de ses entretiens avec Emil Ludwig, il évoquera ainsi son adhésion aux idées socialistes nées de son indignation[9],[10] : « Ce qui domine, c’est l’indignation. J’avais sous les yeux les souffrances de mes parents ; à l’école normale, j’avais été humilié ; alors j’ai grandi comme révolutionnaire, avec les espoirs des déshérités. Qu’aurais-je pu devenir d’autre que socialiste à outrance, blanquiste, plutôt communiste au fond ? »

En 1901, il finit ses études, obtenant un diplôme d'enseignement[11]. Le , il est nommé maître suppléant à l'école élémentaire de Pieve Saliceto, hameau de Gualtieri[8].

Le , il termine l'année scolaire et, probablement pour fuir le service militaire[12], s'établit à Lausanne, après avoir séjourné dans deux autres villes suisses, Yverdon-les-Bains et Orbe.

Other Languages
Afrikaans: Benito Mussolini
Alemannisch: Benito Mussolini
አማርኛ: ሙሶሊኒ
aragonés: Benito Mussolini
asturianu: Benito Mussolini
azərbaycanca: Benito Mussolini
žemaitėška: Benits Mosuolėnės
беларуская: Беніта Мусаліні
беларуская (тарашкевіца)‎: Бэніта Мусаліні
български: Бенито Мусолини
brezhoneg: Benito Mussolini
Mìng-dĕ̤ng-ngṳ̄: Benito Mussolini
čeština: Benito Mussolini
emiliàn e rumagnòl: Benito Mussolini
Esperanto: Benito Mussolini
estremeñu: Benito Mussolini
Nordfriisk: Benito Mussolini
Gàidhlig: Benito Mussolini
Bahasa Indonesia: Benito Mussolini
íslenska: Benito Mussolini
Basa Jawa: Benito Mussolini
Lëtzebuergesch: Benito Mussolini
Lingua Franca Nova: Benito Mussolini
لۊری شومالی: بنیتو موسولینی
lietuvių: Benito Mussolini
latviešu: Benito Musolīni
македонски: Бенито Мусолини
മലയാളം: മുസ്സോളിനി
Bahasa Melayu: Benito Mussolini
Mirandés: Benito Mussolini
مازِرونی: بنیتو موسولینی
नेपाल भाषा: बेनिटो मुसोलिनी
Nederlands: Benito Mussolini
norsk nynorsk: Benito Mussolini
Papiamentu: Benito Mussolini
Piemontèis: Benito Mussolini
پنجابی: میسولینی
português: Benito Mussolini
Runa Simi: Benito Mussolini
संस्कृतम्: बेनितो मुसोलिनी
sicilianu: Benitu Mussolini
srpskohrvatski / српскохрватски: Benito Mussolini
Simple English: Benito Mussolini
slovenčina: Benito Mussolini
slovenščina: Benito Mussolini
Soomaaliga: Benito Mussolini
српски / srpski: Бенито Мусолини
Basa Sunda: Benito Mussolini
Kiswahili: Benito Mussolini
ślůnski: Benito Mussolini
తెలుగు: ముస్సోలినీ
татарча/tatarça: Benito Mussolini
українська: Беніто Муссоліні
oʻzbekcha/ўзбекча: Benito Mussolini
Tiếng Việt: Benito Mussolini
მარგალური: ბენიტო მუსოლინი
文言: 墨索里尼
Bân-lâm-gú: Benito Mussolini
粵語: 墨索里尼