Bath

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bath (homonymie).
Bath
Le Royal Crescent, à Bath.
Le Royal Crescent, à Bath.
Administration
Pays Drapeau : Royaume-Uni  Royaume-Uni
Nation Drapeau de l'Angleterre  Angleterre
Comté Somerset
District Bath and North East Somerset
Autorité unitaire Bath and North East Somerset
Force de police Avon et Somerset
Maire
Mandat
Paul Crossley ( Démocrates libéraux)
2016 - présent
Code postal BA1, BA2
Indicatif 01225
Démographie
Population 88 859 hab.
Densité 3 064 hab./km2
Géographie
Coordonnées 51° 22′ 51″ nord, 2° 21′ 37″ ouest
Altitude Max. 238 m
Superficie 2 900 ha = 29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

Voir la carte administrative du Royaume-Uni
City locator 14.svg
Bath

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

Voir la carte topographique du Royaume-Uni
City locator 14.svg
Bath
Liens
Site web http://www.thecityofbath.co.uk/

Bath est une ville du comté de Somerset, au sud-ouest de l' Angleterre. Elle se situe à 180 km à l'ouest de Londres et à 25 km au sud-est de Bristol, et compte 83 992 habitants [1]. La reine Élisabeth Élisabeth Ire lui a accordé le statut de cité par charte royale en 1590 [2] et la ville fut faite county borough en 1889, ce qui lui donna l'indépendance administrative par rapport au comté du Somerset. Elle est rattachée au comté d' Avon, un district non-métropolitain, lorsqu'il est créé en 1974. Depuis 1996, l'année où le comté d'Avon a été supprimé, Bath est le centre principal de l' autorité unitaire de Bath et du nord-est du Somerset (B&NES).

En 50 ap. J.-C., les Romains fondèrent la ville pour en faire un lieu thermal et s'appelait en latin Aquae Sulis  (en) (« les eaux de Sulis »). Cependant, la tradition orale semble suggérer que Bath était connue avant cette date [3]. Ils construisirent des bains et un temple dans les collines aux alentours de la ville, dans la vallée de l' Avon autour de sources chaudes [4]. Edgar d'Angleterre fut proclamé roi à l' abbaye de Bath en 973 [5]. Bien plus tard, la ville devint populaire en tant que station thermale pendant l' époque georgienne, qui conduit à une importante expansion laissant un incroyable héritage architectural fabriqué avec la pierre de la région.

La ville de Bath est inscrite au patrimoine mondial de l' UNESCO depuis 1987. Elle compte une diversité de théâtres, musées et autres lieux culturels et sportifs, ce qui a aidé à faire de la ville un haut lieu du tourisme, avec, par an, plus d'un million de visiteurs qui font de longs séjours, et plus de 3,8 millions qui ne restent que pour la journée [6]. On trouve à Bath deux universités et plusieurs écoles et établissements secondaires. On y trouve aussi un important service tertiaire ; les industries de l'informatique et de la création se développent et fournissent du travail aux habitants de Bath et sa région [7].

Histoire

Périodes celte et romaine

Photograph of the Baths showing a rectangular area of greenish water surrounded by yellow stone buildings with pillars. In the background is the tower of the abbey.
Le Grand Bain des thermes de Bath. Toute la structure au-dessus du niveau des piliers de base date d'une reconstruction plus récente.

Des recherches archéologiques démontrent que le site de la principale source des thermes de Bath était considéré comme un lieu saint par les Celtes [8], et était dédié au culte de la déesse Sulis  (en) que les Romains identifiaient à Minerve. Cependant, le nom de Sulis continua d'être employé même après l'invasion romaine et donna le nom d' Aquae Sulis  (en) à la ville (littéralement, « les eaux de Sulis ») [9]. Des messages qui lui était destinés inscrits sur du métal, plus connu sous le nom de tablette de défixion, ont été retrouvés près de la Source sacrée par des archéologues. Ces tablettes étaient écrites en latin, et servaient à lancer des malédictions aux gens qui avaient offensé la personne jetant le sort. Par exemple, si un citoyen s'était fait voler ses vêtements aux bains, il écrivait une malédiction en nommant les suspects sur une tablette qui serait par la suite lue par la déesse Sulis Minerve.

Le temple fut construit entre 60 et 70 ap. J.-C., et le complexe thermal petit à petit pendant les trois cents années suivantes [4]. Pendant l' occupation de l'Angleterre par les Romains, et peut-être sur les ordres de l' empereur Claude [10], des ingénieurs mirent des piles de chênes dans la boue afin de rendre les fondations stables et entourèrent la source irrégulièrement d'une chambre en pierre doublée de plomb. Au e siècle, la source fut entourée par un bâtiment en voûte en berceau fait en bois [8], qui abritait le caldarium (bain chaud), le tepidarium (bain tiède) et le frigidarium (bain froid) [11]. Des murs défensifs furent ajoutés à la ville, probablement vers le e siècle [12]. Après le retrait des troupes romaines, dans les premières décennies du e siècle, les bains se délabrèrent et furent finalement perdus à cause de l'ensablement [13].

Périodes post-romaine et saxonne

A vertical inscribed stone rising from gras with treest in the background.
La pierre runique de Nävelsjö ( Suède) commémorant la mort d'un Viking à Bath.

Il est possible que Bath soit le lieu de la bataille du mont Badon où le roi Arthur est censé avoir vaincu les Saxons, bien que cela soit contesté [14]. La Chronique anglo-saxonne mentionne que Bath tombe aux mains des Saxons en 577, après la bataille de Dyrham [15], [15]. Il se peut que le poème anglo-saxon, connu sous le nom de The Ruin (La Ruine), décrive l'aspect du site romain de l'époque. En 675, Osric des Hwicce, roi des Hwicce, mit en place une maison monastique à Bath, en utilisant sûrement les murs de la ville comme enceinte [16]. Nennius, historien du e siècle, parle d'un « lac chaud » dans la contrée de Hwicce, qui se trouvait le long de la Severn, et ajoute : « Il est entouré par un mur fait de brique et de pierre, et les hommes peuvent aller s'y baigner quand ils le souhaitent, et n'importe quel homme peut prendre le bain qu'il aime. S'il le désire, son bain sera froid; et s'il veut prendre un bain chaud, alors il sera chaud [17]. » Bède décrit aussi les bains chauds dans son introduction de l' Histoire ecclésiastique du peuple anglais dans des termes très similaires à ceux de Nennius [18]. Le roi Offa de Mercie prit le contrôle du monastère en 781 et y construisit une église dédiée à saint Pierre [19]. Dès le e siècle, le schéma des vieilles rues romaines n'existe plus et Bath devient une possession royale avec le roi Alfred le Grand qui conçut de nouveau la ville, laissant le quartier sud-est comme enceinte de l'abbaye [20]. Edgar d'Angleterre est couronné roi d'Angleterre à l'abbaye de Bath en 973 [5]. Les Anglo-Saxons appelaient la ville Baðum, Baðan ou Baðon, ce qui veut dire aux bains, et c'est de là que vient le nom actuel de la ville.

Périodes normande, médiévale et de la maison Tudor

Yellow stone building with large arched windows and a tower.
L'abbaye de Bath.

Le roi Guillaume II d'Angleterre céda la ville à un médecin royal, Jean de Tours, qui devint évêque de Wells et abbé de Bath en 1088 [21], [22]. C'était une règle papale qu'un évêque soit transféré à des sièges en ville, et il déplaça le sien de Wells à Bath [23]. Il élabora et commença la construction d'une église beaucoup plus grande que sa cathédrale à laquelle était rattaché un prieuré, avec l'évêché à côté [21]. De nouveaux bains furent construits autour des trois sources. Cependant, les évêques suivants transférèrent à nouveau leur siège épiscopal à Wells, tout en gardant le nom de Bath dans leur titre : l' évêque de Bath et Wells.

À partir du e siècle, l'abbaye-église de Bath est en très mauvais état et a besoin d'être réparée [24]. Oliver King  (en), évêque de Bath et de Wells, décide en 1500 de la reconstruire à une échelle plus petite. La nouvelle église fut terminée seulement quelques années avant que le prieuré de Bath ne soit dissous en 1539 par Henri VIII [25]. La restauration de l'abbaye-église débuta avec l' ère élisabéthaine et devint l'église paroissiale. La ville connut un renouveau en tant que station thermale. Les thermes de Bath furent améliorés et la ville commença à attirer l'aristocratie.

Début de l'époque moderne

Pendant la Première Révolution anglaise, le , la bataille de Lansdowne  (en) eut lieu au nord de la périphérie de la ville [26]. Thomas Guidott  (en), étudiant en chimie et en médecine au Wadham College d' Oxford, emménagea à Bath et y ouvrit un cabinet en 1688. Il s'intéressa aux propriétés curatives des eaux et écrivit le Traité sur Bath et ses eaux. Et quelques questions sur la nature de l'eau, en 1676. Cet écrit attira l'attention du pays sur les propriétés bienfaisantes de ces eaux minérales et chaudes. Bientôt, l'aristocratie commença à affluer dans la ville pour en profiter [27].

Aerial photograph of semicircular terrace of stone buildings with large expanse of grass in front and to the left. Also shows surrounding terraces of buildings.
Le Royal Crescent vu du ciel : les goûts architecturaux de l'ère géorgienne ont favorisé la régularité des rues et des places de Bath, provoquant un contraste flagrant avec la nature.

Quelques quartiers de la ville se développèrent pendant le règne des Stuarts, et encore plus pendant l' époque georgienne, en réponse au nombre croissant de visiteurs, ce qui demandait plus de logements [28]. Les architectes John Wood l'Ancien  (en) et son fils, John Wood le Jeune, conçurent de nouveaux quartiers avec des rues et des places aux façades identiques donnant une sensation de grandiose étendue mêlée à un décorum classique [29]. La majeure partie de la pierre de Bath, de couleur or-crème, qui a été utilisée pour la construction de la ville, fut extraite des mines de Combe Down and Bathampton Down Mines, propriété de Ralph Allen (1694-1764) [30]. Afin de faire de la publicité mettant en valeur la qualité de la roche calcaire qu'il extrait, Allen chargea John Wood l'Ancien de lui construire une maison de campagne dans sa propriété de Prior Park entre la ville et la ville [30]. C'est aussi lui qui a amélioré et étendu le service postal de l'ouest de l'Angleterre, dont il a détenu le contrat pendant 40 ans [30]. Bien que la politique ne fut pas sa passion, Allen avait un grand sens civique et fut membre de la Bath Corporation durant de nombreuses années. En 1742, à 50 ans, il devient maire de la ville pendant un mandat [30].

Au début du e siècle, Bath acquiert son premier vrai théâtre prévu à cet effet, le Old Orchard Street Theatre, plus tard reconstruit sous le nom de Theatre Royal, ainsi que le Grand Pump Room rattaché aux thermes romains et l' Assembly Rooms de Bath. Beau Nash  (en), animateur de spectacle qui présida la vie sociale de la ville de 1705 jusqu'à sa mort en 1761, établit un code de comportement lors des divertissements publics [31].

Période récente de l'ère moderne

Yellow stone terraced houses alongside a steep road.
Maisons « en terrasse » dans l'est de Bath.

La population de la ville atteint 40 020 habitants lors du recensement de 1801, faisant de Bath l'une des plus grandes villes d'Angleterre [32]. En 1822, William Thomas Beckford acheta une maison à Lansdown Crescent  (en) et finit par acheter deux autres maisons dans le croissant pour former sa résidence. Après avoir acquis le terrain entre son domicile et le haut de Lansdown Hill  (en), il créa un parc de plus de 800 mètres de long et construisit Beckford's Tower  (en) tout en haut [33].

L'empereur d' Éthiopie Hailé Sélassié Hailé Sélassié Ier passa les quatre années que dura son exil, de 1936 à 1940, à Fairfield House [34]. Pendant la Seconde Guerre mondiale, entre la soirée du 25 avril 1942 et les premières lueurs du jour du 27 avril 1942, Bath subit trois raids aériens en représailles contre les raids aériens effectués par la Royal Air Force sur les villes de Lübeck et Rostock. Ces raids faisaient partie de la campagne de la Luftwaffe plus connue sous le nom de Baeder Blitz. Plus de 400 personnes y trouvèrent la mort et plus de 19 000 bâtiments furent détruits ou endommagés [35]. Des maisons du Royal Crescent, du Circus et du Paragon (rue de maisons style georgien) brûlèrent, tout comme l' Assembly Rooms, tandis qu'une partie du côté sud du Queen Square  (en) était détruit [36].

Après la guerre, une étude révéla la médiocre qualité des logements. Elle mena au développement de certaines zones de la ville dans le style architectural après-guerre, qui souvent ne cadre pas avec l'architecture géorgienne de la ville. Dans les années 1950, les villages de Combe Down  (en), Twerton  (en) et Weston furent rattachés à Bath pour permettre la construction d'un plus grand nombre de logements, la plupart étant des logements sociaux. Dans les années 1970 et 80, il était clair que la conservation des bâtiments historiques était insuffisante et la ville s'occupa de ces bâtiments qui, toujours dans un souci de préservation, furent ouverts au public et réutilisés. En 1987, la ville est inscrite au patrimoine mondial de l' UNESCO, qui reconnaît la richesse culturelle internationale de la ville [37].

Depuis 2000, de nombreux développements ont été réalisés, notamment avec le Thermae Bath Spa et le centre commercial de SouthGate, ainsi qu'avec le projet de Bath Western Riverside [38].

Other Languages
Afrikaans: Bath
Ænglisc: Baðanceaster
العربية: باث
ܐܪܡܝܐ: ܒܐܬ
azərbaycanca: Bat
беларуская: Бат
беларуская (тарашкевіца)‎: Бат
български: Бат
brezhoneg: Bath (Somerset)
català: Bath
کوردی: بات
čeština: Bath
Cymraeg: Caerfaddon
dansk: Bath
Deutsch: Bath
Zazaki: Bath
Ελληνικά: Μπαθ
Esperanto: Bath
español: Bath
eesti: Bath
euskara: Bath
فارسی: باث
suomi: Bath
galego: Bath
עברית: באת'
hrvatski: Bath, Somerset
magyar: Bath
Հայերեն: Բաթ (Անգլիա)
Bahasa Indonesia: Bath, Somerset
Interlingue: Bath
íslenska: Bath
italiano: Bath
Basa Jawa: Bath
ქართული: ბათი
қазақша: Бат (Англия)
한국어: 바스
Latina: Aquae Sulis
Lëtzebuergesch: Bath
lumbaart: Bath
lietuvių: Batas (Anglija)
Bahasa Melayu: Bath, Somerset
مازِرونی: باث
norsk nynorsk: Bath
norsk: Bath
Nouormand: Ba
polski: Bath
پنجابی: باتھ
português: Bath
Runa Simi: Bath
română: Bath, Somerset
русский: Бат (Англия)
srpskohrvatski / српскохрватски: Bath
Simple English: Bath, Somerset
slovenčina: Bath
slovenščina: Bath
српски / srpski: Бат (Самерсет)
svenska: Bath
ไทย: บาธ
Türkçe: Bath
українська: Бат (Англія)
Tiếng Việt: Bath, Somerset
Volapük: Bath (Linglän)
მარგალური: ბათი
粵語: 巴斯