Bassin houiller stéphanien sous-vosgien

Wikipédia:Bons articles Vous lisez un «  bon article ».
Carte des départements français.
Localisation du gisement sur la carte des bassins houillers français.

Le bassin houiller stéphanien sous-vosgien est l'un des quatre bassins houillers des Vosges et du Jura. Il englobe l'est de la Haute-Saône, le Territoire de Belfort et le sud du Haut-Rhin, dans l'est de la France. Daté du Stéphanien, seule sa partie centre-ouest correspondant au bassin minier de Ronchamp et Champagney est abondamment exploitée pour ses couches de bonne qualité entre le milieu du XVIIIe siècle et le milieu du XXe siècle, tandis que ses autres sites sont délaissés et très peu exploités, soit en raison d'une profondeur trop importante (supérieure à un kilomètre), soit en raison de la médiocre qualité et de la faible épaisseur des couches.

Un petit gisement situé vers le hameau de Mourière est exploité entre 1844 et 1891, mais de façon artisanale avec des couches de faible épaisseur et de piètre qualité. D'importantes réserves de houille formant des couches suffisamment épaisses et de bonne qualité sont découvertes au début du XXe siècle autour de la commune de Saint-Germain. La Première Guerre mondiale puis la Grande Dépression retardent la mise en exploitation et malgré plusieurs initiatives et débats pour lancer l'exploitation dans les années 1950, aucune mine n'est ouverte. Au total, six concessions sont accordées entre 1757 et 1914, dont la moitié finissent par fusionner ( Ronchamp, Champagney et Éboulet). Deux d'entre elles ne sont pas exploitées ( Lomont et Saint-Germain).

Situation

Carte des communes de Haute-Saône.
Les différentes concessions de Haute-Saône.

Possédant une forme de boomerang, le bassin englobe l'est de la Haute-Saône, le nord du Territoire de Belfort et le sud du Haut-Rhin. Il est situé entre Bouhans-lès-Lure, Ronchamp, Lomont à l'ouest et Wattwiller à l'est, avec des lambeaux entre Romagny et Habsheim [1], [2]. Il mesure une soixantaine de kilomètres de long sur le flanc des Vosges sur une vingtaine de kilomètres de large au maximum [Note 1].

La partie occidentale a fait l'objet de six concessions : d’abord celles de Ronchamp, Champagney et Éboulet, toutes situées au nord et qui ont rapidement fusionné les unes avec les autres (tout comme les compagnies qui les exploitent) ; celle de Mourière, voisine, restée indépendante ; celle de Lomont, au sud, qui n'a pas pu entrer en exploitation à cause de manques financiers et matériels pour l' exploitation en grande profondeur ; enfin, celle de Saint-Germain [3]. La vaste partie orientale n'a jamais vu l'accord d'une concession, malgré les prospections réalisées par de nombreuses sociétés dont la «  Compagnie départementale du Haut-Rhin pour la recherche de nouvelles mines de houille » [4]. Quelques travaux artisanaux et éphémères de recherche ou d'extraction voient toutefois le jour à certains endroits épars et à différentes époques [5].

Les gisements houillers les plus proches sont le bassin houiller de la vallée de Villé au nord-est et le bassin houiller keupérien de Haute-Saône, qui le chevauche au sud-ouest.

Other Languages