Bédouins

Icône de paronymieCet article possède un paronyme ; voir : Bédoin.
Bédouins
Description de cette image, également commentée ci-après
Bédouin du sud de la Jordanie.
Populations significatives par région
Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite1 000 000[réf. nécessaire]
Drapeau de la Jordanie Jordanie10 336 nomades (2004)[1]
Drapeau de l'Égypte Égypte (principalement dans le Sinaï[3])380 000 (2007)[2]
Drapeau d’Israël Israël (principalement dans le District sud)170 000 (1999)[4]
Population totaleenviron 4 millions, dont 5 % de nomades au Moyen-Orient[3]
Autres
LanguesArabe bédouin
ReligionsIslam (sunnisme, chiisme), christianisme et judaïsme.

Les Bédouins désignent des nomades arabes vivant de l'élevage des caprins, des ovins et des camélidés[3], principalement dans les déserts d'Arabie, de Syrie, du Sinaï et du Sahara. Cette population arabe d'environ 4 millions de personnes est reconnaissable par ses dialectes, sa culture et sa structure sociale spécifiques[3]. De nos jours, seuls environ 5 % des Bédouins du Moyen-Orient sont encore nomades, tandis que quelques Bédouins du Sinaï sont encore semi-nomades[3]. Pour certains Bédouins, il ne faut qu'appartenir à une tribu d'origine bédouine pour se revendiquer Bédouin, mais pour d'autres il faut de plus mener une vie de nomade, ce qui en exclut les sédentaires[5].

Le nom « bédouins » est issu de badw (البدو) ou badawi (بَدَوِي) ou au pluriel badawiyoune (بَدَوِيُّون) qui signifie « habitant du désert » en arabe[5].

Histoire

Article détaillé : Histoire de l'Arabie préislamique.

Ces derniers remontent leur lignée à Adnan ou Qahtan, ainsi qu'au personnage biblique Ismaël. Auda ibn Tayi, dirigeant des Howaytat (en), prit part à la révolte arabe lors de la Première Guerre mondiale.

Ils vivent surtout au Moyen-Orient dans le Néguev et dans le Sinaï, à Wadi Rum et dans le Haïl, entre les Émirats arabes unis et Oman. Ils sont également présents en Afrique du Nord, de par l'arabisation qui a été faite au e siècle par différentes tribus, comme les Banu Hilal et les Banu Sulaym[6].

Bouleversements depuis le e siècle

Géographie des populations bédouines vers 1900.

Au cours du e siècle, la société bédouine a connu de grands bouleversements, tendant à faire disparaître ou à modifier un certain nombre de ses traditions. Ces bouleversements ont principalement été entraînés par la rencontre avec le mode de vie occidental, à partir des années 1920, lorsque la France et la Grande-Bretagne ont reçu des mandats pour gouverner les pays arabes nouvellement créés.

Parmi ces bouleversements, on peut compter l’apparition des véhicules motorisés, qui ont dans bien des cas remplacé les chameaux, l'animal de bât et de monte traditionnel, entraînant l’effondrement d’un élément majeur de l’économie bédouine.

Une bédouine en Tunisie, 1907.

Le découpage en pays des territoires habités par les bédouins a en outre restreint les déplacements des familles et tribus dans leurs migrations annuelles, même si ces déplacements internationaux bénéficient d’une tolérance particulière dans le cas des nomades bédouins.

On trouve des Bédouins au sud de la Tunisie. Il y a principalement les Banu Saidi, Banu Sulaym et Banu Hilal. De nos jours, ils sont peu nomades ; la plupart habite en ville, principalement à Sidi Bouzid et ses environs.

L’enrôlement d’un grand nombre de Bédouins dans des armées nationales a quant à lui considérablement freiné les affrontements inter-tribaux, une armée régulière ne sachant tolérer que ses soldats s’affrontent entre eux, ni qu’ils attaquent des soldats d’une autre armée sans en avoir reçu l’ordre.

Bédouin à Riyad, en 1963.

Les Bédouins, qui autrefois traversaient les déserts de la péninsule d'Arabie ou la Palestine sans se préoccuper des frontières, représentent en Syrie un peu moins de 1 % de la population. Le gouvernement a sédentarisé depuis des années ces nomades impénitents. Pasteurs pour la plupart, les Bédouins continuent néanmoins à voyager avec chevaux et chameaux.

En Israël, le gouvernement tente de sédentariser ces populations présentes dans le Néguev et en Galilée, qui servent dans l'armée israélienne, souvent en tant que gardes-frontières, à la différence des autres Arabes israéliens qui le plus souvent n'effectuent pas le service militaire. Malgré tout cela, les Bédouins restent peu intégrés à la société israélienne[7] et ont beaucoup de mal à y être acceptés pleinement[8],[9].

« L'espace culturel des Bedu de Petra et Wadi Rum » a été proclamé en 2005, puis inscrit en 2008 par l'UNESCO sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité[10].

Other Languages
Afrikaans: Bedoeïene
Alemannisch: Beduinen
aragonés: Beduins
العربية: بدو
azərbaycanca: Bədəvilər
تۆرکجه: بدوی لر
башҡортса: Бәҙүәндәр
беларуская: Бедуіны
български: Бедуини
বাংলা: বেদুঈন
català: Beduí
corsu: Beduini
čeština: Beduíni
dansk: Beduiner
Deutsch: Beduinen
Zazaki: Bedewi
Ελληνικά: Βεδουίνοι
English: Bedouin
Esperanto: Beduenoj
español: Beduino
eesti: Beduiinid
euskara: Beduino
suomi: Beduiinit
עברית: בדואים
हिन्दी: बदू लोग
hrvatski: Beduini
magyar: Beduinok
Հայերեն: Բեդվիններ
Bahasa Indonesia: Suku Badui (Arab)
italiano: Beduini
日本語: ベドウィン
Basa Jawa: Wong Badawi
қазақша: Бәдеуилер
한국어: 베두인
Latina: Beduini
lietuvių: Beduinai
Bahasa Melayu: Badwi
Nederlands: Bedoeïenen
norsk nynorsk: Beduinar
norsk: Beduiner
ਪੰਜਾਬੀ: ਬੱਦੂ ਲੋਕ
polski: Beduini
português: Beduínos
română: Beduin
русский: Бедуины
Scots: Bedouin
سنڌي: بدو
srpskohrvatski / српскохрватски: Beduini
Simple English: Bedouin
slovenščina: Beduini
српски / srpski: Бедуини
svenska: Beduiner
Türkçe: Bedeviler
українська: Бедуїни
اردو: بدو
oʻzbekcha/ўзбекча: Badaviy
ייִדיש: בעדואינער
中文: 貝都因人