Autoroute A6 (France)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir A6, Autoroute A6 et Autoroute du Soleil.
Autoroute A6
Cartouche de la route
Carte de la route.
Autres dénominationsAutoroute du Soleil
Historique
Ouverturede 1960 à 1971
Caractéristiques
Longueur455 km
Directionnord / sud-est
Extrémité nordA6a A6b à Paris
IntersectionsPorte d'Orléans et A106 à Chevilly-Larue
A86 à Fresnes
A10 à Wissous
A77 à Poligny
A19 à Piffonds
A38 à Pouilly-en-Auxois
A31 à Beaune
A40 à Sancé
A466 aux Chères
A46 à Ambérieux
Extrémité sud-estA7 à Lyon (tunnel de Fourviere)
RéseauAutoroute française, également E15, E21, E60
Territoire traversé
4 régionsÎle-de-France, Centre-Val de Loire, Bourgogne-Franche-Comté et Auvergne-Rhône-Alpes
10 départements et collectivités territorialesVal-de-Marne, Hauts-de-Seine, Essonne, Seine-et-Marne, Loiret, Yonne, Côte-d'Or, Saône-et-Loire, Rhône et Métropole de Lyon
Villes principalesÉvry, Fontainebleau, Nemours, Auxerre, Beaune, Chalon-sur-Saône, Mâcon, Villefranche-sur-Saône, Lyon

L'autoroute A6 (surnommée autoroute du Soleil) est une autoroute qui relie le sud-est de Paris et Lyon, en France, en empruntant la vallée de la Saône. Elle est prolongée par l'A7 à Lyon pour rejoindre Marseille.

L'autoroute A6 est exploitée par la société Autoroutes Paris-Rhin-Rhône. Elle mesure 460 km de long. Elle fait partie des routes européennes E15, E21 et E60.

Historique

L'autoroute A6 a été construite entre 1953 et 1971.

  • 1953 : début de la construction d'un premier tronçon entre Paris et Le Coudray-Montceaux[1].
  • 1960 : l'« Autoroute du Sud » ouvre entre Paris et Le Coudray-Montceaux (34 km).
  • 1961 : la SAPL (Société de l'autoroute Paris-Lyon) est créée. Les premiers terrassements de la section Auxerre-Sud / Nitry sont lancés durant l'été, à proximité de Saint-Cyr-les-Colons.
  • 1963 : ouverture du tronçon Auxerre-Sud / Nitry, long de 25 km. Cette section est d'abord gratuite mais interdite aux poids lourds et aux autocars.
  • 1964 : ouverture du tronçon Nitry / Avallon. L'utilisation de la portion entre Auxerre et Avallon est désormais à péage et autorisée à tous types de véhicules à moteur. Il en ira ainsi pour le reste du tracé entre Fleury-en-Bière et Limas près de Villefranche-sur-Saône. Une portion gratuite est inaugurée entre Le Coudray-Montceaux et Ury.
  • 1965 : ouverture du tronçon Auxerre-Nord / Auxerre-Sud. Une autre portion payante est inaugurée entre Ury et Nemours.
  • 1966 : ouverture de la déviation de Villefranche-sur-Saône, longue de 12 km, reliant Arnas au nord et Anse au sud.
  • 1967 : ouverture du tronçon Nemours / Auxerre-Nord. L'autoroute relie désormais Paris à Avallon sur 210 km sans interruption. Cette ouverture se déroule peu avant le week-end pascal. Lors de ces congés de fin de semaine, une véritable marée automobile déferle sur l'A6, provoquant alors de grands embouteillages et pulvérisant littéralement les records de trafic de l'époque. Les Franciliens sont très nombreux à profiter du week-end pour aller à la campagne, et par la même occasion, découvrir cette nouvelle liaison rapide entre Paris et la Bourgogne[2].
  • 1969 : ouverture des tronçons entre Avallon et Pouilly-en-Auxois ainsi qu'entre Villefranche-sur-Saône et Mâcon-Nord. Inauguration d'une portion gratuite entre Anse et Limonest.
  • 1970 : dernière ouverture d'une portion payante entre Pouilly-en-Auxois et Mâcon-Nord. Inauguration, par le président de la République Georges Pompidou, de la liaison autoroutière Marseille - Lille, à l'aire de repos de Savigny-lès-Beaune. Cette aire, à équidistance de Lille et de Marseille, comporte une plaque commémorative rappelant cet événement.
  • 1971 : fin de la construction de l'A6 le 8 décembre avec l'ouverture du tunnel de Fourvière et achèvement de l'axe Paris - Lyon (455 km).
  • 1972 : ouverture de l'A6b entre Cachan et Le Kremlin-Bicêtre.
  • 1975 : la SAPL devient la SAPRR (Société des Autoroutes Paris-Rhin-Rhône).
  • 31 juillet 1982 : accident d'autocar à Beaune faisant plus de 50 morts. À la suite de ce drame, on décide de doter l'autoroute de glissières de sécurité centrales (chaussées autrefois séparées par une simple bande végétale sans barrière) et l'autoroute s'élargit à 2×3 voies entre Beaune et Lyon puis entre Auxerre et Paris (la section de 30 km comprise entre l'A19 et l'A77 demeure toutefois en 2×2 voies).
  • 1997 : début des travaux de mise aux normes de sécurité du tunnel de Fourvière (fermetures fréquentes la nuit).
  • 2006 : limitation de vitesse au tunnel de Fourvière à 70 km/h au lieu de 90 km/h auparavant. Ouverture de l'échangeur Villefranche-Nord 31.1 (celui situé au niveau du péage étant renuméroté en 31.2) le vendredi 10 novembre à 16 ; le poste de péage est entièrement automatisé.
  • 2007 : début de l'automatisation des péages sur certains échangeurs la nuit.
  • 2012 : couverture de l'A6b entre Le Kremlin-Bicêtre et Arcueil.
  • 2015 : ouverture, au nord de Lyon, du barreau autoroutier A466 entre les directions sud des autoroutes A6 et A46.
  • 2015 : fin des travaux de régénération des chaussées au sud d'Évry, par fractionnement et recouvrement des dalles de béton de la chaussée originelle entre la RN 104 au nord et la RN 37 au sud[3].
  • 2018 : au nord de Lyon, raccordement de 6 km de l'autoroute A89 avec l'A6[4].
Other Languages