Atmosphère de Vénus

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Atmosphère.

Atmosphère de Vénus
Image illustrative de l’article Atmosphère de Vénus
Nuage de l'atmosphère de Vénus révélés par ultraviolet. La forme en V caractéristique des nuages est dû aux vents plus rapides soufflant à l'équateur.
Informations générales
Épaisseur300,5 km
Pression atmosphérique93 bars
Masse4,8×1020 kg
Composition volumétrique
Dioxyde de carbone CO296,5 %
Diazote N23,5 %
Dioxyde de soufre SO2150 ppm
Argon Ar70 ppm
Vapeur d'eau H2O20 ppm
Monoxyde de carbone CO17 ppm
Hélium He12 ppm
Néon Ne7 ppm
Chlorure d'hydrogène HCl0,1–0,6 ppm
Fluorure d'hydrogène HF0,001–0,005 ppm

L’atmosphère de Vénus a été découverte en 1761 par le polymathe russe Mikhaïl Lomonossov[1],[2]. Elle est plus dense et chaude que celle de la Terre. La température et la pression à la surface sont respectivement de 740 K (soit environ 470 °C) et 93 bar[3]. Des nuages opaques faits d'acide sulfurique se trouvent dans l'atmosphère, rendant l'observation optique de la surface impossible. Les informations concernant la topographie de Vénus ont été obtenues exclusivement par image radar[3]. Les principaux gaz atmosphériques de Vénus sont le dioxyde de carbone et l'azote. Les autres composants sont présents seulement sous forme de traces[3].

L'atmosphère de Vénus est en état de super-rotation[4]. La totalité de l'atmosphère accomplit une circumvolution de la planète en seulement quatre jours terrestres, plus rapide que le jour sidéral de Vénus de 243 jours terrestres. Les vents soufflent à près de 100 m/s[4]. Près de chaque pôle se trouve une structure anticyclonique appelée vortex polaire. Chaque vortex a deux centres et présente une forme en S caractéristique[5].

Contrairement à la Terre, Vénus n'a pas de champ magnétique. C'est l'ionosphère qui sépare l'atmosphère de l'espace et du vent solaire. Cette couche ionisée protège Vénus du champ magnétique stellaire, donnant à Vénus un environnement magnétique distinct. Les gaz plus légers, comme l'eau, sont continuellement détruits par le vent solaire traversant la magnétosphère[4]. On pense actuellement que l'atmosphère de Vénus était, il y a quatre milliards d'années, semblable à celle de la Terre avec de l'eau liquide à la surface. L'effet de serre peut avoir été causé par l'évaporation de l'eau ce qui aurait ensuite entrainé l'augmentation de la quantité d'autres gaz à effet de serre[6].

Malgré les conditions difficiles existant à la surface, la pression et la température atmosphérique à environ 50 km au-dessus de la surface de la planète sont presque les mêmes que celles de la Terre, faisant de sa haute atmosphère la zone la plus semblable aux conditions terrestres dans le système solaire, même plus que la surface de Mars.

Du fait de la similitude de pression et de température et du fait que l'air tel que nous le respirons (21 % oxygène, 78 % azote) est un gaz ayant une portance par rapport à l'air sur Vénus, de la même façon que l'hélium sur Terre, la haute atmosphère vénusienne a été proposée comme point de départ pour l'exploration et la colonisation de la planète[7].

Other Languages