Asthme

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou une de ses sections doit être recyclé (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou précisez les sections à recycler en utilisant .

 Ne doit pas être confondu avec Asme.
Asthme
Description de cette image, également commentée ci-après

Deux débitmètres de pointe utilisés pour mesurer la sévérité de l'obstruction bronchique dans un asthme.

CIM- 10 J45
CIM- 9 493
OMIM 600807
DiseasesDB 1006
MedlinePlus 000141
eMedicine med/177  emerg/43
MeSH C08.127.108
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

L'asthme [asm̥ ] Prononciation du titre dans sa version originale  Écouter du grec ancien ἄσθμα, ásthma, via le latin asthma signifiant « respiration difficile », est une maladie du système respiratoire touchant les voies aériennes inférieures et notamment les bronchioles, définie comme étant une gêne respiratoire à l'inspiration. La maladie s'explique par quatre mécanismes caractéristiques :

  • une inflammation avec œdème de l' épithélium bronchique ;
  • une bronchoconstriction par bronchospasmes ;
  • une hyperactivité bronchique (chronique ou non) se manifestant par une sécrétion accrue de mucus, notamment due à un remodelage des voies respiratoires supérieures [1].
  • un bronchospasme dû à une substance allergène

Histoire

Homère, dans l' Iliade, au chant XV, « Réveil et colère de Zeus » employa pour la première fois le mot « asthme » (ἅσθμα, ατος (το) : courte respiration), pour désigner la « suffocation atroce » dont souffrit Hector étendu dans la plaine.

« Dans la plaine, il voit Hector étendu ; autour de lui sont arrêtés les siens ; pour lui, il est la proie d'une suffocation atroce (ασθματι), il a perdu connaissance, il crache du sang : il n'a pas été touché par le dernier des Achéens [2]! »

Le mot ἅσθμα fut repris au sens de « souffle court » et d'« essoufflement », par Eschyle, poète d' Eleusis dans « Les Perses », et par Platon dans « La République ». En terme médicale de « respiration pénible » ou d'« asthme », il fut employé la première fois par Hippocrate dans les « Aphorismes ».

Le médecin et philosophe Juif Moïse Maïmonide fait également mention de cette maladie au XIIe siècle [3].

Pour les Anglo-Saxons, le « Traité de l'asthme » de John Floyer, publié en 1698 et qui se base, en partie, sur sa propre expérience, serait le premier manuel médical traitant intégralement de l'asthme [3].