Assam

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Assam (homonymie).
Assam
অসম
Blason de Assam
Emblème
Assam
Localisation de l'État en Inde
Administration
PaysDrapeau de l'Inde Inde
CapitaleDispur
Création
Langue officielleAssamais
GouverneurJagdish Mukhi
Ministre en chefSarbananda Sonowal (BJP)
Démographie
Population31 205 576 hab. (2011[1])
Densité398 hab./km2
Rang14e
Géographie
Superficie78 438 km2
Rang16e

L'Assam (assamais : অসম [ɔxɔm]) fait partie des États de l'extrémité Est de l'Inde, au centre de la région du Nord-Est indien. Il a deux frontières internationales avec le Bhoutan et le Bangladesh et des frontières avec l'Arunachal Pradesh, le Nagaland, le Manipur, le Mizoram, le Tripura, le Meghalaya et le Bengale-Occidental.

Histoire

Étymologie et dénomination

La vallée du Brahmapoutre est connue sous le nom de Pragjyotisha dans le Mahābhārata. Au er siècle, on la dénomme Kāmarūpa. Après la formation d'un royaume par les dynasties de Shan, et de Thaïs, vers 1228, la région est connue à l'époque sous le nom de royaume d'Âhom dérivé du terme Āsām. La forme en sanskrit est Asama et signifie dans cette langue « inégale », « sans paire ». Aujourd'hui, ce royaume est connu sous le nom de royaume de l'Assam. La conquête britannique fait de l'Assam une région du Bengale. Puis, après l'indépendance indienne, l'Assam devient un vaste État incluant d'autres États antérieurs. Le , le gouvernement de l'État cherche à changer le nom de l'État en Asom, prononciation plus conforme à l'assamais, mais cette action provoque une controverse[2].

Préhistoire

On a retrouvé dans la vallée du Brahmapoutre et les collines qui l'entourent, à des altitudes de 460 à 615 mètres, des traces de camps, probablement dans le but d'utiliser de la dolérite pour faire des outils[3].

Proto-histoire et légendes

Selon le premier traité historico-religieux paru en Assam vers le IXe ou le Xe siècle, le Kalika-Purâna, le premier roi de la région de Kāmarūpa était Mahiranga, suivi par Hatak, Sambar, Ratna et Ghatak. Naraka, issu de cette dynastie, en établit une autre. Le dernier de la dynastie des Naraka-Bhauma fut tué par Krishna. Un certain Naraka, fils de Bhagadatta, mentionné dans le Mahabharata, a combattu pour les Kauravas dans la bataille de Kurushetra avec une armée de kiratas, de China et d'habitants de la côte est. Plus tard beaucoup de monarques de la région se prétendirent descendants de cet homme.

Antiquité et Moyen Âge indien

Un féroce lion retrouvé à Madan Kamdev à côté de Baihata Chariali en Assam représentant le puissant Kamarupa-Palas (vers les IXe et Xe siècles
Rang Ghar, un pavillon construit par Pramatta Singha (aussi Sunenpha ; 1744–1751) dans la capitale Ahom Rongpur, aujourd'hui Sivasagar ; le Rang Ghar est un des premiers pavillons de plein air en Asie du Sud-Est

L'ancien Assam, connu sous le nom de Kamarupa, a été dominé par de puissantes dynasties : les Varmanas (vers 350-650), les Salstambhas (Xalostombho, vers 655-900) et les Kamarupa-Palas (vers 900-1100). Durant le règne du roi Varman, Bhaskaravarman (vers 600–650), le voyageur chinois Xuan Zang visita la région et conta ses voyages. Plus tard, après l'affaiblissement et la désintégration (après les Kamarupa-Palas), la tradition Kamarupa perdura jusqu'aux environs de 1255 par les dynasties Lunar I (vers 1120-1185) et les Lunar II (vers 1155-1255).

Du XIIIe au XIXe siècle, l'Assam fut indépendant sous la dynastie Ahom. Les Britanniques y pénétrèrent dans les années 1820, à la suite des guerres contre la Birmanie, et l'annexèrent en 1826. Depuis l'indépendance de l'Inde, les non-hindous des montagnes du Sud ont obtenu la création de trois États autonomes dans le cadre de l'Union indienne, le Nagaland (1963), le Meghalaya (1970) et le Mizoram (1986). La venue en 1971 de nombreux musulmans du Bangladesh a encore aggravé les tensions.

Royaume d'Âhom vers 1826

Assam britannique

Les intrigues de palais et les troubles politiques liés à la rébellion de Moamoria vont permettre au royaume expansionniste birman d'Ava d'envahir la province et de placer à sa tête un roi fantoche en 1821. Le pouvoir birman atteignait alors la frontière du territoire géré par la Compagnie anglaise des Indes orientales, provoquant un nouvel afflux de réfugiés vers la zone britannique. Or, les Britanniques désiraient que les Birmans n'ouvrent pas leurs ports aux Français et les pouvoirs locaux appelaient les Britanniques à l'aide à la suite des exactions des Birmans. La première guerre anglo-birmane débute en 1823 et se termine par la victoire des Britanniques et le traité de Yandabo en 1826[4].

La compagnie prend alors le contrôle du Bas-Assam et un protectorat est mis en place dans le Haut-Assam en 1833. En 1838, Purander Singh est déposé et les Britanniques annexent la région. L'Assam est inclus dans la présidence du Bengale de l'Inde britannique. Dans les années 1850, quelques mouvements populaires réclament un Assam indépendant. En 1905, des difficultés pour la gestion de cette présidence poussent les Britanniques à la séparer en une entité occidentale et une autre orientale, dans laquelle se trouve l'Assam, le Bengale oriental, le Manipur, l'Arunachal Pradesh, le Nagaland, le Meghalaya et le Mizoram. Cette province prend le nom d' Eastern Bengal and Assam (en), avec pour capitale Dhaka, dans l'actuel Bangladesh.

En 1913, une Assemblée législative d'Assam est créée dans sa capitale, qui est alors Shillong. Un conseil législatif est créé en 1937. Les mouvements indépendantistes de la région militent pour la création d'un État séparé ; celui-ci est créé en 1947 après l'indépendance de l'Inde ; la zone dénommée Assam est alors constituée de l'actuel Assam, de l'Arunachal Pradesh, du Nagaland et du Meghalaya, le Manipur et le Mizoram ayant un statut particulier de territoires partiellement indépendants de l'Inde.

La République

L'Assam des années 1950 constitué du Nagaland, du Meghalaya et du Mizoram qui se sont formés dans les années 1960-1970. L'Arunachal Pradesh n'est devenu un État à part entière qu'après la Guerre sino-indienne de 1962.

Depuis 1947, avec l'accroissement des difficultés économiques de la région, des groupes séparatistes se sont formés sur des bases ethniques et demandent l'autonomie. Cela a engendré une fragmentation de l'Assam. En outre, les migrations de populations venues de l'ouest, plus particulièrement du Bengale, depuis le début du XXe siècle s'accélèrent avec la partition des Indes, augmentant la paupérisation et les tensions ethniques. En 1961, le gouvernement de l'Assam promulgue une loi rendant l'usage de l'assamais obligatoire ; celle-ci a dû être retirée sous la pression des habitants du Cachar, bengalophone[N 1]. 1960 voit aussi la naissance du mouvement qui allait aboutir pour des raisons similaires à l'autonomie puis à la séparation des districts des Collines, ceux des Khasi et des Garo, devenus le Meghalaya en 1972. Les années 1980 ont connu des révoltes nommées Agitation de l'Assam à la suite de la découverte d'une augmentation brutale des électeurs inscrits sur les listes électorales. Certains partis politiques ont joué la carte de la peur de la forte augmentation de population bangladeshi, obligeant l'intervention du gouvernement fédéral. La crise se résoudra après six ans, avec les Assam accord.

Dans les années 1970, des rébellions armées de groupes séparatistes comme l'United Liberation Front of Asom et le National Democratic Front of Bodoland apparaissent. À partir de novembre 1990, le gouvernement indien mobilise l'armée indienne. Sur plus d'une décennie, des accrochages militaires de faible intensité accompagnés de quelques homicides politiques secouent l'État. Dans les années 2000, des partis sur base ethnique sont nés, les UPDS, DHD, KLO, HPCD, etc. une autonomie régionale a été accordée pour les Bodo avec le Domaines du Conseil Territorial du Bodoland et pour les Karbi dans le district du Karbi Anglong. Ces deux régions disposent en effet d'une forte identité culturelle et d'un retard de développement certain.

La capitale, Shillong, a été transférée à Dispur, aujourd'hui banlieue de Guwahati.

Récemment, durant l'été 2012, l'Assam s'est « embrasé » par les conflits ethniques violents et meurtriers entre les populations bodos hindoues et les bengalis musulmans dans les districts occidentaux de Dhubri, Kokrajhar et Bongaigaon (Chirang). Ce conflit a fait environ 70 morts et des milliers de déplacés, mais a également créé un regain de tension sur l'ensemble du territoire indien, à la suite de menaces d'attentats terroristes envoyés par SMS par les extrémistes musulmans, qui menacent d'assassinat et de viol les assamais vivants hors d'Assam[5].

Ces menaces soutenu par le groupe djihadiste pakistanais du Lashkar-e-Toiba et l'ISI (service de renseignement pakistanais), vont provoquer un déplacement sans précédent des communautés assamaises des villes de Bangalore, Chennai, Hyderabad, Bombay, Calcutta. Durant cette période, les trains et les vols à destination de l'Assam furent pris d'assaut. Cependant, la fuite des communautés immigrées vers leurs terre natale avait été beaucoup affectée par de nombreux faits divers où des djihadistes ainsi que des sympathisants de la cause islamiste jetèrent des train des personnes d’ethnie assamaise.

Le calme revient dans la région deux mois après en septembre. Après cette longue période, les médias commencent de plus en plus à montrer du doigt le gouvernement de Manmohan Singh qui a longtemps fermé les yeux sur les problèmes frontaliers avec le Bangladesh. En effet, la frontière indo-bangladaise est très peu surveillée depuis la création du Bangladesh, ce qui a facilité l'arrivée massive de clandestins bangladais, mais a aussi facilité l'implantation de trafics illégaux de drogues, de bétails, d'armes.

Le Gouvernement a également démantelé une branche terroriste islamiste bangladaise qui a réussi à s'introduire en Inde via cette frontière. À la suite de ces conflits, la population locale a voté avec une extrême majorité pour le parti politique BJP lors des élections législatives de 2014.

Other Languages
Acèh: Assam
Afrikaans: Assam
አማርኛ: አሳም
aragonés: Asam
العربية: آسام
অসমীয়া: অসম
asturianu: Assam
azərbaycanca: Assam
беларуская: Асам
беларуская (тарашкевіца)‎: Асам
български: Асам
भोजपुरी: आसाम
বাংলা: আসাম
བོད་ཡིག: ཨཱསཱམ།
বিষ্ণুপ্রিয়া মণিপুরী: অসম
brezhoneg: Asam
català: Assam
нохчийн: Ассам
čeština: Ásám
Чӑвашла: Асам
Cymraeg: Assam
dansk: Assam
Deutsch: Assam
डोटेली: आसाम
ދިވެހިބަސް: އާސާމު
Ελληνικά: Ασσάμ
English: Assam
Esperanto: Asamo
español: Assam
eesti: Assam
euskara: Assam
فارسی: آسام
suomi: Assam
Nordfriisk: Assam
Gaeilge: Assam
galego: Assam
गोंयची कोंकणी / Gõychi Konknni: आसाम
ગુજરાતી: આસામ
עברית: אסאם
हिन्दी: असम
Fiji Hindi: Assam
hrvatski: Assam
hornjoserbsce: Asam
magyar: Asszám
Հայերեն: Ասսամ
Bahasa Indonesia: Assam
íslenska: Assam
italiano: Assam
日本語: アッサム州
Basa Jawa: Assam
ქართული: ასამის შტატი
қазақша: Ассам
ಕನ್ನಡ: ಅಸ್ಸಾಂ
한국어: 아삼 주
कॉशुर / کٲشُر: آسام
Latina: Asama
لۊری شومالی: آسام
lietuvių: Asamas
latviešu: Asama
मैथिली: असाम
Malagasy: Assam
македонски: Асам
മലയാളം: ആസാം
монгол: Ассам
मराठी: आसाम
Bahasa Melayu: Assam
မြန်မာဘာသာ: အာသံပြည်နယ်
नेपाली: आसाम
नेपाल भाषा: आसाम
Nederlands: Assam
norsk nynorsk: Assam
norsk: Assam
occitan: Assam
ଓଡ଼ିଆ: ଆସାମ
ਪੰਜਾਬੀ: ਅਸਾਮ
Kapampangan: Assam
polski: Asam
پنجابی: آسام
پښتو: آسام
português: Assam
Runa Simi: Assam
română: Assam
русский: Ассам
संस्कृतम्: असमराज्यम्
Scots: Assam
سنڌي: آسام
srpskohrvatski / српскохрватски: Assam
Simple English: Assam
slovenčina: Ásam
shqip: Assam
српски / srpski: Асам
svenska: Assam
Kiswahili: Assam
ślůnski: Assam
தமிழ்: அசாம்
తెలుగు: అసోం
тоҷикӣ: Ассам
Tagalog: Assam
Türkçe: Assam
українська: Ассам
اردو: آسام
oʻzbekcha/ўзбекча: Accom
vèneto: Assam
Tiếng Việt: Assam
Winaray: Assam
吴语: 阿萨姆邦
მარგალური: ასამიშ შტატი
ייִדיש: אסאם
Yorùbá: Assam
中文: 阿萨姆邦
Bân-lâm-gú: Assam
粵語: 阿參