Arès

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arès (homonymie).
Arès
Dieu de la mythologie grecque
Tête d'Arès casqué du type de l'Arès Borghèse, copie d'une œuvre d'Alcamène, du cercle de Phidias, IVe siècle av. J.-C., Glyptothèque de Munich.
Tête d'Arès casqué du type de l' Arès Borghèse, copie d'une œuvre d' Alcamène, du cercle de Phidias, IVe siècle IVe siècle av. J.-C., Glyptothèque de Munich.
Caractéristiques
Fonction principale Dieu de la guerre offensive et de la destruction
Résidence Mont Olympe
Lieu d'origine Grèce
Période d'origine Antiquité
Groupe divin Canon olympien
Associé(s) Aphrodite
Équivalent(s) par syncrétisme Mars
Monture .
Famille
Père Zeus
Mère Héra
• Enfant(s) les Érotes
• Enfant(s) Eros

Arès (en grec ancien Ἄρης / Árês) est le dieu de la Guerre offensive et de la Destruction dans la mythologie grecque. Fils de Zeus et de Héra, il est assimilé à Mars chez les Romains.

Mythe

Arès est l'un des trois (ou quatre, suivant la version) enfants de Zeus et d'Héra ; il appartient au panthéon des douze grands dieux de l'Olympe. Cependant, sa place dans le mythe est relativement limitée. Il apparaît principalement dans des récits de guerre ou de combats, au premier chef de la guerre de Troie, où il se range aux côtés des Troyens après que son frère Apollon lui eut demandé de rejoindre son camp — on le voit d'ailleurs assister également des Achéens [1]. Comme les autres dieux, il exhorte son camp sous diverses apparences, notamment celle d' Acamas [2], et accompagne les héros sur le champ de bataille [3]. Toutefois, il est le seul à prendre directement part au combat et on le voit par exemple ôter son armure au défunt Périphas [4].

Sa force surprenante n'en fait pas un combattant invincible. Sa demi-sœur Athéna, qui a pris l'autre parti, l'assomme d'un coup de pierre [5], et il doit même s'avouer vaincu face à Diomède, un simple mortel, certes inspiré par Athéna [6]. Hors du cycle troyen, il est vaincu deux fois par Héraclès [7]. L’Iliade relate également que les Aloades l'enferment pendant treize mois dans une jarre de bronze [8]. Selon le scholiaste [9], c'est pour avoir causé la mort d' Adonis, placé sous la charge des Aloades. Il est délivré, à bout de forces, par Hermès. Il s'agit probablement de l'explication étiologique d'un festival survenant tous les 13 mois, durant lequel toutes sortes de licences étaient permises [10].

Selon Euripide [11] et Hellanicos [12], quand Halirrhotios, fils de Poséidon, viole Alcippe — fille qu'il a avec Aglaure, fille de Cécrops —, il le tue. Pour ce meurtre, Arès est traduit devant le tribunal des dieux olympiens, sur la colline qui prend son nom (cf. Aréopage). Selon Euripide, il est acquitté. D'après Panyasis [13] cependant, il semble qu'Arès doive servir parmi les mortels, sans doute pour prix de ce meurtre.

Amours et postérité

Présentés dans l’Iliade comme purement fraternels, les rapports d'Arès et d' Aphrodite deviennent dans l’Odyssée [14] à la fois amoureux et adultères, puisque la déesse de l'amour y est mariée à Héphaïstos — celui-ci étant l'époux d'une dénommée Charis dans l’Iliade. Encore une fois, Arès est tourné en ridicule : dénoncés par Hélios, le Soleil, les amoureux tombent dans le piège du mari trompé qui les capture dans un filet et les exhibe aux dieux hilares. Honteux, Arès part se réfugier en Thrace.

Chez Hésiode [15] et les poètes postérieurs [16], Arès et Aphrodite sont présentés comme un couple légitime. Aphrodite donne à Arès trois enfants : Déimos, Phobos et Harmonie, épouse de Cadmos, le fondateur de Thèbes. (Arès à Thèbes, possédait une source, gardée par un dragon, dont il était le père. Lorsque Cadmos, pour accomplir un sacrifice, voulut puiser de l'eau à cette source, le dragon tenta de l'en empêcher. Cadmos le tua, et, pour expier ce meurtre, dut servir Arès pendant huit ans, en qualité d'esclave. Mais, à l'expiration de ce terme, les dieux marièrent Cadmos avec Harmonie, la fille d'Arès et d'Aphrodite.). La paternité d' Éros et Antéros apparaît pour la première fois chez le poète lyrique Simonide et paraît lui être attribuée plutôt par commodité. Il est aussi vu comme père de Pathos (la Passion) et de Himéros (le Désir).

Ses autres enfants sont souvent des criminels ou des fous :

Other Languages
Afrikaans: Ares
Alemannisch: Ares
aragonés: Ares
العربية: آريز
مصرى: اريس
asturianu: Llabres
azərbaycanca: Ares
تۆرکجه: آرئس
Boarisch: Ares
беларуская: Арэс
беларуская (тарашкевіца)‎: Арэс
български: Арес
বাংলা: আরেস
brezhoneg: Ares
bosanski: Ares
català: Ares
čeština: Arés
Cymraeg: Ares
dansk: Ares
Deutsch: Ares
Zazaki: Ares
English: Ares
Esperanto: Areso
español: Ares
eesti: Ares
euskara: Ares
فارسی: آرس
suomi: Ares
Gaeilge: Airéas
galego: Ares (deus)
हिन्दी: एरीस
hrvatski: Ares
magyar: Arész
Հայերեն: Արես
interlingua: Ares
Bahasa Indonesia: Ares
íslenska: Ares
italiano: Ares
日本語: アレース
Basa Jawa: Ares
ქართული: არესი
қазақша: Арес
한국어: 아레스
Кыргызча: Арес
Latina: Ares
Lëtzebuergesch: Ares
lietuvių: Arėjas
latviešu: Arejs (dievs)
македонски: Арес
മലയാളം: അറീസ്
मराठी: ॲरीज
Bahasa Melayu: Ares
မြန်မာဘာသာ: အေးရပ်စ်
Plattdüütsch: Ares
Nederlands: Ares (mythologie)
norsk nynorsk: Ares
norsk: Ares
occitan: Arès
ਪੰਜਾਬੀ: ਆਰੇਸ
português: Ares
română: Ares
русский: Арес
Scots: Ares
srpskohrvatski / српскохрватски: Ares
සිංහල: ඒරිස්
Simple English: Ares
slovenčina: Ares (boh)
slovenščina: Ares
shqip: Aresi
српски / srpski: Ареј
svenska: Ares
Kiswahili: Ares
தமிழ்: ஏரீசு
ไทย: แอรีส
Tagalog: Ares
Türkçe: Ares
татарча/tatarça: Ares
українська: Арес
vepsän kel’: Ares
Tiếng Việt: Ares
West-Vlams: Ares (mythologie)
Winaray: Ares
中文: 阿瑞斯
Bân-lâm-gú: Ares
粵語: 阿雷斯