Anvers

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anvers (homonymie).
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Envers.
Anvers
(nl/de) Antwerpen
L’hôtel de ville
L’hôtel de ville
Blason de Anvers
Héraldique
Drapeau de Anvers
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique  Belgique
Région Drapeau de la Région flamande  Région flamande
Communauté Drapeau de la Flandre  Communauté flamande
Province Drapeau de la province d'Anvers  Province d'Anvers
Arrondissement Anvers
Bourgmestre Bart De Wever
Majorité N-VA, CD&V, Open Vld
Sièges
N-VA
sp.a
CD&V
Vlaams Belang
PVDA+
Groen
Open Vld
55
23
12
5
5
4
4
2
Section Code postal

Anvers
Berendrecht-Zandvliet-Lillo
Deurne
Borgerhout
Merksem
Ekeren
Berchem
Wilrijk
Hoboken
2000, 2018, 2020,
2030, 2050, 2060
2040
2100
2140
2170
2180
2600
2610
2660
Code INS 11002
Zone téléphonique 03
Démographie
Gentilé Anversois(e)
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
506 922 ()
49,66 %
50,34 %
2 479 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
()
20,45 %
61,08 %
18,47 %
Étrangers 14,61 % ()
Taux de chômage 13,26 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 12 991 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 51° 13′ nord, 4° 24′ est
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
204,51 km2 ( 2005)
9,70 %
1,15 %
74,97 %
14,17 %
Localisation
Situation de la ville au sein de l'arrondissement et de la province d'Anvers
Situation de la ville au sein de l'arrondissement et de la province d'Anvers

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 12.svg
Anvers

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 12.svg
Anvers
Liens
Site officiel www.antwerpen.be

Anvers ( prononcé /ɑ̃.vɛʁs/ ou /ɑ̃.vɛʁ/ [1], en néerlandais : Antwerpen) est une ville belge dans la Région flamande, chef-lieu de la province d'Anvers et de l' arrondissement administratif du même nom, située au cœur de la Dorsale européenne.

Au , la commune d’Anvers était la plus peuplée de Belgique, devant Gand et Charleroi, avec 521 216 habitants [2], 259 740 hommes et 261 476 femmes, soit une densité de 1 270,06 habitants/km². L’agglomération anversoise compte, elle, 1 250 000 habitants. C'est la deuxième plus peuplée de Belgique, après Bruxelles. C'est également la deuxième commune et ville de Belgique pour ce qui est de la superficie, avec 204,51 km2, juste après Tournai.

Archétype de la ville bourgeoise-marchande depuis le Bas Moyen-Âge elle constitue alors, selon Fernand Braudel, le centre du commerce international et de la haute finance tout au long du XVIe siècle. Anvers abrite le plus vieux et unique gratte-ciel d' Europe jusqu'en 1949, la Boerentoren, et dispute à Venise l'invention de la comptabilité en partie double. Anvers est connue pour abriter les plus prestigieux diamantaires de la Planète, avec Londres et Amsterdam, ainsi que la plus importante bourse de diamants de la Planète, la Antwerpsche Diamantkring. Elle abrite également une grande concentration d'établissements d' audit et consulting. Enfin, le Port d'Anvers (deuxième port commercial d'Europe en termes d'activités et de tonnage, après celui voisin de Rotterdam) joue un rôle majeur dans la mondialisation des activités économiques européennes.

Les codes postaux vont de 2000 à 2600 à l’intérieur du district de la ville d’Anvers, située principalement sur la rive droite de l’ Escaut et connue pour son port international de marchandises extrêmement développé, aujourd'hui le deuxième plus grand d' Europe en terme de volume de marchandises.

Les Anversois sont aussi appelés les Sinjoren, de l’espagnol señor, héritage de l'époque où elle faisait partie de l' Empire hasbourgeois de Charles Quint. La ville est souvent appelée ’t Stad (« La Ville ») et parfois de koekenstad (« la Ville des biscuits ») par allusion aux koffiekoeken (biscuits recouverts d'un fin glaçage au café) d’Anvers, réputées dans toute la Belgique.

Histoire

Article détaillé : République d'Anvers.
La cathédrale Notre-Dame et le Boerentoren vues de la rive gauche de l'Escaut

Né d'un petit port près d'une jetée, hanté par une population modeste et romanophone au e siècle, dont l'évolution heurtée donne une ville portuaire au e siècle, Anvers est, lors de la guerre de Quatre-Vingts Ans, la plus grande ville des Dix-Sept Provinces et une des plus grandes villes d' Europe, avec une population de 150 000 habitants [3].

L’histoire d’Anvers a été déterminée par sa situation fluviale stratégique le long de l’ Escaut et la destruction de ses rivales ou potentielles rivales lors des aléas géopolitiques, mais aussi par la dualité linguistique entre population urbaine romanophone et population paysanne germanophone, surtout avant l'essor démographique du e siècle brouillant les disparités linguistiques [4].

Sa véritable expansion ne remonterait selon l'historiographie classique qu’aux alentours de l’an 900, lorsque les habitants agrandissent le légendaire Aanwerp, terrain surélevé de la primitive jetée qui donne son nom à Anvers. En 970, une fois l'ordre othonien imposé, Anvers n'est encore qu'un poste frontière de l’ Empire germanique, on y construit des fortifications en bois, remplacées plus tard au XIIe siècle par un château fort en pierre (le Steen). L’extension de la ville se poursuit d'abord vers le sud, comme le prouve l'installation de l'ordre des Prémontrés, attiré par les milieux urbanisé ou péri-urbanisé avec la construction suite à des dons seigneuriaux, sous l'égide de saint Norbert, de l’ abbaye Saint-Michel. Par la suite, les chanoines de la petite église se déplacent vers le nord et fondent une nouvelle paroisse, avec au centre l’église Notre-Dame, ancêtre de la cathédrale actuelle. Dans les décennies qui suivent, la ville continue à se développer en vagues concentriques créant une succession de remparts que l’on devine encore dans sa topographie.

La ville d'Anvers obtient en 1312 une charte qui fait d'elle une commune démocratique. Au siècle suivant, la ville et son port prennent leur essor, car la grande rivale, Bruges, est condamnée par l'ensablement du bras de mer qui mène à Damme, l'avant-port de cette ville. La flotte anversoise fréquente déjà, outre la mer du Nord familière, l'océan atlantique et la mer baltique.

Une bourse de commerce, peut-être la première grande bourse de commerce fondée en Europe, est attestée en 1460. Mais on considère que la première bourse des valeurs anversoise (au sens moderne), est fondée en 1531, animée par des négociants qui relient l' Inde à l' Amérique [5].

La Feitoria de Flandres, fondée en 1508 à Anvers [6], fût la principale tête de pont de l'empire commercial portugais, la Casa da Guiné, devenue en 1503 Casa da India, à l'intersection des chemins commerciaux des colonies du Brésil, de l' Afrique et des Indes orientales.

Au milieu du XVIe siècle, les Pays-Bas du sud profitèrent du rôle dominant de la ville, qui était alors une des plus grandes villes d'Europe et qui resta pendant longtemps un très grand centre culturel et artistique. Dans la deuxième partie du siècle, Anvers fut le théâtre d’une lutte politico-religieuse entre le Nord, protestant, et le Sud associé à la très catholique Espagne. Devant la dureté de la répression espagnole contre les protestants, avec les menaces qui en résultaient contre les vieilles franchises accordées jadis par des chartes, les nobles modérés réunis à Bruxelles présentèrent un compromis à la gouvernante des Pays-Bas siégeant dans cette ville. Devant le mépris d'un conseiller de la gouvernante, qui traita les pétitionnaires de gueux, ceux-ci tinrent, par défi, un banquet connu sous le nom de banquet des gueux. Ce fut le début de la guerre de Quatre-Vingts Ans - qui éclata à la suite de l'exécution capitale à Bruxelles des comtes d'Egmont et de Horne qui avaient pris la tête de l'opposition de la noblesse et du peuple aux excès du pouvoir de Philippe II d'Espagne.

Entraînée dans la guerre, la ville connut plusieurs épisodes dramatiques. Entre le 4 novembre et le , une partie des soldats espagnols mutinés mirent à sac la ville. Au cours de cet épisode, moururent plusieurs milliers d'habitants et ce drame fut l'élément déclenchant du soulèvement des provinces du sud des Pays-Bas espagnols qui restaient encore loyales à la couronne espagnole. En janvier 1583, François d'Anjou ordonna à 4 000 de ses soldats d' attaquer Anvers; à défaut d'une garnison de défenseurs, les citoyens d'Anvers repoussèrent l'attaque, mettant en déroute l'armée française.

Carte d'Anvers (Antwerp) en 1740

En 1585, la ville tomba aux mains de Philippe II à l'issue d'un siège de treize mois, la ville étant défendue par Philippe de Marnix de Sainte-Aldegonde. En conséquence, les Provinces-Unies du nord fermèrent l’accès à l’Escaut dans le but de priver les Espagnols des avantages de leur victoire, ce qui naturellement eut des conséquences catastrophiques sur l’économie de la ville. Abandonnée par les protestants, que Philippe II visait plus particulièrement et qui constituaient une très large part de l’élite commerciale et intellectuelle de la ville, Anvers vit sa population se réduire de moitié en moins de 20 ans [7].

Lancement du Friedland le 2 mai 1811 à Anvers, en présence de Napoléon.

Puis, jusqu’à la moitié du XVIIe siècle, elle profita de la présence d’artistes tels que Rubens, Van Dyck, Jordaens et Teniers ou encore les familles de sculpteurs Quellin et Verbrugghen ainsi que plusieurs imprimeurs et célèbres facteurs de clavecins anversois.

À l'issue de la guerre, la royauté des Habsbourg espagnols sur les Pays-Bas du Sud finit par être transférée, par accord féodal, aux Habsbourg d'Autriche. Une opposition à ceux-ci se développa, comme sous les Habsbourgs d'Espagne. Il en résulta finalement un soulèvement en 1787-1789 et les Autrichiens furent battus. L'État indépendant des États belgiques unis fut proclamé à Bruxelles et Anvers y participa. Mais le retour en force des Autrichiens en 1790 et l'attaque des armées républicaines de la Révolution française mit fin à cette brève indépendance en 1792.

Anvers fut occupée une première fois par les armées de la Révolution le 30 septembre 1792 [8]. L’ Escaut fut rouvert ( 1795), et l’ébauche d’un port moderne vit le jour : Napoléon demanda à Charles-François Beautemps-Beaupré d'établir ce qui sera la première carte des bouches de l'Escaut, et fit réaliser deux bassins achevés en 1811 (le Petit Bassin et le Grand Bassin - rebaptisés bassin Bonaparte et bassin Guillaume en 1903, ils abritent maintenant le Museum aan de Stroom ou musée sur le cours d'eau) [9] ; toutefois, l’embargo anglais ainsi que les guerres napoléoniennes empêchèrent toute évolution, et la ville subit de nombreux pillages et destructions.

Après la défaite de Napoléon à Waterloo ( 1815) [10] a lieu une brève réunification avec les Pays-Bas septentrionaux et une période de développement, qui s’achèvera avec la Révolution belge ( 1830) et une nouvelle fermeture de l’Escaut. Il faudra attendre 1863 pour que la navigation soit définitivement libre après le rachat forfaitaire du droit de navigation par le ministre Charles Rogier.

La croissance d’Anvers reprit et se développa à la fin du XIXe siècle avec la colonisation du Congo. Le Congo fournit en effet quantité de matières premières (caoutchouc, ivoire, minerais) et stimula le trafic portuaire ainsi que les activités industrielles.

Obligation de la ville d'Anvers en date du 18. Mai 1917

En 1914, la ville subit le siège de l'armée allemande pendant trois semaines à compter du début de septembre. L'armée belge, sous les ordres directs du roi Albert Ier, se replia après les combats des forts de Liège en août 1914. Les troupes belges se répartirent entre les forts des deux lignes concentriques de fortifications dont la ville est entourée depuis la fin du XIXe siècle. C'est de cette position qu'elles exécutèrent deux sorties qui repoussèrent chaque fois les troupes allemandes. Mais, finalement, le 8 octobre, Anvers vit entrer les soldats allemands après la retraite belge vers la côte et l'Yser.

La commune a été décorée de la croix de guerre 1914-1918 [11].

En 1940, la ville fut occupée par l'armée allemande jusqu'en septembre 1944, subissant, en 1943, les bombardements américains qui visaient les usines de General Motors qui travaillaient pour l'armée allemande, avec des pertes dans la population civile. En , une émeute antisémite ébranle le quartier de la gare centrale.

En l'administration communale sous la direction du bourgmestre Leo Delwaide et à la suite de l'ordonnance allemande imposant le port de l'étoile jaune à tous les ressortissants juifs, organise la distribution des étoiles de David. La police communale d'Anvers s'implique également lors des rafles d'. La coresponsabilité des protagonistes belges de la Shoah en Belgique fait l'objet d'un rapport commandité par le sénat : La Belgique docile. La Belgique présentera officiellement ses excuses à la communauté juive pour le rôle qu'a joué son administration et ses forces de police dans la déportation des Juifs de Belgique [12], [13].

En , le mouvement de résistance des Witte Brigade (les brigades blanches) parvint à localiser les sabotages allemands dans la ville et les installations portuaires, et guida l'avant-garde canadienne qui libéra la ville et sauva le port de la destruction. Cela s’avéra vite de première importance pour le ravitaillement des armées alliées. Aussi, les Allemands lancèrent-ils V1 et V2, des missiles qui plurent sur la ville, d'octobre 1944 à janvier 1945, visant le port qui travaillait jour et nuit à l'approvisionnement des armées alliées. Il en résulta de nombreuses victimes civiles.

Au début du XXIe siècle, le port d'Anvers est le deuxième port d'Europe, après Rotterdam. La réputation des diamantaires anversois fait de cette ville la première place mondiale de taille et de négociation du diamant.

Other Languages
Afrikaans: Antwerpen
Alemannisch: Antwerpen
አማርኛ: አንትወርፕ
aragonés: Anvers
Ænglisc: Antwerpen
العربية: أنتويرب
مصرى: انتويرب
azərbaycanca: Antverpen
žemaitėška: Antverpens
беларуская: Горад Антверпен
беларуская (тарашкевіца)‎: Антвэрпэн
български: Антверпен
brezhoneg: Antwerpen
bosanski: Antwerpen
català: Anvers
Chavacano de Zamboanga: Antwerpen
нохчийн: Антверпен
Cebuano: Antwerpen
čeština: Antverpy
kaszëbsczi: Antwerpa
Чӑвашла: Антверпен
Cymraeg: Antwerp
dansk: Antwerpen
Deutsch: Antwerpen
Ελληνικά: Αμβέρσα
English: Antwerp
español: Amberes
eesti: Antwerpen
euskara: Anberes
estremeñu: Amberis
فارسی: آنتورپ
suomi: Antwerpen
Gaeilge: Antuairp
galego: Antuerpen
客家語/Hak-kâ-ngî: Antwerp
עברית: אנטוורפן
hrvatski: Antwerpen
hornjoserbsce: Antwerpen
magyar: Antwerpen
Հայերեն: Անտվերպեն
Bahasa Indonesia: Antwerpen
Interlingue: Antwerpen
íslenska: Antwerpen
italiano: Anversa
Basa Jawa: Antwerpen
ქართული: ანტვერპენი
қазақша: Антверпен
한국어: 안트베르펜
Latina: Antverpia
Lëtzebuergesch: Antwerpen
Limburgs: Antwerpe
lumbaart: Anversa
lietuvių: Antverpenas
latviešu: Antverpene
македонски: Антверпен
मराठी: अँटवर्प
Bahasa Melayu: Antwerp
မြန်မာဘာသာ: အန့်တွပ်မြို့
Nāhuatl: Antwerpen
Napulitano: Anversa
Plattdüütsch: Antwarp
Nederlands: Antwerpen (stad)
norsk nynorsk: Antwerpen
norsk bokmål: Antwerpen
occitan: Anvèrs
Picard: Anvérse
polski: Antwerpia
پنجابی: انٹیورپ
português: Antuérpia
Runa Simi: Antwerpen
română: Anvers
русский: Антверпен
sicilianu: Anversa
Scots: Antwerp
srpskohrvatski / српскохрватски: Antwerpen
Simple English: Antwerp (city)
slovenčina: Antverpy
slovenščina: Antwerpen
shqip: Antwerp
српски / srpski: Антверпен
svenska: Antwerpen
Kiswahili: Antwerpen
ślůnski: Antwyrpijo
Tagalog: Amberes
Türkçe: Anvers
татарча/tatarça: Antwerpen
ئۇيغۇرچە / Uyghurche: Antwérp
українська: Антверпен
اردو: انتورب
oʻzbekcha/ўзбекча: Antverpen
Tiếng Việt: Antwerpen
West-Vlams: Antwerpn
Volapük: Antwerpen (zif)
walon: Anverse
Winaray: Antwerp
ייִדיש: אנטווערפן
中文: 安特卫普
Bân-lâm-gú: Antwerpen
粵語: 安特衞普