Antoine (chanteur)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Antoine.
Antoine
Description de cette image, également commentée ci-après
Antoine au Québec en 2011.
Informations générales
Nom de naissance Pierre Antoine Muraccioli
Naissance (73 ans)
Tamatave
( Drapeau de Madagascar  Madagascar)
Activité principale Auteur-compositeur-interprète, photographe, réalisateur et acteur
Genre musical Variétés françaises
Années actives 1966 -
Labels Vogue, RCA, Barclay, Universal et Warner Home Video
Site officiel antoine.tv

Pierre Muraccioli, dit Antoine, né le à Tamatave ( Madagascar), est un auteur-compositeur-interprète et navigateur français. La chanson Les Élucubrations d'Antoine le rend célèbre en 1966.

Biographie

D'origine corse, son père Toussaint Muraccioli, ingénieur né en 1905 à Vivario, travaille aux Travaux publics de la France d'Outre-Mer [1].

En 1946, sa famille s'installe à Saint-Pierre-et-Miquelon pour deux séjours de près de trois ans.

En 1954, après un séjour d'un an à Marseille (où Pierre Antoine Muraccioli étudie à l'école primaire la Roseraie à Endoume et quelques mois au lycée pilote de Marseilleveyre), la famille s'installe pendant quatre ans au Cameroun.

En 1958, de retour des «  colonies » [2], ils habitent tour à tour à Thonon-les-Bains, Annecy et Grenoble.

Élève moyen devenu brillant, Antoine fait les classes Math sup et math spé au lycée Champollion de Grenoble. Il achète sa première chemise à fleurs sur le boulevard Maréchal-Foch où il va obtenir le premier autographe de Johnny Hallyday [pas clair] [[réf. souhaitée].

Au début des années 1960, des amis américains lui font découvrir le folk-song et l'invitent à passer l'été 1964 à parcourir l'Est des États-Unis.

Élève- ingénieur de Centrale Paris dont il obtient le diplôme en 1966 [3], il trouve consolation dans l'écriture de chansons à la suite d'un chagrin d'amour pour la sœur d'un condisciple.

Les débuts

Il signe un contrat, en septembre 1965, chez Vogue et connaît un succès d'estime avec sa chanson Autoroute européenne numéro 4. Il passe à la télévision pour la première fois le soir de l' élection présidentielle en décembre 1965. Le succès vient en 1966 avec Les Élucubrations d'Antoine où, au détour d'un couplet, il propose de mettre en cage Johnny Hallyday, qu'il considère comme un chanteur dépassé. Ce dernier répond à Antoine avec le titre Cheveux longs et idées courtes.

Sa chanson Les Élucubrations d'Antoine, éditée contre l'avis de son producteur Christian Fechner et de toute l'équipe des disques Vogue [réf. nécessaire], est pourtant un succès immédiat salué par Maurice Chevalier : « Jamais un artiste n'a atteint aussi vite le sommet du succès », propos repris par la version européenne du magazine Time [réf. nécessaire]. Il est alors accompagné par «  les Problèmes » qui, plus tard, deviennent «  les Charlots ».

Le ton polémique, provoquant et précurseur des Élucubrations se démarque de celui des chansons yéyés, il parle d'une autre jeunesse moins insouciante, plus militante et contestataire [réf. nécessaire].

Après Les Élucubrations

Antoine signant des autographes lors d'une présentation de son film sur Madagascar à Grenoble, France.

Les volumes de ventes ayant explosé, sa carrière est reprise en main par son producteur. Celui-ci lui impose des chansons de commande : Je dis ce que je pense, je vis comme je veux, Contre élucubrations problématiques, etc.) qu'il n'apprécie guère. Il se rattrape avec Votez pour moi. Il peaufine également des textes beaucoup plus travaillés : La guerre, Pourquoi ces canons ?, Bruits de roses.

Du premier album (avec Métamorphoses exceptionnelles, La loi de 1920, Une autre autoroute…), paru en 1966, au troisième (avec Madame Laure Messanger, Claude, Jérémie et l'existence de Dieu), paru en 1967, tout change : son aspect physique comme son style musical.

En 1968, une chanson désabusée, Ramenez-moi chez moi, suggère que le show-business ne lui apporte pas la liberté qu'il a toujours recherchée, en dépit des ressources qu'il lui procure.

Cette même année, il devient numéro 1 en Italie, (où il a l'occasion de participer au Festival de Sanremo). Son style change alors et se rapproche de celui de Jacques Dutronc. Avec sa taille élancée, ses moustaches fines (loin des vedettes post-Modugno de l'époque), avec sa chanson vaguement protestataire, Pietre, il conquiert très vite le public italien. Il obtient également des succès respectables avec Cannella, Taxi, Il dirigibile, La tramontana, Cannelle, Taxi, Le dirigeable et La tramontane en français. Antoine est aussi très souvent invité à la RAI. Son dernier succès italien est L'uomo oggetto, version de Bord à bord à Bora-Bora. Il demeure populaire, invité souvent à la télévision italienne à raconter ses aventures et voyages à travers le monde.

En 1971, il enregistre un 45 tours avec Danielle Gilbert, S'cusez-moi M'sieur Antoine.

En 1972, il fait une apparition dans Les Fous du stade, film de Claude Zidi avec Les Charlots. Il y campe le rôle du premier cycliste du Tour de France ayant un coup de foudre avec la fille de l'épicier.

En 1973, il relance l'opérette de l'entre-deux-guerres, Dédé, et chante avec Georgette Plana.

En 2012 sort son dernier album : Demain loin, réalisé par Stanislas, sorti le .

Le voyageur

En octobre 1974, il largue les amarres à bord de Om, goélette en acier de 14 m construite au chantier Meta de Tarare (Rhône). Il parcourt en solitaire 17 000 milles, de Port-Étienne à Rio, de l’ île du Prince à Sainte-Hélène, de Tristan da Cunha à Cayenne, jusqu'en 1980.

Puis à partir de 1981 et jusqu'en 1989, il navigue en Atlantique et dans le Pacifique à bord de Voyage, un sloop en aluminium Strongall de 10,05 m dériveur intégral, également construit au chantier Prometa de Tarare.

Depuis 1989, il navigue à bord de Banana Split, un catamaran en aluminium de 12,50 m de long, construit chez Prometa qui s'est installé à Saint-Raphaël (Var).

En 1999, Antoine joue son propre rôle dans une saga publicitaire devenue culte. Ces films « clin d'œil » hauts en couleurs qui donnent à voir ce que le monde a de plus beau, ont été imaginés par Madeleine Danielsson.

Invité par les radios et télévisions à parler en France de ses voyages pendant les mois d'été (qu'il passe alors en France), il se voit proposer par les éditions Arthaud d'écrire un premier livre (le Globe-Flotteur). Ses photographies et films, qu'il a tout le temps de peaufiner (n'ayant plus d'impératif financier puisqu'il est son propre producteur) rencontrent également le succès (ainsi Îles… était une fois). Il continue à écrire et interpréter quelques chansons (Touchez pas à la mer...). Enfin, il a réglé ses comptes avec le show-biz dans 1965 un morceau d'autobiographie sous-titré roman par provocation.

Il a eu plusieurs liaisons amoureuses de longue durée mais ne s’est jamais marié.

Père de 3 enfants issus d’une première union avec une femme de Tahiti, il partage sa vie avec Francette, sa compagne depuis « vingt ans en continu et quarante de manière épisodique », de son propre aveu.

Francette contribue à la réalisation de films documentaires, à la publication de nombreux livres de photos et à la gestion du site Internet.

Sur terre, ils posent leurs bagages dans leur maison sur une île en région parisienne ou dans la ferme qu’Antoine avait achetée en Auvergne à la fin des années 1960 avec ses premiers cachets.

Other Languages
Cebuano: Antoine
italiano: Antoine
svenska: Antoine