Andrew Johnson

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Johnson et Général Johnson.
Andrew Johnson
Illustration.
Andrew Johnson dans les années 1870.
Fonctions
17e président des États-Unis

(3 ans, 10 mois et 17 jours)
GouvernementAdministration A. Johnson
PrédécesseurAbraham Lincoln
SuccesseurUlysses S. Grant
16e vice-président des États-Unis

(1 mois et 11 jours)
PrésidentAbraham Lincoln
PrédécesseurHannibal Hamlin
SuccesseurSchuyler Colfax (indirectement)
Sénateur des États-Unis
pour le Tennessee

(4 mois et 27 jours)
PrédécesseurWilliam G. Brownlow (en)
SuccesseurDavid M. Key

(4 ans, 4 mois et 24 jours)
PrédécesseurJames C. Jones (en)
SuccesseurDavid T. Patterson (en)
15e gouverneur du Tennessee

(2 ans, 11 mois et 20 jours)
PrédécesseurIsham G. Harris
SuccesseurWilliam G. Brownlow

(4 ans et 17 jours)
PrédécesseurWilliam B. Campbell (en)
SuccesseurIsham G. Harris
Représentant des États-Unis

(9 ans, 11 mois et 27 jours)
Circonscription1er district du Tennessee
PrédécesseurThomas Arnold
SuccesseurBrookins Campbell
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissanceRaleigh, Caroline du Nord (États-Unis)
Date de décès (à 66 ans)
Lieu de décèsElizabethton, Tennessee (États-Unis)
Parti politiqueParti démocrate[1],[2]
Parti de l'Union nationale (en) (1864-1868)
ConjointEliza McCardle Johnson
ProfessionTailleur
ReligionChristianisme[3]

Signature de Andrew Johnson

Andrew JohnsonAndrew Johnson
Présidents des États-Unis
Vice-présidents des États-Unis

Andrew Johnson, né le à Raleigh (Caroline du Nord) et mort le à Elizabethton (Tennessee), est un homme d'État américain, 17e président des États-Unis en fonction de 1865 à 1869. Élu comme vice-président d'Abraham Lincoln en 1864, Johnson lui succéda après son assassinat l'année suivante. Lors de la Reconstruction après la guerre de Sécession, il défend une réintégration rapide des États du Sud sans garantie pour les droits civiques des esclaves affranchis. Le Congrès dominé par les Républicains radicaux s'oppose fortement à cette politique et une procédure d'impeachment lancée contre le président échoue de justesse.

Né dans un milieu défavorisé, Johnson devient tailleur puis conseiller municipal et maire de Greeneville avant d'être élu à la Chambre des représentants du Tennessee en 1835. Après un bref mandat au Sénat du Tennessee, Johnson est élu à la Chambre des représentants des États-Unis en 1843 où il siège pendant dix ans. Il devient ensuite gouverneur pendant quatre ans et est élu par la législature de l'État au Sénat des États-Unis en 1857. Durant ses années au Congrès, il défend la Homestead Bill qui est adoptée peu après son départ du Sénat en 1862.

Lorsque les États du Sud, dont le Tennessee, font sécession pour former les États confédérés d'Amérique, Johnson reste un défenseur fervent de l'Union. En 1862, Lincoln le nomme gouverneur militaire du Tennessee dont une grande partie est reprise. En tant que démocrate partisan de la guerre et Sudiste et opposé à la sécession, Johnson est le candidat logique pour devenir le colistier de Lincoln. Il est choisi et son camp remporte largement l'élection présidentielle de 1864. Johnson prête le serment de vice-président le 4 mars 1865 et six semaines plus tard, l'assassinat de Lincoln le propulse à la présidence.

Dans le cadre de la Reconstruction, Johnson veut réintégrer rapidement les États du Sud dans l'Union et il les autorisa à organiser des conventions et des élections pour reformer des gouvernements civils. Les électeurs sudistes réélisent cependant beaucoup d'anciens dirigeants confédérés et votent en faveur des Black Codes qui privent les Afro-Américains d'un grand nombre de leurs droits civiques. Le Congrès refuse d'accueillir les représentants du Sud et adopte des législations pour annuler leurs décisions. Dans ce qui devint la règle jusqu'à la fin de son mandat, Johnson pose son veto aux lois et le Congrès l'annule. Il s'oppose en particulier au 14e amendement de la Constitution accordant la citoyenneté aux Afro-Américains. Alors que les relations entre les branches exécutive et législative se tendent, le Congrès vote le Tenure of Office Act qui limite la capacité de Johnson à limoger les membres de son Cabinet. Lorsque'il persiste à vouloir renvoyer le secrétaire à la Marine Edwin M. Stanton, la Chambre des représentants lance une procédure de destitution qui échoue à une voix près au Sénat.

Après la fin de son mandat, il retourne au Tennessee avant de devenir le seul ancien président à être élu au Sénat en 1875 où il siège quelques mois avant sa mort. Même si les évaluations de sa présidence varient au cours du temps, il est actuellement considéré comme l'un des pires présidents américains (en) du fait de son opposition à des droits garantis au niveau fédéral pour les Afro-Américains.

Jeunesse

Enfance

Cabane en bois à deux étages avec une porte d'entrée en haut d'un petit escalier.
La maison d'enfance de Johnson à Raleigh en Caroline du Nord

Andrew Johnson est né à Raleigh en Caroline du Nord le 29 décembre 1808. Ses parents étaient Jacob Johnson (1778-1812) et Mary (« Polly ») McDonough (1783-1856) ; il avait un frère, William (1804-1865), et une sœur aînée, Elizabeth (1806-?), qui mourut en bas âge. Être né dans une cabane était un atout politique au XIXe siècle et Johnson n'hésitait pas à rappeler ses origines modestes lors des élections[4]. Jacob Johnson était un homme pauvre, comme l'était son père William, mais il devint officier dans la police municipale de Raleigh avant de se marier et de fonder une famille. Il mourut en 1812 probablement d'une crise cardiaque alors qu'il sonnait la cloche de la ville après avoir sauvé de la noyade trois hommes quand Andrew avait 3 ans[5]. Polly Johnson travaillait comme lavandière et elle continua cette activité car il s'agissait du seul revenu de la famille. À l'époque, ce travail était jugé peu convenable car il impliquait de se rendre seule dans les maisons d'autrui ; la famille Johnson était qualifiée de white trash et selon des rumeurs, Andrew, qui ne ressemblait pas à son frère, avait un père différent. Polly Johnson se remaria quelques mois plus tard avec Turner Doughtry qui était également pauvre[6].

Polly Doughtry confia son fils William à un tailleur, James Selby, pour qu'il apprenne le métier. Andrew devint également apprenti dans le même atelier à l'âge de dix ans et selon la loi, il devait y rester jusqu'à son 21e anniversaire. Selby ne semble pas avoir eu une grande influence sur le futur président. L'un de ses employés fut chargé d'apprendre à lire et à écrire au garçon et fut logé chez sa mère en retour[7]. Andrew Johnson se découvrit une passion pour le savoir dans le magasin de Selby car des habitants venaient lire des livres pour divertir les tailleurs pendant leur travail et le garçon se rendait fréquemment dans l'échoppe pour les écouter avant même d'y être apprenti. Sa biographe, Annette Gordon-Reed, suggère que Johnson, connu pour ses qualités d'orateur, apprit les bases de cet art alors qu'il enfilait des aiguilles et coupait du tissu[8].

Andrew Johnson n'appréciait cependant pas son travail chez James Selby et à l'âge de 15 ans, il s'enfuit avec son frère. Son employeur fit alors publier une annonce dans un journal, comme cela était la coutume pour les maîtres dont les apprentis avaient disparu : « Dix dollars de récompense. Se sont enfuis du souscripteur, deux garçons apprentis, légalement liés, appelés William et Andrew Johnson… [Versement] à toute personne qui me ramènera les dits apprentis à Raleigh, ou j'offrirai la récompense mentionnée plus haut pour le seul Andrew Johnson[9] ». Les garçons se rendirent à Carthage et Andrew y travailla comme tailleur pendant plusieurs mois. Craignant d'être pris et ramené à Raleigh, il s'installa ensuite à Laurens en Caroline du Sud. Il y poursuivit son activité et y rencontra son premier amour, Mary Wood, pour qui il avait fait une couette. Après le rejet de sa proposition de mariage, il rentra à Raleigh en espérant racheter son apprentissage mais il ne parvint pas à trouver un accord avec Selby. Comme beaucoup d'autres à la fin des années 1820, il prit alors la route de l'Ouest[10],[11].

Installation dans le Tennessee

Johnson quitta la Caroline du Nord pour le Tennessee et fit la plus grande partie du voyage à pied. Après un bref séjour à Knoxville, il s'installa à Mooresville en Alabama[10],[12]. Il travailla ensuite comme tailleur à Columbia dans le Tennessee mais fut rappelé à Raleigh par sa mère et son beau-père qui souhaitaient émigrer vers l'ouest. Johnson et son groupe traversèrent les Montagnes bleues jusqu'à Greeneville dans le Tennessee. Il tomba immédiatement amoureux de la ville et lorsqu'il devint riche, acheta le terrain où il avait campé pour la première fois et y planta un arbre en souvenir[13].

À Greeneville, Johnson créa un atelier de tailleur prospère à l'avant de sa maison. En 1827 alors qu'il avait 18 ans, il épousa Eliza McCardle de deux ans sa cadette et la fille d'un cordonnier local. Le couple fut marié par le juge de paix Mordecai Lincoln, un cousin de Thomas Lincoln dont le fils devint président. Ils restèrent ensemble pendant près de 50 ans et eurent cinq enfants, Martha (1828), Charles (1830), Mary (1832), Robert (1834) et Andrew Jr. (1852). Même si elle souffrait de tuberculose, Eliza soutint son mari dans ses entreprises. Elle lui enseigna les mathématiques et l'aida à améliorer son écriture[14],[15]. D'un caractère timide et réservé, Eliza Johnson resta à Greeneville durant l'ascension politique de son époux. Elle apparut peu en public pendant la présidence de Johnson et leur fille Martha joua le rôle d'hôtesse de la Maison-Blanche[16].

L'atelier de Johnson prospéra durant les premières années du mariage et il put embaucher des assistants et investir avec succès dans le foncier[17]. Il se vanta plus tard de ses talents de tailleur : « Mon travail ne se déchirait ou ne cédait jamais[18] ». Il était un lecteur insatiable. Les livres sur les orateurs célèbres attisèrent son intérêt pour la politique et il débattait en privé avec ses clients sur les questions du jour. Il participa également à des débats à l'université de Greeneville[19].

Other Languages
Afrikaans: Andrew Johnson
aragonés: Andrew Johnson
Ænglisc: Andrew Johnson
asturianu: Andrew Johnson
azərbaycanca: Endrü Conson
Bikol Central: Andrew Johnson
беларуская: Эндру Джонсан
беларуская (тарашкевіца)‎: Эндру Джонсан
български: Андрю Джонсън
brezhoneg: Andrew Johnson
bosanski: Andrew Johnson
Mìng-dĕ̤ng-ngṳ̄: Andrew Johnson
čeština: Andrew Johnson
ދިވެހިބަސް: އެންޑްރޫ ޖޯންސަން
Esperanto: Andrew Johnson
español: Andrew Johnson
føroyskt: Andrew Johnson
Gàidhlig: Andrew Johnson
客家語/Hak-kâ-ngî: Andrew Johnson
hrvatski: Andrew Johnson
interlingua: Andrew Johnson
Bahasa Indonesia: Andrew Johnson
íslenska: Andrew Johnson
italiano: Andrew Johnson
Basa Jawa: Andrew Johnson
한국어: 앤드루 존슨
kernowek: Andrew Johnson
Lëtzebuergesch: Andrew Johnson
lumbaart: Andrew Johnson
lietuvių: Andrew Johnson
latviešu: Endrū Džonsons
Malagasy: Andrew Johnson
Bahasa Melayu: Andrew Johnson
မြန်မာဘာသာ: အင်ဒရူး ဂျွန်ဆင်
مازِرونی: اندرو جانسون
Plattdüütsch: Andrew Johnson
Nederlands: Andrew Johnson
norsk nynorsk: Andrew Johnson
Kapampangan: Andrew Johnson
Piemontèis: Andrew Johnson
português: Andrew Johnson
rumantsch: Andrew Johnson
română: Andrew Johnson
Kinyarwanda: Andrew Johnson
sicilianu: Andrew Johnson
srpskohrvatski / српскохрватски: Andrew Johnson
Simple English: Andrew Johnson
slovenčina: Andrew Johnson
slovenščina: Andrew Johnson
српски / srpski: Ендру Џонсон
Kiswahili: Andrew Johnson
Türkçe: Andrew Johnson
українська: Ендрю Джонсон
Tiếng Việt: Andrew Johnson
მარგალური: ენდრიუ ჯონსონი
Yorùbá: Andrew Johnson
Bân-lâm-gú: Andrew Johnson
粵語: 安祖莊臣