Ancien Empire égyptien

Égypte pharaonique
Ancien Empire

~ 2700 – ~ 2200 ~ 2200 av. J.-C.

Description de l'image Ancient Egypt map-fr.svg.
Informations générales
StatutMonarchie
CapitaleMemphis
LangueÉgyptien ancien
ReligionReligion de l'Égypte antique
Pharaon
(1er) ~ 2691 - 2625 av. J.-C.Djéser
(Der) ~ 2200 av. J.-C.Nitocris

Entités précédentes :

L'Ancien Empire égyptien est une période de l'histoire de l’Égypte antique qui couvre une large partie du IIIe millénaire, d'environ 2700 à 2200 av. notre ère. Succédant à la période thinite qui a vu l'apparition de l’État en Égypte, elle comprend les IIIe, IVe, Ve et VIe dynasties, puis s'achève par une période de fragmentation politique, la Ire période intermédiaire.

Dès l'Antiquité, cette période était considérée par les Égyptiens antiques eux-mêmes comme l'âge d'or de leur civilisation. Il s'agit en effet de la plus longue période de stabilité politique que l'Égypte ancienne ait connue, durant laquelle aucune menace extérieure ne venait perturber l'ordre intérieur. La centralisation de l'État amorcée sous les dynasties thinites et la prospérité qui, progressivement, en a découlé, va permettre des développements artistiques et architecturaux considérables, surtout perceptibles dans les sites entourant la capitale de l'époque, Memphis. Ainsi sont posés les grands thèmes de la littérature classique égyptienne, les canons artistiques en matière de peinture et de sculpture, mais aussi le perfectionnement du système administratif qui perdure près de trois millénaires.

Cette période est surtout connue pour être celle qui voit l'apparition et l'apogée des pyramides, dans la région de Memphis : tout d'abord la pyramide à degrés de Saqqarah, sous le règne du roi Djéser, puis plus tard les trois pyramides monumentales du plateau de Gizeh (celles de Khéops, Khéphren et Mykérinos). Elles expriment la puissance des souverains de cette période et la position centrale qu'ils occupaient dans la société, qui est inégalée dans le reste de l'histoire de l’Égypte antique. Elles reflètent aussi le perfectionnement de l'appareil administratif et de sa capacité à mobiliser des ressources matérielles et humaines, ou encore les progrès considérables accomplis dans l'architecture et l'art. Elles reflètent également le rôle central que jouent les croyances et pratiques funéraires dans l'univers mental de cette période.

Sources

Les sources pour reconstruire l'histoire et la civilisation de l'Ancien Empire sont relativement variées. Les connaissances concernent surtout l'architecture et l'art de cette période, qui ont fait l'objet de nombreuses fouilles et descriptions. Il s'agit de la documentation la plus impressionnante et la plus évocatrice, reposant avant tout sur ce qui a été découvert dans les complexes funéraires de la région de Memphis dominés par les grandes pyramides. En plus de ces dernières, les tombes en pierre construites pour les notables (les mastabas) et les temples funéraires royaux sont les types de monuments les plus courants. Dans les provinces, des tombes et quelques autres édifices ont également été exhumés, mais en moindre quantité, et d'une qualité inférieure. Les monuments comme les œuvres d'art (surtout des statues et des bas-reliefs) informent non seulement sur les pratiques architecturales et artistiques ou encore les connaissances techniques de l'époque, mais reflètent également les croyances religieuses et les structures sociales de l’Égypte de l'Ancien Empire, constituant une documentation primordiale pour connaître les différents aspects de cette civilisation. Les sources textuelles, peu nombreuses pour une période longue, très reculée dans le temps et illettrée, sont bien souvent liées aux pratiques funéraires de la période et plus largement aux intérêts de l’État et des élites. Il s'agit surtout de textes de nature administrative, comme les papyrus d'Abousir, des textes juridiques émis par le roi ou dans une moindre mesure pour le compte d'activités privées, des textes biographiques écrits dans les tombes de dignitaires, quelques lettres, des « graffitis » retrouvés sur divers sites, en particulier dans les régions marginales mises en valeur alors, ou encore des textes religieux comme les Textes des Pyramides ou des textes historiographiques, la Pierre de Palerme et les annales de la VIe dynastie, présentant les faits notables ayant eu lieu sous les faits de différents rois de la période mais dont des fragments manquent. Pour mieux reconstituer la chronologie de la période, il faut donc s'appuyer sur des sources plus tardives qui restent indispensables en dépit de leurs approximations et erreurs : le Canon royal de Turin et la liste d'Abydos qui datent du Nouvel Empire, et les écrits de Manéthon, prêtre du e siècle avant notre ère[1],[2].

Other Languages
български: Старо царство
čeština: Stará říše
Cymraeg: Hen Deyrnas
Deutsch: Altes Reich
Bahasa Indonesia: Kerajaan Lama Mesir
íslenska: Gamla ríkið
italiano: Antico Regno
Lëtzebuergesch: Aalt Räich (Egypten)
Nederlands: Oude Rijk
português: Império Antigo
srpskohrvatski / српскохрватски: Staro kraljevstvo
Simple English: Old Kingdom of Egypt
slovenčina: Stará ríša
српски / srpski: Старо краљевство
svenska: Gamla riket
Türkçe: Eski Krallık