Anarchie

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anarchie (homonymie).
Représentation des différentes phases de la révolution ouvrière avant l’avènement de l'anarchie - affiche de la CNT, 1930
Le A cerclé symbolise l'ordre pour les anarchistes.

L’anarchie (du grec ἀναρχία / anarkhia, composé de an, préfixe privatif : absence de, et arkhê, pouvoir, hiérarchie, commandement) désigne l'état d'un milieu social sans gouvernement[1], la situation d’une société où il n’existe pas de chef, pas d’autorité unique, autrement dit où chaque sujet ne peut prétendre à un pouvoir sur l’autre. Il peut exister une organisation, un pouvoir politique ou même plusieurs, mais pas de domination unique ayant un caractère coercitif. L’anarchie peut, étymologiquement, également être expliquée comme le refus de tout principe premier, de toute cause première, et comme revendication de la multiplicité face à l’unicité.

Polysémique, le terme anarchie s'entend sous des acceptions, non seulement différentes, mais absolument contradictoires[2]. Employé péjorativement, comme synonyme de désordre social dans le sens commun ou courant et qui se rapproche de l’anomie, il l'est aussi comme un but pratique désirable à atteindre comme c’est le cas pour les anarchistes.

En 1840, Pierre-Joseph Proudhon est le premier à se réclamer anarchiste[3],[4], c'est-à-dire, partisan de l’anarchie, entendu en son sens positif[5] : « La liberté est anarchie, parce qu'elle n'admet pas le gouvernement de la volonté, mais seulement l'autorité de la loi, c'est-à-dire de la nécessité »[6],[7]. En 1987, Jacques Ellul précise : « plus le pouvoir de l'État et de la bureaucratie augmente, plus l'affirmation de l'anarchie est nécessaire, seule et dernière défense de l'individu, c'est-à-dire de l'homme »[8].

Pour les anarchistes, l’anarchie est l'ordre social absolu[9], grâce notamment à la socialisation des moyens de production : contrairement à l'idée de possessions privées capitalisées, elle suggère celle de possessions individuelles ne garantissant aucun droit de propriété, notamment celle touchant l'accumulation de biens non utilisés[10]. Cet ordre social s'appuie sur la liberté politique organisée autour du mandatement impératif, de l'autogestion, du fédéralisme libertaire et de la démocratie directe. L'anarchie est donc organisée et structurée : c'est l'ordre moins le pouvoir[11].

En 1850, Anselme Bellegarrigue publie L'Anarchie, journal de l'ordre[12]. Pour ses partisans, l’anarchie est donc organisée et structurée : c’est selon les mots d’Élisée Reclus « la plus haute expression de l’ordre »[13].

Other Languages
aragonés: Anarquía
العربية: لا سلطة
azərbaycanca: Anarxiya
Boarisch: Anarchie
žemaitėška: Anarkėjė
Bikol Central: Anarkiya
беларуская: Анархія
български: Анархия
bosanski: Anarhija
català: Anarquia
کوردی: ئەنارکی
čeština: Anarchie
dansk: Anarki
Deutsch: Anarchie
English: Anarchy
Esperanto: Anarkio
español: Anarquía
eesti: Anarhia
euskara: Anarkia
فارسی: بی‌دولتی
suomi: Anarkia
galego: Anarquía
עברית: אנרכיה
हिन्दी: अराजकता
hrvatski: Anarhija
Kreyòl ayisyen: Anachi
Bahasa Indonesia: Anarkis
italiano: Anarchia
日本語: 無政府状態
ქართული: ანარქია
қазақша: Анархия
한국어: 무정부 상태
kurdî: Anarşî
Latina: Anarchia
lumbaart: Anarchia
lietuvių: Anarchija
latviešu: Anarhija
македонски: Анархија
эрзянь: Азортомочи
नेपाल भाषा: अव्यवस्थावाद
Nederlands: Regeringsloosheid
norsk nynorsk: Anarki
norsk: Anarki
ਪੰਜਾਬੀ: ਰਾਜਹੀਣਤਾ
polski: Anarchia
română: Anarhie
русский: Анархия
sardu: Anarchia
sicilianu: Anarchìa
Scots: Anarchy
srpskohrvatski / српскохрватски: Anarhija
සිංහල: අරාජික
Simple English: Anarchy
slovenščina: Anarhija
Soomaaliga: Fowdo
shqip: Anarkia
српски / srpski: Анархија
svenska: Anarki
Tagalog: Anarkiya
татарча/tatarça: Анархия
українська: Анархія
vèneto: Anarchìa
მარგალური: ანარქია
ייִדיש: אנארכיע