Amnésie

L'amnésie (du grec Ἀμνησία, amnesia) est une perte partielle ou totale de la mémoire [1]. État pathologique permanent ou transitoire, congénital ou acquis, il peut être d'origine organique (résultant de lésions cérébrales comme une tumeur, le syndrome de Korsakoff, un traumatisme crânien, un épisode anoxique ou ischémique, une maladie neurologique, l'absorption de certains produits ou médicaments (type drogues de soumission), fonctionnel ( troubles psychologiques comme le stress post-traumatique, une maladie psychiatrique) ou considéré en psychanalyse comme un mécanisme de défense contre l' anxiété ou contre l'angoisse de souvenirs douloureux.

La neuropsychologie étudie les cas de ces lésions au cerveau et les conséquences qui en découlent sur la mémoire : perte de certaines capacités, alors que d'autres restent intactes.

Types d'amnésie

Le type d'amnésie varie en fonction des zones cérébrales touchées.

Amnésie rétrograde

L'amnésie rétrograde (ou amnésie d'évocation) correspond à un déficit du rappel d'informations acquises avant l'épisode pathologique, c'est-à-dire à un problème de mémoire à long terme. Elle survient quand l' hippocampe, ou corne d'Ammon, est endommagée. Une déficience dans cette zone du cerveau entraîne la détérioration partielle ou totale de la mémoire sémantique et de la mémoire épisodique (dite déclarative). Contrairement à ce qu'en laisse suggérer le cinéma, elle n'est jamais totale (la période couverte peut-être plus ou moins longue). Dans le cas de démences, une amnésie progressive s'installe en suivant un gradient de Ribot : les souvenirs les plus anciens sont généralement les mieux conservés (voir Loi de Ribot).

Amnésie antérograde

Article détaillé : Amnésie antérograde.

L'amnésie antérograde (ou amnésie de fixation) porte sur les faits postérieurs à l'accident ou à la maladie qui l'a provoquée, la mémoire courte. Elle est la conséquence de l'altération de certaines zones du cortex préfrontal, mais aussi occipital et pariétal. En effet, il s'agit de dysfonctionnement des réseaux neuronaux impliqués dans l'apprentissage et la mémoire de travail. Le sujet est dans l'incapacité de former de nouveaux souvenirs, il oublie les événements au fur et à mesure de leur déroulement. La situation est comparable à un ordinateur dont le disque dur est capable de lire toutes les données qu'il contient mais dont le mécanisme d'écriture défectueux empêche tout nouvel enregistrement d'information. Du latin anterior, « placé avant. » Antonyme : amnésie rétrograde, qui correspond à la perte du souvenir des événements qui ont précédé le traumatisme.

Amnésie infantile

Article détaillé : Amnésie infantile.
Other Languages
azərbaycanca: Amneziya
беларуская: Амнезія
български: Амнезия
bosanski: Amnezija
català: Amnèsia
čeština: Amnézie
dansk: Amnesi
Deutsch: Amnesie
Ελληνικά: Αμνησία
English: Amnesia
Esperanto: Amnezio
español: Amnesia
eesti: Amneesia
euskara: Amnesia
فارسی: یادزدودگی
suomi: Amnesia
Gaeilge: Aimnéise
עברית: אמנזיה
हिन्दी: स्मृतिलोप
hrvatski: Amnezija
magyar: Amnézia
Հայերեն: Ամնեզիա
Bahasa Indonesia: Amnesia
italiano: Amnesia
日本語: 健忘
қазақша: Амнезия
ಕನ್ನಡ: ಮರೆವು
한국어: 기억 상실
Kurdî: Amnezî
Latina: Amnesia
മലയാളം: അമ്നീഷ്യ
Bahasa Melayu: Amnesia
Nederlands: Geheugenverlies
norsk nynorsk: Amnesi
norsk: Amnesi
português: Amnésia
Runa Simi: Pusullu
română: Amnezie
русский: Амнезия
srpskohrvatski / српскохрватски: Amnezija
Simple English: Amnesia
slovenčina: Amnézia
slovenščina: Amnezija
српски / srpski: Амнезија
Basa Sunda: Amnesia
svenska: Amnesi
தமிழ்: மறதி
Tagalog: Amnesya
Türkçe: Amnezi
українська: Амнезія
oʻzbekcha/ўзбекча: Amneziya
Tiếng Việt: Mất trí nhớ
walon: Roviance
中文: 失憶症
Bân-lâm-gú: Kì-ek sòng-sit