Amélie Nothomb

Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Nothomb.
Amélie Nothomb
Description de cette image, également commentée ci-après

Amélie Nothomb au Salon du Livre à Paris le 14 mars 2009.

Nom de naissance Fabienne Claire Nothomb
Naissance (51 ans)
Etterbeek, Belgique
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres
Adjectifs dérivés Nothombien

Œuvres principales

Amélie Nothomb /a.me.li nɔ.tɔ̃b/, nom de plume de Fabienne Claire Nothomb, née le à Etterbeek, Bruxelles [1], est une romancière belge d'expression française.

Auteure prolifique, elle publie un ouvrage par an depuis son premier roman Hygiène de l'assassin, (). Ses romans font partie des meilleures ventes littéraires et certains sont traduits en plusieurs langues. Ce succès lui vaut d'avoir été nommée commandeur de l' ordre de la Couronne et d'avoir reçu du roi Philippe le titre de baronne. Son roman Stupeur et Tremblements a remporté en 1999 le Grand prix du roman de l'Académie française. En 2015, elle a été élue membre de l' Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique.

Biographie

Fabienne Claire Nothomb, dite Amélie Nothomb [2], naît le [3] à Etterbeek [4], au sein d'une famille aristocratique belge ; plusieurs de ses ancêtres se sont illustrés dans la vie politique et culturelle du pays. La famille est catholique à l'origine et ses centres d'intérêt sont la politique et la littérature [5], [6]. Elle accompagnera les déplacements de son père Patrick Nothomb diplomate, qui peu après la naissance de sa fille, sert comme consul général à Osaka au Japon avant d'être en poste à Pékin, New York, et en Asie du Sud-Est ( Laos, Bangladesh, Birmanie).

De retour en Belgique vers l’âge de dix sept ans [7], une période de découverte et d’adaptation à la réalité occidentale est nécessaire [8]. Elle termine ses humanités à l’Institut des Fidèles Compagnes de Jésus (Montjoie) à Uccle [9] pour ensuite entamer une première année universitaire en droit. Après une lecture du philologue, philosophe et poète Friedrich Nietzsche et une étude de l’intransivité chez Georges Bernanos [10], [7], Amélie Nothomb obtient une licence en philologie romane à l' Université libre de Bruxelles, et envisage un moment la carrière d'enseignant, passant et obtenant l' agrégation.

Ses études terminées, un premier retour au Japon (où son père est devenu ambassadeur de Belgique à Tokyo) avec un stage d’interprète dans une société japonaise de la capitale, lui fournira la matière des deux romans Stupeur et tremblements et Ni d’Eve ni d’Adam.

En 1992, avec la publication de son roman Hygiène de l’assassin, commence sa carrière officielle d'écrivain . Elle publie dès lors de façon régulière un livre chaque année aux éditions Albin Michel et partage son temps entre Paris et Bruxelles. Sa production couvre des textes à contenu autobiographique et des récits plus fictionnels ainsi qu’une pièce de théâtre [5]. Métaphoriquement, elle se dit « enceinte de ses romans », indiquant écrire depuis l'âge de 17 ans [11] et se qualifie elle-même de « graphomane » [12], consacrant chaque jour au moins quatre heures à l'écriture. Dans un entretien de 2004 publié dans La Libre Belgique, Amélie Nothomb mentionne écrire près de quatre romans par an pour n’en publier qu’un seul [13], elle ne souhaite pas que soient publiés les autres manuscrits [14]. « L'immense majorité [de ces manuscrits] restera dans des caisses et n'en sortira pas. Je veillerai à me protéger suffisamment pour cela. », dit elle.

Ses écrits sont traduits dans plus de quarante langues à travers le monde [15] .

Présente dans les programmes de l' enseignement secondaire en Belgique [16], au Québec [17] ou en France [18] , ainsi que dans les médias francophones ou étrangers, journaux, interviews, radios, télévisions, signatures, le plus souvent dame au chapeau, vêtue de sombre, elle s’adresse et répond au public et à un lectorat hétérogène, elle est adulée ou critiquée [19], voire jalousée, mais poursuit sa carrière : « Je suis ce que je peux être. Je ne maîtrise pas ce que je suis et encore moins les regards que les autres posent sur moi » [20].

À la suite du séisme de 2011 de la côte Pacifique du Tōhoku, Amélie Nothomb publie, le de cette même année, les Myrtilles, une nouvelle en supplément à la réédition de Stupeur et Tremblements. Les bénéfices de cette édition exceptionnelle sont reversés à Médecins du monde au Japon [21].

En 2012, à l'occasion d'un reportage signé par Laureline Amanieux pour la série Empreintes diffusée sur France 5, l'auteure retourne au Japon, passage obligé pour celle dont les œuvres sont marquées par un attachement particulier à ce pays. Le tournage de ce documentaire sera le cadre de son roman La Nostalgie heureuse [22].

Toujours en 2012, elle préside la 34e édition du Livre sur la place à Nancy, premier salon littéraire de la rentrée [23].

Elle est devenue présidente d'honneur du CRAC Europe, Comité radicalement anticorrida, le [24].

Elle est signataire, mais non militante du mouvement Chiennes de garde contre le sexisme [25].

Sa sœur ainée, Juliette Nothomb, dont elle reste très proche, est également auteure de romans pour enfants et chroniqueuse littéraire et culinaire [26].

Other Languages
Afrikaans: Amélie Nothomb
aragonés: Amélie Nothomb
asturianu: Amélie Nothomb
български: Амели Нотомб
Ελληνικά: Αμελί Νοτόμπ
Esperanto: Amélie Nothomb
español: Amélie Nothomb
estremeñu: Amélie Nothomb
hrvatski: Amélie Nothomb
interlingua: Amélie Nothomb
Interlingue: Amélie Nothomb
italiano: Amélie Nothomb
ქართული: ამელი ნოტომი
lietuvių: Amélie Nothomb
مازِرونی: آملی نوتوم
Nāhuatl: Amélie Nothomb
Nederlands: Amélie Nothomb
português: Amélie Nothomb
română: Amélie Nothomb
русский: Нотомб, Амели
srpskohrvatski / српскохрватски: Amélie Nothomb
Simple English: Amélie Nothomb
српски / srpski: Амели Нотомб
Kiswahili: Amélie Nothomb
Türkçe: Amélie Nothomb
українська: Амелі Нотомб
Volapük: Amélie Nothomb