Alpes-Maritimes

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alpes-Maritimes (province romaine), Alpes maritimes et 06.
Alpes-Maritimes
Alpes-Maritimes
Administration
Pays Drapeau de la France  France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Création du département
Chef-lieu
( Préfecture)
Nice
Sous-préfectures Grasse
Président du
conseil départemental
Éric Ciotti ( LR)
Préfet Georges-François Leclerc
Code Insee 06
Code ISO 3166-2 FR-06
Code Eurostat NUTS-3 FR823
Démographie
Gentilé Maralpin(e)s
Population 1 083 312 hab. (2014)
Densité 252 hab./km2
Géographie
Superficie 4 299 km2
Subdivisions
Arrondissements 2
Circonscriptions législatives 9
Cantons 27
Intercommunalités 7
Communes 163

Le département des Alpes-Maritimes ( prononcé [ a l p ( ə ) m a . ʁ i . t i m]) est un département français de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ses habitants sont appelés les Maralpin(e)s. L' Insee et la Poste lui attribuent le code 06. Sa préfecture est Nice.

Un premier département des Alpes-Maritimes a existé de 1793 à 1814, sous la Révolution française et le Premier Empire. Il était alors composé essentiellement du comté de Nice, détaché du royaume de Piémont-Sardaigne et réuni à la France ainsi que de la principauté de Monaco (Monaco, Roquebrune et Menton à l'époque) annexée, et l'arrondissement de San Remo, annexé à la République ligurienne. En 1814, le comté de Nice retourne au royaume de Piémont-Sardaigne et Monaco recouvre son indépendance mais sous protectorat sarde. Le second département des Alpes-Maritimes est créé en 1860, par l'adjonction audit comté de Nice (cédé par le royaume de Piémont-Sardaigne) de l' arrondissement de Grasse détaché du département du Var et le rattachement des villes de Menton et Roquebrune qui avaient fait sécession de la principauté de Monaco et dont les droits furent rachetés par l'empereur des Français au prince de Monaco en 1861, avec la création d'un nouvel arrondissement, celui de Puget-Théniers de 1860 à 1926.

Le département compte 1 081 244 habitants en 2011 et 163 communes [1]. Son économie est essentiellement tertiaire.

Histoire

Article détaillé : Histoire des Alpes-Maritimes.
Les thermes romains de Cemenelum.

Les Romains créent un district militaire nommé Alpes Maritimæ en 14 av. J.-C., qui acquiert le statut de province ( Alpes-Maritimes) au milieu du Ier s. apr. J.-C. Elle a pour capitale Cemenelum (aujourd'hui Cimiez, un quartier du nord de Nice). Dans sa plus grande extension, en 297, cette province englobe Digne et Briançon. Sa capitale est ensuite déplacée à Embrun.

Un premier département des Alpes-Maritimes existe de 1793 à 1814. Son chef-lieu est Nice, mais ses limites diffèrent de celles du département actuel, incluant Monaco (Port-Hercule) et Sanremo (Saint-Rème) mais non l'arrondissement de Grasse (alors dans le département du Var) : le département s’arrête donc à l'Ouest approximativement au fleuve Var.

En 1860, Cavour, un des artisans de l'unité italienne autour du royaume de Piémont-Sardaigne, négocie le soutien de Napoléon III en échange de la Savoie et du comté de Nice. L' annexion est confirmée les 15 et 16 avril 1860 par les 30 712 électeurs hommes inscrits des 89 communes du comté de Nice qui, pour la première fois, au suffrage universel masculin et par plébiscite, votent oui au rattachement à la France à 83,8 % des inscrits et à 99,2 % des votants [2]. Le nouveau département des Alpes-Maritimes sera composé de l'ancien comté de Nice, divisé en un arrondissement de Nice et un arrondissement de Puget-Théniers (ces deux arrondissements existaient déjà dans l'ancien département ( 1793- 1814)), et d'une partie du département du Var, l' arrondissement de Grasse, déplaçant la frontière occidentale du fleuve Var jusqu'à la Siagne et Théoule, au pied du massif de l'Estérel. Toutefois le comté de Nice est amputé de Tende et de La Brigue qui seront intégrés à la France lors du traité de Paris en 1947.

L' arrondissement de Puget-Théniers est supprimé à des fins d'économie en 1926 et rattaché à celui de Nice : le département ne comporte donc depuis lors que deux arrondissements.

En 1947, conformément au traité de Paris et à la suite d'un référendum favorable à leur rattachement à la France, les communes de Tende et de La Brigue (ainsi que des parties des communes des hautes vallées de la Vésubie et de la Tinée, dont une partie de la commune d' Isola) restées italiennes depuis 1860, sont rattachées à ce département.