Alger

Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la capitale de l'Algérie. Pour les autres significations, voir Alger (homonymie).
Alger
(ar) الجزائر العاصمة
(El-Djaza'ir al-ʿāṣima)
Vue de la capitale Alger
Vue de la capitale Alger
Blason de Alger
Noms
Nom arabe الجزائر العاصمة
(El-Djaza'ir al-ʿāṣima)
Nom berbère ⴷⵣⴰⵢⴻⵔ (Dzayer)
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie  Algérie
Wilaya Alger
Code postal 16000
Indicatif 021 / 023
Démographie
Gentilé Algérois, Algéroise
Population 2 481 788 hab. ( 2008 [1])
Densité 2 086 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 46′ 34″ Nord, 3° 03′ 36″ Est
Altitude Min. 2 m – Max. 424 m
Superficie 1 190 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Alger

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Alger
Liens
Site de la commune Site officiel de la Wilaya d'Alger

Alger (en arabe : الجزائر (Al-Jazā'ir) [note 1], [2], en berbère : ⴷⵣⴰⵢⴻ (Dzayer ou Lezzayer) [3]) est la capitale de l' Algérie et en est la ville la plus peuplée.

Située au bord de la mer Méditerranée, la ville donne son nom à la wilaya dont elle est le chef-lieu. La ville d'Alger est en fait constituée de plusieurs communes et n'a ni personnalité juridique, ni structure d'administration en propre.

L' unité urbaine d'Alger comptait 2 481 788 habitants selon l' Office national des statistiques algérien d'après le dernier recensement de 2008 [1]. Avec 4,4 millions d'habitants selon le ministère des Affaires étrangères français [4], tandis que l'agglomération en comptait environ 6 727 806 habitants en 2010 suivant le classement des 100 plus grandes villes du monde par World Gazetteer [5] et 7 796 923 habitants en 2015 selon Population Data [6], Alger est la première agglomération du Maghreb.

Elle fut fondée au IVe siècle IVe siècle av. J.-C., comme comptoir phénicien en pays berbère, sous le nom d'Ikosim. Elle sera occupée par les Romains, les Vandales, les Byzantins et les Arabes puis au début du Moyen Âge par la tribu berbère des Beni-Mezghana. C'est le souverain berbère de la dynastie ziride Bologhine ibn Ziri, au milieu du Xe siècle qui fondera l'Alger actuelle, sous son nom El-Djazaïr ou Lezzayer, employé encore de nos jours pour la désigner en arabe et en berbère. Elle ne prend son rôle de capitale de l'Algérie qu'à partir de la période de la régence d'Alger en 1515. Elle est alors une des cités les plus importantes de la mer Méditerranée entre le XVIe siècle et le début du XIXe siècle, pratiquant le corso, et à laquelle les puissances maritimes versent un impôt pour le passage de leur flotte. Son rôle de capitale du pays sera confirmée lors de la colonisation française où elle devient le siège du gouverneur général de l'Algérie. Alger fut la capitale de la France libre de 1942 à 1944. Depuis l'indépendance de l'Algérie, en 1962, devenue capitale de l’État algérien, elle abrite le siège des institutions politiques du pays en plus de tenir un rôle de premier plan économiquement.

Toponymie

Plan d'Alger à la fin du XVIIe siècle

Théorie 1

Dans une petite notice sur l'étymologie d'Alger [7], Albert Farhat écrit : « Le nom d'« Alger » dérive du catalan Alguère [8], lui-même tiré de Djezaïr du nom donné par Bologhine ibn Ziri [8], fondateur de la dynastie Zirides, lorsqu'il bâtit la ville en 960 sur les ruines de l'ancienne ville au nom romain Icosium ; Djezaïr Beni Mezghenna [9]. La signification du nom donné par Bologhine ibn Ziri voudrait que le nom soit donné en référence aux îles qui faisaient face au port d’Alger à l'époque et qui furent plus tard rattachées à sa jetée actuelle ; en arabe Al-Djaza’ir (الجزائر), « Les Îlots » [8], en français « Les Îles des Mezghenna » (جزاير بني مزغنا Djezaïr Beni Mezghenna). Le terme d'île pourrait, selon des géographes musulmans du Moyen Âge, également désigner la côte fertile de l’actuelle Algérie [10], coincée entre le vaste Sahara et la Méditerranée, apparaissant alors comme une île de vie, Al-Jaza’ir. »

Il se réfère maintenant à Al Bakri : «  Al Bakri, célèbre polygraphe andalou, dans sa Description de l'Afrique septentrionale, cite dans son chapitre sur La route d' Achir à Djzayer Beni Mezghenna (vers l'an 1068, soit six siècles avant les Turcs, quatre siècles avant Ibn Khaldoun, un siècle avant les Almohades et une décennie avant les Almoravides, soit à peine deux siècles après l'islamisation de l' Afrique du Nord), cite la ville d'Alger comme encore imposante et sertie de voûtes et autres assises monumentales prouvant qu'elle fut « la capitale d'un vaste empire ». Louis Mas Latrie, reprend les propos d'El Bekri s'agissant de ses inductions quant à Icosium « capitale d'un vaste empire », Icosium n'étant qu'une cité parmi d'autres au sein de l'Empire romain [11]. Concernant le nom même, Al Bakri dit que la ville s'appelle Djzèyer Beni Mezghanna et l'orthographie en arabe Djzèyèr (ﺟﺯﺍﻳﺮ) et non El-Djaza'ir (الجزائر). De plus, très prolixe dans ses descriptions, il ne précise à aucun moment du chapitre que Djzèyèr signifie « les îles », bien au contraire assimilant le nom de la ville aux Beni Mezghenna. La version arabe, très claire à ce sujet fit régulièrement par la suite l'objet d'excès en interprétations. Ainsi, dans la traduction faite par William Mac Guckin de Slane, ce dernier rajouta l'explication « les îles de la tribu Mezghenna », mention qui n'existe nullement dans la version du texte arabe originel. De plus, De Slane orthographia Djazaïr au lieu de Djzèyer tel que transcrit phonétiquement par Al Bakri qui, lui, s'abstint dans son texte de toute interprétation superflue. Nous saurons alors de manière formelle que le nom d'Alger ne comporte pas l'article défini « El » propre à la langue arabe, nous laissant croire que Djzèyer ne fait pas référence à un nom commun, ni à un qualificatif ou adjectif, alors précédés de l'article « El », mais qu'il s'agit plutôt d'un nom propre tout comme Mezghenna, Achir (qui ne se disent pas El-Mezghenna ou El-Achir, etc). Ainsi, le El de El-Djazaïr généralement admis est un rajout ultérieur, ayant induit à une fausse interprétation du nom d'Alger, faisant coïncider la ressemblance phonétique du mot avec la présence d'îlots. La tradition orale, plus conservatrice et au plus près de l'origine n'aura-t-elle pas conservé le vocable alors initial tel que transcrit alors par Al Bakri : Djzèyer/Dzèyer, qui sans l'article El, est plus apte à désigner Ziri que des îlots (sachant en outre qu'en arabe l'île se dit El-Djazira et au pluriel El-Djouzour). Et être un Dziri (c'est-à-dire Algérois), signifie en toute logique davantage être un Ziride (la ville devint sous Bologhine ibn Ziri la capitale de la dynastie Zirides, tribu des Ziri) qu'un îlien ou insulaire.

Al Bakri est considéré comme le tout premier polygraphe ayant couché par écrit la géographie de l'Afrique du Nord médiévale (il associait encore le terme « El-Maghrib » avec celui de « Ifriqya », il ne citait pas « d'îles du Maghreb »). Par conséquent, si l'on doit retranscrire rigoureusement en langue arabe le nom d'Alger tel qu'écrit pour la première fois, il ne faudra plus l'orthographier « El-Djazaïr »(الجزائر : avec la cassure entre le « a » et le « i »), mais « Djzèyèr » avec le « y » et sans « El » : ﺟﺯﺍﻳﺮ selon l'orthographe d' Al Bakri alors au plus proche du parler de l'époque de la dynastie Ziride.

Le nom de Tigzirt : Tigzirt aurait pu être associée aussi au terme « île », sorte de berbérisation du mot arabe el-djazira, qui deviendrait Tidjzirt puis Tigzirt, mais la ville située sur la côte de la Grande Kabylie, demeurée berbérophone, a gardé sa signification ancienne venue de ighzer (la source/ruisseau), devenue « Tighzert » (la petite source/petit ruisseau), toponyme alors extrêmement répandu dans toute l'Afrique du Nord jusqu'aux confins du Sahara. En face de Tigzirt il y a aussi une série d'îlots, tout comme le cas d'Alger, la ville possède en outre des ruines romaines ainsi que les restes d'une importante fontaine, ce qui est en tout point semblable avec le cas d'Alger...mais aussi Ténès, Cherchell, Carthage, Tunis, Tanger, Essaouira/Mogador, Barcelone, Marseille, etc., tous les ports protégés sont devancés d'îlots, un fait commun. Tigzirt n'aura pas connu de doute sur son toponyme dans la mesure où aucun enjeu idéologique ne vint disputer la paternité de la ville, contrairement à Alger qui connut un développement croissant, notamment depuis sa repropriation par Bologhine ibn Ziri, fondateur de la dynastie Zirides (Iziryen en Tamazight et el-ziriyoun en arabe, branche de la nation Sanhadja et allié au Kutama, d'abord alliés, puis vassal des Fatimides, et fondateurs d'El Qahera, alias Le Caire) [12]. »

Théorie 2

Albert Farhat alimente alors sa réflexion d'un article du lexicographe Jean-Baptiste-Bonaventure de Roquefort [13] : « Dans son dictionnaire de la langue française, Jean-Baptiste-Bonaventure rapporte que les Ottomans et les autochtones appelaient la ville d'Alger du nom d'Al-Ghazi, de ghazw en arabe, « la conquérante », puisque la piraterie navale était dirigée contre les chrétiens [14]. Il précise aussi qu'Alger, de Al Djazaïr, est un royaume situé entre l'actuelle Tunisie et l'actuel Maroc, sachant que ce royaume était « une île » qu'il fallait relier au continent. Ainsi, il est question ici de tout un territoire dénommé île, et non plus la seule ville d'Alger [15] (et celle-ci n'est pas située sur une île, ni une péninsule), ce qui rejoint les propos d'Idriss » ( Al Idrissi) « qui traversant le Maghreb pour rejoindre le Maroc, considéra ce territoire comme une suite d'îles (massifs montagneux habités, verdoyants et riches en eaux et cultures) entre la mer Méditerranée et l'océan Atlantique d'une part et le Sahara d'autre part. Ainsi le lien entre « Alger » et sa signification « île » est ici joint à l'idée d'une île parmi d'autres au sein d'un territoire plus grand, le Maghreb ou « les îles du Couchant » selon Al Idrissi [16] (et non pas les îlots qui font face à la ville elle-même) ce qui coïncide avec la phonétique Dzyer/Dziri/Dziryoun pour Ziri en berbère et Djazira en arabe. »

Théorie 3

Puis, il conclut : « Selon Smaïl Medjeber, Alger fut prise par Bologhine ibn Ziri qui lui donne le nom de Ziri pour honorer son père [17] ». Alger vient de l'anthroponyme Ziri [17].

Enfin il faut noter que Al Bakri, repris par Louis Mas Latrie, à plusieurs siècles de distance, confirme le fait que les habitants d'Alger et de ses alentours (Mitidja) étaient Berbères (donc pour l'époque du haut Moyen Âge, une telle distinction révèle la berbérophonie de ces populations) et vivaient à la limite du royaume Hammadides encore en place. Alger ne pouvait signifier « El-Djazaïr/les îles » en parler berbère, d'autant que de fondation Zirides, les At Mezghan ( Beni Mezghenna) ont été soumis, à une époque plus ancienne, à la conquête ziride pour devenir les «  Zirides Beni Mezghenna » après l'occupation de la ville par Bologhine ibn Ziri.

Other Languages
адыгабзэ: Алжир (къалэ)
Afrikaans: Algiers
አማርኛ: አልጀርስ
aragonés: Alcher
asturianu: Arxel
azərbaycanca: Əlcəzair (şəhər)
žemaitėška: Alžīrs (miests)
беларуская: Горад Алжыр
беларуская (тарашкевіца)‎: Альжыр (горад)
български: Алжир (град)
brezhoneg: Aljer
bosanski: Alžir (grad)
català: Alger
Mìng-dĕ̤ng-ngṳ̄: Algiers
нохчийн: Алжир (гӀала)
Cebuano: Algiers
کوردیی ناوەندی: جەزائیر (شار)
čeština: Alžír
Чӑвашла: Алжир (хула)
Cymraeg: Alger
dansk: Algier
Deutsch: Algier
Ελληνικά: Αλγέρι
English: Algiers
Esperanto: Alĝero
español: Argel
eesti: Alžiir
euskara: Aljer
estremeñu: Argel
فارسی: الجزیره
suomi: Alger
Võro: Alžiir
føroyskt: Alger
arpetan: Alg·èr
Nordfriisk: Algier
Frysk: Algiers
Gàidhlig: Algiers
galego: Alxer
客家語/Hak-kâ-ngî: Algiers
עברית: אלג'יר
हिन्दी: अल्जीयर्स
Fiji Hindi: Algiers
hrvatski: Alžir (grad)
hornjoserbsce: Alžěr
Kreyòl ayisyen: Alje
magyar: Algír
Հայերեն: Ալժիր (քաղաք)
Bahasa Indonesia: Aljir
Interlingue: Alger
Ido: Aljer
íslenska: Algeirsborg
italiano: Algeri
日本語: アルジェ
Basa Jawa: Aljir
Kongo: Alger
қазақша: Алжир (қала)
한국어: 알제
Кыргызча: Алжир шаары
Latina: Algeria
Ladino: Arjel
Lëtzebuergesch: Alger
Ligure: Algê
lumbaart: Algeri
lingála: Alje
latviešu: Alžīra
мокшень: Алжир (ош)
Malagasy: Algiers
македонски: Алжир (град)
മലയാളം: അൾജിയേഴ്സ്
монгол: Алжир хот
кырык мары: Алжир (хала)
Bahasa Melayu: Algiers
မြန်မာဘာသာ: အယ်လဂျီးယားမြို့
Plattdüütsch: Algier
नेपाली: अल्जीएर्स
Nederlands: Algiers
norsk nynorsk: Alger
norsk bokmål: Alger
occitan: Argièr
ਪੰਜਾਬੀ: ਅਲ-ਜਜ਼ਾਇਰ
Papiamentu: Algiers
polski: Algier
Piemontèis: Algeri
پنجابی: الجیرز
پښتو: الجزيره
português: Argel
română: Alger
русский: Алжир (город)
sicilianu: Algeri
Scots: Algiers
srpskohrvatski / српскохрватски: Alžir (grad)
Simple English: Algiers
slovenčina: Alžír
slovenščina: Alžir
chiShona: Algiers
Soomaaliga: Algiers
shqip: Algier
српски / srpski: Алжир (град)
Basa Sunda: Aljir
Kiswahili: Algiers
ślůnski: Alger
Tagalog: Arhel
Twi: Alger
удмурт: Алжир (кар)
ئۇيغۇرچە / Uyghurche: ئالجىر
українська: Алжир (місто)
oʻzbekcha/ўзбекча: Jazoir (shahar)
vèneto: Algeri
vepsän kel’: Alžir (lidn)
Tiếng Việt: Algiers
Volapük: Cäsair
Winaray: Algiers
Wolof: Alse
მარგალური: ალჟირი (ნოღა)
ייִדיש: אלזשירס
Yorùbá: Algiers
中文: 阿爾及爾
Bân-lâm-gú: Alger
粵語: 阿爾及爾
isiZulu: Algiers