Albert Edelfelt

Albert Edelfelt
Albert Edelfelt-Självporträtt.jpg

Autoportrait d'Albert Edelfelt

Naissance
Décès
(à 51 ans)
Borgå
Nom de naissance
Albert Gustaf Aristides Edelfelt
Nationalité
Finlandaise
Activité
arts visuels
Formation
aux beaux arts
Élève
Theodora Krarup (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Distinction
Masque mortuaire d'Albert Edelfelt.

Albert Gustaf Aristides Edelfelt, né le à Kiiala, Borgå (grand-duché de Finlande) – mort le à Haikko, Porvoo ( Borgå à l'époque), est un peintre finlandais suédophone de la fin du e siècle[1].

Biographie

Fils d’un architecte suédois, Albert Edelfelt suit les cours de dessin de Carl Eneas Sjöstrand puis étudie à l’université d'Helsingfors. Il visite la Suède et rencontre le peintre d’histoire Georg von Rosen, ancien élève d’Henri Leys.

En 1873, il entre à l'académie des Beaux-Arts d'Anvers et il s'y lie d'amitié avec Émile Claus.

En 1874, il entre à l'école nationale des Beaux-Arts de Paris et y suit les cours de Jean-Léon Gérôme. Son intérêt pour la peinture naturaliste va grandissant.

En 1881, lors de son deuxième séjour à Paris, il rencontre Gustave Courtois, puis Jules Bastien-Lepage pour qui il éprouve une véritable admiration, le considérant comme un merveilleux coloriste. Il est alors bien introduit dans le milieu artistique parisien et est souvent invité à des dîners, où il rencontre Émile Zola, Alphonse Daudet ou Pierre Puvis de Chavannes. Son succès incitera d’autres artistes finlandais à venir s’installer à Paris.

Vers la fin du siècle, il illustre des récits patriotiques finlandais en réponse à une expression toujours croissante venue de Russie, dont le grand-duché de Finlande dépendait.

Il a eu pour élève Léon Bakst.

Louis Pasteur, 1885, Musée d'Orsay, Paris.
Other Languages