Albert Ducrocq

Albert Ducrocq
Albert Ducrocq en 1987.jpg

Albert Ducrocq en 1987.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Distinctions
Chevalier de la Légion d'honneur‎
Chevalier des Palmes académiques ( d) Voir et modifier les données sur Wikidata

Albert Ducrocq, né le à Versailles et mort le , est un scientifique cybernéticien, journaliste et essayiste français à qui on doit, entre autres, le «  renard électronique », un des premiers dispositifs automatiques, préfiguration des machines robotisées.

Biographie

Albert Ducrocq est le fils d'Armand Ducrocq, colonel d'infanterie coloniale et de Germaine Adam. Il fait ses études secondaires à Versailles d'abord au collège Saint-Jean-de-Béthune puis à l' école Sainte-Geneviève. Il entame ensuite des études supérieures à la faculté des sciences et des lettres de Paris et à l'École libre des sciences politiques.

Il est l'un des pionniers de la cybernétique française et l'inventeur du « renard électronique ». Cette machine se situe dans la postérité des tortues de Bristol conçues par l'Anglais William Grey Walter : montées sur roulettes, elles se dirigeaient spontanément vers toute source lumineuse, étaient aussi capables de répondre à un son par identification de celui-ci via une lumière selon une reproduction artificielle du réflexe conditionné et dont une version ultérieure allait spontanément se rebrancher sur une prise de courant appropriée lorsque le niveau de leur batterie faiblissait. Mais, en plus de ces caractéristiques, Ducrocq avait doté son renard de ce qu'il avait appelé un « sens capacitif » par le moyen d'un dispositif de détection de masse récupéré dans un détecteur de mines. Ainsi équipé, le renard pouvait réagir à distance à la présence d'objets métalliques. D'aucuns y ont vu la préfiguration d'engins de sécurité automatiques utilisables dans certaines situations de catastrophes ou de conflits armés. Cette invention donna aussi naissance à plusieurs types de chariots de manutention automatiques, les «  zébulons », conçus par Bruno Lussato.

Albert Ducrocq est toutefois beaucoup plus connu en tant que journaliste et écrivain scientifique, pour ses talents de vulgarisateur.

Il fut un témoin privilégié des grands évènements de la conquête spatiale. Il s'est notamment rendu en URSS à la fin des années 1950 et a commenté en direct les premiers pas de l'homme sur la Lune pour les auditeurs de la radio Europe 1 en 1969.

Outre ses nombreux ouvrages, il écrivit énormément d'articles, publiés dans les magazines Espace & Civilisation, Atomes, Sciences et Avenir et Air et Cosmos, ainsi que dans les pages scientifiques du quotidien Le Figaro.

Other Languages