Alain Rodet

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rodet.
Alain Rodet
Alain Rodet s'exprimant lors du meeting de François Hollande au Zénith de Limoges, le 27 avril 2012.
Alain Rodet s'exprimant lors du meeting de François Hollande au Zénith de Limoges, le 27 avril 2012.
Fonctions
Député de la 4e circonscription de la Haute-Vienne

(30 ans, 11 mois et 18 jours)
Prédécesseur Circonscription créée
Successeur Circonscription supprimée
Député de la 1re circonscription de la Haute-Vienne

(5 ans)
Prédécesseur Monique Boulestin
(indirectement)
Successeur Sophie Beaudouin-Hubière
Maire de Limoges

(23 ans, 7 mois et 9 jours)
Prédécesseur Louis Longequeue
Successeur Émile-Roger Lombertie
Biographie
Nom de naissance Alain Rodet
Date de naissance (73 ans)
Lieu de naissance Dieulefit, France
Nationalité Française
Parti politique Parti socialiste
Diplômé de IEP de Grenoble
IEP de Paris [1]
Profession Économiste
Meeting de Ségolène Royal au zénith de Limoges le 29 mars 2007, avec de gauche à droite François Hollande, Alain Rodet, Jean-Paul Denanot, Marie-Françoise Pérol-Dumont et Ségolène Royal

Alain Rodet, né le à Dieulefit ( Drôme), est un homme politique français. Il est député de la quatrième circonscription de la Haute-Vienne de 1981 à 2017. Membre du Parti socialiste depuis 1971 [1], Il est maire de Limoges de 1990 jusqu'à sa défaite en 2014, et président de la communauté d'agglomération Limoges Métropole de 2002 à 2014.

Biographie

Jeunesse et formation

Né à Dieulefit, dans la Drôme, Alain Rodet suit ses études à l' IEP de Grenoble, puis à Sciences Po Paris, où il est militant à l' Unef puis à la Convention des institutions républicaines de François Mitterrand. Arrivé à Limoges à la fin des années 1960, il enseigne l'économie à l' IUT de la toute nouvelle Université de Limoges. Dans le même temps, il travaille dans plusieurs organismes liés à la DATAR, et réalise pour divers journaux des reportages économiques à l'étranger [2]. Admirateur de Pierre Mendès France et de François Mitterrand, il adhère au PS après le Congrès d'Épinay de 1971 [1].

Débuts en politique

Alain Rodet est élu au conseil municipal de Limoges pour la première fois en 1971. Dès 1974, il est chef de cabinet d' André Chandernagor, président du premier Conseil régional du Limousin [2], et devient adjoint au maire de Limoges Louis Longequeue en 1977, un an après son élection au conseil général de la Haute-Vienne, représentant du canton de Limoges-Cité [2].

Élu pour la première fois député de la Haute-Vienne en 1981, succédant à la communiste Hélène Constans, il a depuis été réélu à chaque élection, étant d'ailleurs le seul député socialiste après la vague bleue successive aux élections législatives de 1993.

Maire de Limoges

Il accède au poste de premier adjoint en 1989 [1]. À la mort de Louis Longequeue, en août 1990, il est élu maire par le conseil municipal, puis réélu en 1995 et en 2001, à chaque fois au premier tour.

Il annonce en septembre 2007 sa nouvelle candidature aux élections municipales de 2008 à la mairie de Limoges. Il conduit une liste d'union de la gauche ( PS - ADS - MRC - PCF - PRG - Limoges Ecologie) nommée Notre ville, c'est notre vie. Il est réélu maire de Limoges dès le 1er tour le avec 56,45 % des suffrages exprimés.

Interrogé à ce sujet par Le Populaire du Centre, le 16 janvier 2012, il laisse entendre qu'il envisage de se représenter, pour la quatrième fois consécutive, aux élections municipales de 2014 [3]. En juin 2012, il est candidat à sa propre succession, pour les élections législatives dans la 1re circonscription de la Haute-Vienne, et est à cette occasion largement réélu au second tour, réunissant 69 % des suffrages face à la candidate de l'UMP.

Défaites de 2014

À nouveau candidat à la mairie en 2014, il est contraint pour la première fois à un second tour, et à la surprise générale est battu dans une triangulaire par le candidat d'union UMP et UDI Émile-Roger Lombertie, avec 43,82 % contre 45,07 % pour le vainqueur. Cette victoire de la droite marque la fin de 102 années de gouvernance de gauche, exception faite de la parenthèse vichyste, un record pour une ville de plus de 100 000 habitants [4]. Il renonce à se porter candidat à un nouveau mandat de président de la Communauté d'agglomération Limoges Métropole, et c'est le socialiste Gérard Vandenbroucke qui lui succède.

Élections législatives de 2017

Le , Alain Rodet annonce qu'il ne briguera pas de nouveau mandat de député à l'occasion des élections législatives de 2017. Tout en rappelant être « de la génération de Trump et de Juppé » et assurant qu'« une nouvelle campagne ne [lui] aurait pas pesé », il déclare souhaiter un « changement de génération » [5].

Other Languages
English: Alain Rodet