Alain Peyrefitte

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Peyrefitte.
Ne doit pas être confondu avec Roger Peyrefitte.

Alain Peyrefitte
Illustration.
Alain Peyrefitte en 1964.
Fonctions
Sénateur français

(4 ans, 1 mois et 25 jours)
Élection24 septembre 1995
CirconscriptionSeine-et-Marne
Groupe politiqueRPR
Député français

(13 ans, 8 mois et 7 jours)
Réélection


Circonscription4e de Seine-et-Marne (1982-1986)
Seine-et-Marne (1986-1988)
4e de Seine-et-Marne (1988-1995)
LégislatureVIIe, VIIIe, IXe et Xe
Groupe politiqueRPR
PrédécesseurMarc Fromion (invalidé)
Claude Eymard-Duvernay
SuccesseurChristian Jacob

(1 mois et 3 jours)
Réélection
Circonscription4e de Seine-et-Marne
LégislatureVIe
Groupe politiqueRPR
PrédécesseurÉtienne Pinte
SuccesseurClaude Eymard-Duvernay

(4 ans, 9 mois et 25 jours)
Réélection
Circonscription4e de Seine-et-Marne
LégislatureIVe et Ve
Groupe politiqueUDR
PrédécesseurRoger Pezout
SuccesseurÉtienne Pinte

(1 mois et 4 jours)
Réélection
Circonscription4e de Seine-et-Marne
LégislatureIIIe
Groupe politiqueUD-UD-Ve
PrédécesseurRoger Pezout
SuccesseurRoger Pezout

(3 ans et 1 mois)
Réélection
Circonscription4e de Seine-et-Marne
LégislatureIIe
Groupe politiqueUNR-UDT
PrédécesseurMichel Vincent
SuccesseurRoger Pezout

(3 ans, 5 mois et 6 jours)
Élection
Circonscription4e de Seine-et-Marne
LégislatureIre
Groupe politiqueUNR
SuccesseurMichel Vincent
Garde des Sceaux, ministre de la Justice

(4 ans, 1 mois et 13 jours)
PrésidentValéry Giscard d'Estaing
GouvernementRaymond Barre II et III
PrédécesseurOlivier Guichard
SuccesseurMaurice Faure
Ministre des Affaires culturelles et de l'Environnement

(2 mois et 25 jours)
PrésidentGeorges Pompidou
Alain Poher (intérim)
GouvernementPierre Messmer III
PrédécesseurMaurice Druon
(Affaires culturelles)
Robert Poujade (Environnement)
SuccesseurMichel Guy (Affaires culturelles,
secrétaire d'État)

Gabriel Péronnet
(Environnement, secrétaire d'État)
Ministre chargé des Réformes administratives

(10 mois et 21 jours)
PrésidentGeorges Pompidou
GouvernementPierre Messmer II
PrédécesseurRoger Frey (indirectement)
SuccesseurJean-Jacques Servan-
Schreiber
(indirectement)
Ministre de l'Éducation nationale

(1 an, 1 mois et 21 jours)
PrésidentCharles de Gaulle
GouvernementGeorges Pompidou IV
PrédécesseurChristian Fouchet
SuccesseurGeorges Pompidou (intérim)
François-Xavier Ortoli
Ministre délégué à la Recherche scientifique et aux Questions atomiques et spatiales

(1 an, 2 mois et 24 jours)
PrésidentCharles de Gaulle
GouvernementGeorges Pompidou III
PrédécesseurYvon Bourges (ministre)
SuccesseurMaurice Schumann (ministre)
Maire de Provins

(32 ans)
PrédécesseurAndré Dujeu
SuccesseurRobert Chevalier
Ministre de l'Information

(3 ans, 1 mois et 11 jours)
PrésidentCharles de Gaulle
GouvernementGeorges Pompidou II
PrédécesseurChristian Fouchet (ministre
délégué)
SuccesseurYvon Bourges (secrétaire d'État)
Ministre délégué aux Rapatriés

(2 mois et 17 jours)
PrésidentCharles de Gaulle
GouvernementGeorges Pompidou I
PrédécesseurRobert Boulin (secrétaire d'État)
SuccesseurFrançois Missoffe (ministre)
Secrétaire d'État chargé de l'Information

(4 mois et 28 jours)
PrésidentCharles de Gaulle
GouvernementGeorges Pompidou I
PrédécesseurChristian de La Malène
SuccesseurChristian Fouchet (ministre
délégué)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissanceNajac (Aveyron, France)
Date de décès (à 74 ans)
Lieu de décèsParis (XVIe, France)
NationalitéDrapeau de la France France
Parti politiqueUNR (1958-1967)
UDR (1967-1976)
RPR (1976-1986)
ConjointMonique Luton
Diplômé deÉcole normale supérieure
ENA
ProfessionDiplomate
Écrivain
ReligionCatholicisme

Alain Peyrefitte, né le à Najac dans l'Aveyron et mort le à Paris, est un homme d'État, diplomate et écrivain français, membre de l’Académie française.

Après l'École normale supérieure, il intègre la première promotion de l'ENA, et choisit à sa sortie la carrière diplomatique. Celle-ci le mène en Allemagne de l'Ouest, alors en plein redressement économique, puis en Pologne, dont il est nommé consul général au moment où s'affermit l'emprise soviétique.

En 1958, il est élu député et fait partie de la génération d'hommes qui entrent en politique avec le retour au pouvoir du général de Gaulle. Il en devient un des proches collaborateurs, puis est nommé ministre et porte-parole du gouvernement en 1962. À ce titre, il noue avec le chef de l’État une relation privilégiée, et il tirera de nombreux entretiens particuliers le recueil C'était de Gaulle, qui fait référence. Ministre dans de nombreux gouvernements sous les présidences de Charles de Gaulle, Georges Pompidou puis Valéry Giscard d'Estaing, il fait des passages notables et parfois critiqués aux ministères de l’Information, où il crée l'ORTF, de la Recherche scientifique, où il accélère le programme de dissuasion nucléaire français, et de la Justice, où il fait voter la loi liberté et sécurité. Élu député dans toutes les législatures de la Ve République entre 1958 et 1995, puis sénateur en 1995, c'est alors une des figures majeures de la droite. Il cultive en même temps un ancrage local en Seine-et-Marne, où il est élu député, conseiller général, et maire de Provins de 1965 à 1997.

Il publie en 1976 un essai dans lequel il revient sur les résistances aux réformes qu'il a entreprises comme ministre, et cherche à comprendre les causes profondes de ce qu'il nomme Le Mal français, et qui connaît un grand succès de librairie. La question centrale à laquelle il cherche à répondre est celle de la cause première du développement et du sous-développement, qu'il identifie non pas dans les causes matérielles habituellement avancées mais dans un « tiers facteur immatériel », la confiance. Ces réflexions initiées dans Le Mal français sont développées dans son maître ouvrage, La Société de confiance, et ont fait l'objet de leçons au Collège de France intitulées Du Miracle en économie. Fasciné par la Chine, il est aussi l'auteur de deux essais sur le renouveau de l'empire du Milieu, dont le premier de prospective Quand la Chine s'éveillera… le monde tremblera connaît un grand succès de librairie.

Collaborateur régulier de nombreux journaux, il devient président du comité éditorial du Figaro en 1983. Il est élu à l'Académie française en 1977.

Other Languages