Accident du travail

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir AT.
Un accident au travail au dix-neuvième[Quoi ?] siècle dans une mine
Peinture[Quoi ?] d'Erik Henningsen (en) A wounded worker à la National Gallery of Denmark


L'accident du travail est un accident survenant dans le cadre de l'exercice d'une profession.

La définition exacte d'un accident du travail dépend principalement des législations en vigueur des différents pays. Cette notion est parfois difficile à qualifier, par exemple :

  • dans le cas de travail à domicile (part professionnelle, part domestique) ;
  • dans le cas de déplacement professionnel de plus d'une journée (cas d'accident survenu à l'hôtel par exemple) ;
  • dans le cas d'accident survenu sur le trajet menant au lieu de travail (trajet direct habituel ou trajet particulier) ;
  • dans le cas de malaise sur le lieu de travail dû à une pathologie indépendante du travail.

Selon les chiffres publiés en 2009 par l’Organisation internationale du travail (OIT), ce sont environ 2,3 millions de personnes qui meurent chaque année dans le monde du travail :

  • environ 360 000 meurent d'accidents à proprement parler ;
  • environ 1,95 million meurent de maladies professionnelles incurables.

D'après l'OIT, les secteurs à risque pour les travailleurs et les travailleuses sont principalement l'agriculture, la construction et les mines, et ce pour les pays en développement et pour les pays industrialisés[1].

Dans les pays industrialisés, les travailleurs du bâtiment sont les plus exposés (risque trois à quatre fois plus élevé de mourir d’un accident du travail par rapport à la moyenne de l'ensemble des salariés). Plus de 651 000 décès sont en moyenne déclarés chaque année comme directement induits par des substances dangereuses. Le mauvais enregistrement de ces accidents dans de nombreux pays fait que ce chiffre est fortement sous-évalué selon l’OIT (l'amiante, par exemple, cause encore environ 100 000 morts/an avec une aggravation régulière du nombre de morts).

Ces accidents ont un coût socioéconomique élevé, évalué par l'OIT en 2009 à 1 250 milliards de dollars par an (coûts directs et indirects), soit plus de 2 % du Produit Intérieur Brut mondial annuel. L'OIT craint que la crise économique n'empire encore la situation[2]. L'OIT constate par ailleurs que les travailleuses sont proportionnellement plus exposées en raison de normes SST et de seuils ou limites d’exposition aux toxiques souvent établis pour des populations masculines et des tests en laboratoire. Une « Journée mondiale pour la santé et la sécurité au travail » se déroule chaque année, sous l'égide de l'ONU (OIT) le 28 avril, depuis 1996[3].

Selon des prestataires de l'OSHA, en dépit de données statistiques peu fiables, la littérature par diverses méthodes scientifiques fait ressortir que les accidents du travail restent un enjeu important pour les couts directs et indirects comme pour l'impact intangible sur la qualité de vie[4]. Le couts est estimé entre 1% et 4,8% du PIB, avec 3,4 milliards GBP en 2010/11 (hors cancers professionnels) au RU, 60,6 milliards AUD en 2008/2009 en Australie, 12,7 milliards EUR en 2001 aux Pays-Bas[4].

Other Languages