Accident aérien

Un Boeing 737 d'Air Guinée Express accidenté le
Le vol 1549 US Airways finit sa course dans le fleuve Hudson

Un accident aérien est un événement lié à l'utilisation d'un aéronef et qui entraîne le décès ou des blessures graves à une ou plusieurs personnes ou des dommages irréparables à la structure de l'appareil. Un évènement qui met en cause la sécurité des vols sans conséquences sérieuses est considéré comme incident aérien.

Le terme catastrophe aérienne est utilisé par les médias, en particulier pour les accidents impliquant un avion de ligne.

Les États peuvent établir une autorité chargée d'assurer la sécurité des vols et les enquêtes en cas d'accident. Ces agences, ainsi que quelques organismes non-gouvernementaux, maintiennent des bases de données dont l'objectif est de faire progresser la sécurité.

L'élaboration de statistiques regroupant les accidents aériens en fonction de divers critères permet de sensibiliser les constructeurs, les exploitants, les équipages, les contrôleurs aériens, les services de maintenance, etc en identifiant les causes primaires ou secondaires des accidents.

  • destruction de la cellule en vol : collision entre deux avions, défaut structurel majeur, incendie, attentat terroriste, interception par la Défense aérienne du pays survolé, etc.
  • destruction de la cellule par impact au sol (en anglais « crash ») : erreur de navigation et percussion d'un obstacle, incident mécanique grave obligeant le pilote à tenter un atterrissage de fortune, etc.
  • accidents au sol : collision entre un avion en phase de décollage ou d'atterrissage avec un autre avion ayant pénétré sur la piste, etc.

La grande majorité des accidents concerne l'aviation générale mais les médias et le public s'intéressent essentiellement aux accidents impliquant des avions de ligne. Entre le 1er janvier 2010 et le 6 août 2014[réf. insuffisante], il y aurait eu près de 3 500 morts sur un total de 5 milliards de passagers[1].

Contexte et définitions

L'Organisation de l'aviation civile internationale définit[2] :

accident 
événement, lié à l'utilisation d'un aéronef, qui se produit entre le moment où une personne monte à bord avec l'intention d'effectuer un vol et le moment où toutes les personnes, qui sont montées dans cette intention, sont descendues, et au cours duquel :
  • une personne est mortellement ou grièvement blessée du fait qu'elle se trouve :
    • dans l'aéronef, ou
    • en contact direct avec une partie quelconque de l'aéronef, y compris les parties qui s'en sont détachées, ou
    • directement exposée au souffle des réacteurs,
    • sauf s'il s'agit des lésions dues à des causes naturelles, de blessures infligées à la personne par elle-même ou par d'autres ou de blessures subies par un passager clandestin caché hors des zones auxquelles les passagers et l'équipage ont normalement accès ;
  • ou l'aéronef subit des dommages ou une rupture structurelle :
    • qui altèrent ses caractéristiques de résistance structurelle, de performances ou de vol, et
    • qui devraient normalement nécessiter une réparation importante ou le remplacement de l'élément endommagé,
    • sauf s'il s'agit d'une panne de moteur ou d'avarie de moteur lorsque des dommages sont limités au moteur, à ses capotages ou à ses accessoires, ou encore de dommages limités aux hélices, aux extrémités d'ailes, aux antennes, aux pneumatiques, aux freins, aux carénages ou à de petites entailles ou perforations du revêtement, ou ;
  • l'aéronef a disparu ou est totalement inaccessible.
incident 
événement autre qu'un accident, lié à l'utilisation d'un aéronef qui compromet ou pourrait compromettre la sécurité de l'exploitation.

L'objectif de l'OACI est la recommandation de processus d'analyse des accidents pour en rechercher les causes et en déduire des actions permettant d'améliorer la sécurité. Le rapport d'accident établit la cause primaire et, souvent, l'enchaînement de causes secondaires qui ont participé à la constitution du problème. Ces conclusions intéressent les constructeurs et équipementiers, les compagnies aériennes ou les exploitants, les équipages, les contrôleurs de la navigation et les services de maintenance. La détermination des responsabilités n'entre pas dans le champ des investigations.

Les définitions de l'OACI et les statistiques qui en découlent concernent les aéronefs motorisés utilisés par des organismes ou des compagnies civiles. Les États qui se basent sur les recommandations de l'OACI pour établir une agence d'enquête peuvent toutefois étendre le domaine de compétence aux accidents d'aéronefs sans moteur, aux aéronefs sans pilote à bord et aux utilisations militaires en excluant toutefois les cas liés aux actions de belligérants.

Le terme « catastrophe » ne figure pas dans les textes officiels mais apparaît dans les médias lorsque l'accident concerne le transport aérien commercial de passagers. La notion de « catastrophe » évolue aussi en relation avec l'augmentation du trafic et l'accroissement de la taille des avions.

L'aviation générale et, en particulier, l'aviation légère génère bien plus d'accidents que le transport aérien mais ils font rarement l'objet de médiatisation à l'échelle nationale. Les accidents aériens liés aux activités militaires, entraînement et missions hors conflits, font rarement l'objet d'un rapport rendu public qui pourrait révéler des informations classifiées.

Crash

Un OV-10 A de la Philippine Air Force après un écrasement en 2006.

« Crash » est un terme anglais passé dans le langage courant utilisé dans les pays francophones pour désigner un accident d'aviation. Toutefois en France, la terminologie officielle parle d'« écrasement » dans le domaine des transports[3]. L'Office québécois de la langue française fait la même recommandation[4].

Other Languages