1848

Cette page concerne l'année 1848 (MDCCCXLVIII en chiffres romains) du calendrier grégorien.
Chronologies
Années :
1845 1846 1847  1848  1849 1850 1851
Décennies :
1810 1820 1830   1840  1850 1860 1870
Siècles :
XVIIIe siècle   XIXe siècle  XXe siècle
Millénaires :
Ier millénaire   IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Afrique, Amérique ( Canada (, Nouveau-Brunswick et Québec) et États-Unis) et Europe ( Belgique, France ( Paris) et Italie)
Chronologies thématiques
Architecture Arts plastiques Chemins de fer Droit Football • Littérature Musique populaire Musique classique Parcs de loisirs • Photographie Santé et médecine Science Sociologie • Sport • Terrorisme Théâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Musulman · Persan · Républicain

Événements

Afrique

Caricature de Victor Schœlcher, initiateur de l’abolition, par André Gill
  • 19 septembre : décret relatif aux colonies agricoles à fonder en Algérie [9]. Le gouvernement français accorde un crédit de 50 millions pour développer la colonisation prolétarienne en établissant quelque 12 000 ouvriers et intellectuels en Algérie. Le nombre de colons passe de 40 000 en 1840 à 131 000 en 1848 et le rythme de confiscation de terres s’accélère. La répression en France sur les insurgés de juin provoque une vague de migration vers l’Algérie.
Entrée de Abbas Abbas Ier Hilmi au Caire. Détail d'une gravure ancienne


Amérique

24 janvier : découverte d' or à Sutter's Mill

Asie et Pacifique

  • 21 février, Nouvelle-Zélande : fin de la première guerre māori, après trois ans (Flagstaff War) [23]. Le gouvernement fait occuper de vastes étendues de terre māori afin de promouvoir la colonisation de manière officielle.
  • 20 avril : les Sikhs se révoltent avec l’aide des Afghans. Deux envoyés de la couronne britannique sont assassinés à Multân. Les Sikhs sont écrasés par Lord Hugh Henry Gough. Après les batailles indécises de Ramnagar (22 novembre) et de Chilianwala (13 janvier 1849), ils déposent les armes en février 1849 [26]. La Seconde Guerre anglo-sikhe entraîne l'annexion du Panjâb dans l' Inde britannique (30 mars 1849).
  • Juin, Australie : création de la police montée indigène dans le Queensland pour « nettoyer le pays » et mater les voleurs de bétail et les révoltes indigènes [27]. Légende de Tjandawara, dit « Pigeon le broussard », ancien pisteur aborigène de la police monté déserteur, qui entre en résistance en attaquant les fermes des colons avec sa troupe de guerriers [28].
  • 14 juillet, Polynésie : le presbytérien John Geddie s’installe sur les îles de Tanna et Aneityum [29], qu’il transforme en une sorte de théocratie, régissant la population selon une conception puritaine qui ne laisse aucune place à la vie coutumière.
  • 13 octobre, Perse : premier soulèvement babiste dans le Mazandéran. Ils se retranchent dans le mausolée du Shaykh Tabarsi (fin le 9 mai 1849) [31]. Les insurrections religieuses se poursuivent. Salar al-Dawla parvient à rallier à sa cause Hamzah Mirza, gouverneur de Meshed et reçoit le soutien de Yar Mohammed Khan, d’ Hérat [32]. Le chah envoie une armée de 6 000 hommes contre les rebelles.
  • 20 octobre : le chah de Perse nomme grand vizir Amir Kabir, le gouverneur d’ Azerbaïdjan depuis 1843 (fin en 1851) [30]. Il le charge de réformer l’armée. Ce dernier a l’expérience du Tanzimat en cours dans l’ empire ottoman et a voyagé en Russie. Chaque ville ou village devra fournir des hommes et subvenir à leur entretien [33].


  • Le sultan ottoman installe un sixième corps d’armée à Bagdad, chargé de surveiller l’ Irak, les frontières turco-perses et les Britanniques, de plus en plus présents dans le Golfe Persique [34].

Europe

Articles détaillés : 1848 en Belgique, 1848 en France et 1848 en Italie.
  • L’année 1848 est appelée l’année du Printemps des Révolutions (ou Printemps des peuples) en raison d’une vague de soulèvements révolutionnaires en Europe [35].


25 février : Lamartine, devant l’Hôtel de Ville de Paris, refuse le drapeau rouge.
  • 1er mars : à Neuchâtel, les républicains prennent le pouvoir et rejettent toute souveraineté du roi de Prusse. Ils effectueront une marche à travers le canton (Du Locle à Neuchâtel), pour prendre le château de Neuchâtel [40].
  • 15 mars, Russie : droit des serfs d’acquérir des terres non peuplées et des immeubles, avec l’accord de leur maître [41].
  • 18 mars : impôt des 45 centimes en France [37].
10 avril : manifestation chartiste à Kennington Common, photographie de William Kilburn.
23 - 26 juin : journées de Juin. Attaque de la barricade de la porte St. Denis.

Confédération germanique

  • 21 mars : le gouvernement danois annexe le Schleswig. En l’apprenant, les duchés du Schleswig et du Holstein se déclarent indépendants et nomment un gouvernement provisoire le 24 mars [55].
  • 31 mars- 3 avril : réunion du Vorparlement qui décide de faire élire au suffrage universel masculin une assemblée nationale afin d’établir une constitution pour l’ensemble de l’ Allemagne [35].

Empire d’Autriche

15 mars : révolution à Budapest. La révolution parisienne du 22 février appelle les mouvements libéraux à l’action en Autriche et en Hongrie.
  • 3 mars : Kossuth réclame à la diète de Presbourg une constitution pour la Hongrie et fait adopter une adresse à l’empereur [65].
  • 6 mars : les corporations de Basse-Autriche réclament des droits politiques pour le peuple, la suppression de la censure, la publicité des procédures judiciaires et l’institution des jurys [51].
  • 11 mars : à Prague, tchèques et allemands exigent des réformes constitutionnelles, l’autonomie des pays de la couronne de Bohême et le respect des droits des deux nations [35].
  • 13 - 14 mars : révolution de Vienne [65]. Manifestation au Landhaus à Vienne ( 13 mars). La troupe ouvre le feu et l’agitation s’étend aux faubourgs. Metternich démissionne et s’enfuit. La cour octroie la liberté de la presse et promet une constitution. Les forces révolutionnaires s’organisent (comité bourgeois de sécurité, garde nationale, comité central).
  • 15 mars : la révolution éclate à Budapest. Petöfi récite au café Pilvax son poème Nemzeti dal. Petöfi et ses amis organisent une manifestation qui porte aux autorités un programme national et libéral en 12 points rédigé le 11 ( liberté de la presse, suppression de la censure, ministère responsable et Assemble nationale à Budapest, égalité de droits civique et religieuse, contribution égale de tous aux charges publiques, suppression des redevances seigneuriales, Banque nationale, forces armées nationales, libération des prisonniers politiques, réformes judiciaires, union avec la Transylvanie). Le conseil de lieutenance capitule devant la foule et le comte Batthyány devient le président du conseil du premier ministère responsable de l’histoire hongroise le 17 mars [65].
  • 8 avril : révolution à Prague. Charte de Bohême [68].
  • 11 avril : statut particulier de la Hongrie. La Diète hongroise est dissoute et remplacée par une Assemblée nationale élue au suffrage direct des nobles, des bourgeois et des paysans aisés [65].
  • 12 avril : diffusion à Vienne d’un programme politique pour la «  Slovénie unifiée » pour la réunion de tous les slovènes dans une même entité administrative [69].
  • 25 avril :
    • une constitution (suffrage censitaire et bicaméralisme) est publiée par le baron Pillersdorf, chef du gouvernement impérial à Vienne [51]. Elle ne convient pas au comité central qui organise les journées révolutionnaires des 15 et 26 mai.
    • le colonel Josip Jelačić (Jellachich), désigné comme ban par la diète ( 23 mars) proclame l’indépendance de la Croatie face à la Hongrie [70] et met ses forces à la disposition de l’empereur. Slovaques, Serbes, Roumains font de même.
  • Avril, Vienne : premier numéro du journal Die Presse fondé par August Zang [71].
  • 12 août : l’empereur Ferdinand rentre à Vienne [51].
  • 23 août, Vienne : la bataille du Prater, manifestation sociale contre la baisse des salaires des femmes et des enfants est réprimée dans le sang [51].
  • 28 août : création de l’Association démocratique des femmes viennoises à l’initiative de Karoline von Perin-Gradenstein [51].
  • 7 septembre :
    • le parlement autrichien de Vienne (dit parlement de Kremsier) abroge tous les liens serviles et abolit les droits seigneuriaux. Les propriétaires sont indemnisés [51].
    • le ban de Croatie Josip Jelačić déclare la guerre au gouvernement hongrois [70]. Ses troupes entrent en Hongrie le 11 septembre, ce qui permet à Kossuth de prendre le pouvoir en créant un comité de défense nationale ( 22 septembre) dont il prend la direction le 8 octobre. Le parlement hongrois, élu le 5 juillet, vote la levée en masse pour défendre la patrie en danger. L’armée hongroise entre deux fois en Autriche [77].
  • 16 septembre : formation du Conseil national slovaque à Vienne [73].
  • 19 septembre : lors d’un rassemblement public à Myjava, le Conseil national slovaque rejette la tutelle du pouvoir hongrois et déclare l’autonomie de la nation slovaque. Une troupe slovaque armée se constitue pour la première fois. Le mouvement est rapidement réprimé par les armées impériales et par la défense intérieure hongroise [78].
  • 29 septembre : victoire hongroise du général Móga sur les troupes du ban de Croatie Josip Jelačić à la bataille de Pákozd [79].

Principautés danubiennes

Révolutionnaires valaques à Bucarest arborant le drapeau tricolore
  • 22 mai : en Valachie, un « Comité révolutionnaire » est formé à Bucarest qui adopte un programme en 22 points voisin de celui de Moldavie [84] mais réclame en plus l’émancipation des paysans corvéables et la redistribution des terres en leur faveur.
  • 9 juin, Valachie : Radulescu lit la Proclamation d’Izlaz, qui revendique l’abolition du protectorat étranger, l’élection du prince pour cinq ans par une assemblée représentative de l’ensemble de la population, l’émancipation des Juifs et des Tziganes [85]. Un gouvernement provisoire est aussitôt constitué ( Bălcescu, Rosetti  (ro), Golescu  (ro).
  • 23 juin (11 juin du calendrier julien) : l’agitation gagne Bucarest. Le prince Georges III Bibesco, par hostilité envers la Russie, accepte la Proclamation d’Izlaz et désigne à son tour un gouvernement provisoire, puis abdique le 25 juin et se retire en Transylvanie. Les deux gouvernements fusionnent le même jour sous la présidence du métropolite Neofit qui exerce le pouvoir jusqu’au 4 août. Il adopte le drapeau tricolore bleu-jaune-rouge, supprime les titres de noblesse, crée une garde nationale, abolit la peine de mort. Des oppositions apparaissent entre conservateur et libéraux à propos de l’émancipation des paysans. Balcescu fait créer une « commission de la propriété » pour régler le problème [85].
25 septembre : répression du mouvement révolutionnaire à Bucarest par les Turcs
  • 11 juillet : fuite du gouvernement provisoire de Bucarest à l’annonce de l’intervention des troupes russes pour ramener l’ordre dans les principautés danubiennes ; les Boyards en profitent pour tenter une contre-révolution, mais le 12 juillet le gouvernement provisoire est rappelé à la suite de l'intervention du peuple [85].
  • 2 août : les troupes ottomanes passent le Danube ; le gouvernement provisoire abdique le 4. Une lieutenance princière de la nation roumaine est mise en place [85].
  • 25 septembre (13 septembre du calendrier julien) : les troupes ottomanes entrent à Bucarest [85]. Le mouvement révolutionnaire dans les principautés danubiennes est maté dans le même temps par les Russes et les Turcs. Les deux principautés passent sous la domination des Russes jusqu’en 1851.
Other Languages
Afrikaans: 1848
Alemannisch: 1848
አማርኛ: 1848 እ.ኤ.አ.
aragonés: 1848
العربية: 1848
مصرى: 1848
asturianu: 1848
azərbaycanca: 1848
башҡортса: 1848 йыл
Boarisch: 1848
Bikol Central: 1848
беларуская: 1848
беларуская (тарашкевіца)‎: 1848
български: 1848
भोजपुरी: १८४८
বাংলা: ১৮৪৮
বিষ্ণুপ্রিয়া মণিপুরী: মারি ১৮৪৮
brezhoneg: 1848
bosanski: 1848.
català: 1848
нохчийн: 1848 шо
کوردیی ناوەندی: ١٨٤٨
qırımtatarca: 1848
čeština: 1848
kaszëbsczi: 1848
Чӑвашла: 1848
Cymraeg: 1848
dansk: 1848
Deutsch: 1848
Zazaki: 1848
Ελληνικά: 1848
emiliàn e rumagnòl: 1848
English: 1848
Esperanto: 1848
español: 1848
eesti: 1848
euskara: 1848
suomi: 1848
Võro: 1848
føroyskt: 1848
Nordfriisk: 1848
furlan: 1848
Frysk: 1848
Gaeilge: 1848
贛語: 1848年
Gàidhlig: 1848
galego: 1848
עברית: 1848
हिन्दी: १८४८
Fiji Hindi: 1848
hrvatski: 1848.
hornjoserbsce: 1848
Kreyòl ayisyen: 1848 (almanak gregoryen)
magyar: 1848
Հայերեն: 1848
interlingua: 1848
Bahasa Indonesia: 1848
Ilokano: 1848
Ido: 1848
íslenska: 1848
italiano: 1848
日本語: 1848年
la .lojban.: 1848moi
Basa Jawa: 1848
ქართული: 1848
қазақша: 1848 жыл
ಕನ್ನಡ: ೧೮೪೮
한국어: 1848년
къарачай-малкъар: 1848 джыл
Ripoarisch: Joohr 1848
коми: 1848 во
Кыргызча: 1848
Latina: 1848
Lëtzebuergesch: 1848
Limburgs: 1848
Ligure: 1848
lumbaart: 1848
lietuvių: 1848 m.
latviešu: 1848. gads
Basa Banyumasan: 1848
Malagasy: 1848
олык марий: 1848
Māori: 1848
Baso Minangkabau: 1848
македонски: 1848
മലയാളം: 1848
монгол: 1848 он
मराठी: इ.स. १८४८
кырык мары: 1848 и
Bahasa Melayu: 1848
эрзянь: 1848 ие
Nāhuatl: 1848
Napulitano: 1848
Plattdüütsch: 1848
नेपाली: सन् १८४८
नेपाल भाषा: ई सं १८४८
Nederlands: 1848
norsk nynorsk: 1848
norsk bokmål: 1848
Novial: 1848
Nouormand: 1848
occitan: 1848
ଓଡ଼ିଆ: ୧୮୪୮
Ирон: 1848-æм аз
ਪੰਜਾਬੀ: 1848
पालि: १८४८
polski: 1848
پنجابی: 1848
português: 1848
Runa Simi: 1848
rumantsch: 1848
română: 1848
русский: 1848 год
русиньскый: 1848
संस्कृतम्: १८४८
саха тыла: 1848
sardu: 1848
sicilianu: 1848
Scots: 1848
سنڌي: 1848ء
sámegiella: 1848
srpskohrvatski / српскохрватски: 1848
Simple English: 1848
slovenčina: 1848
slovenščina: 1848
shqip: 1848
српски / srpski: 1848
Seeltersk: 1848
Basa Sunda: 1848
svenska: 1848
Kiswahili: 1848
தமிழ்: 1848
తెలుగు: 1848
tetun: 1848
тоҷикӣ: Соли 1848
ไทย: พ.ศ. 2391
Türkmençe: 1848
Tagalog: 1848
Türkçe: 1848
татарча/tatarça: 1848 ел
українська: 1848
اردو: 1848ء
oʻzbekcha/ўзбекча: 1848
vèneto: 1848
Tiếng Việt: 1848
West-Vlams: 1848
Volapük: 1848
walon: 1848
Winaray: 1848
ייִדיש: 1848
Yorùbá: 1848
中文: 1848年
Bân-lâm-gú: 1848 nî
粵語: 1848年