1830

Cette page concerne l'année 1830 (MDCCCXXX en chiffres romains) du calendrier grégorien.
Chronologies
Années :
1827 1828 1829  1830  1831 1832 1833
Décennies :
1800 1810 1820   1830  1840 1850 1860
Siècles :
XVIIIe siècle   XIXe siècle  XXe siècle
Millénaires :
Ier millénaire   IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Afrique, Amérique ( Canada ( Nouveau-Brunswick et Québec) et États-Unis) et Europe ( Belgique, France et Italie)
Chronologies thématiques
Architecture Arts plastiques Chemins de fer Droit Littérature Musique populaire Musique classique Parcs de loisirs • Photographie Santé et médecine Science Sociologie • Sport • Terrorisme Théâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Musulman · Persan · Républicain

Événements

Afrique

13 juin : bombardement d’Alger par la flotte de l’amiral Dupperé

.

Amérique

4 juin : meurtre du général Antonio José de Sucre

Asie et Pacifique

Europe

Articles détaillés : 1830 en Belgique et 1830 en France.
25 août : révolution belge. Attaque du parc de Bruxelles, par Constantinus Fidelio Coene.
15 septembre : inauguration de la ligne ferroviaire Liverpool- Manchester
29 novembre : insurrection de novembre. La prise de l’Arsenal, toile de Marcin Zaleski
  • 29 novembre : début de l' Insurrection de Novembre (fin en 1831) [63]. À Varsovie, dans la nuit du 29 au 30 novembre, une petite troupe de conspirateurs civils attaque le palais du Belvédère où réside le grand-duc Constantin ; au même moment les cadets de l’école des officiers défilant dans la Vieille Ville se heurtent aux soldats russes. Le grand-duc s’enfuit dans la confusion, les généraux polonais refusent de suivre les cadets. Quelques-uns sont mis à mort, la majorité des troupes polonaises continuant d’obéir aux ordres. Les quartiers riches de la ville restent calmes, mais le secteur populaire s’empare des armes de l’arsenal. Constantin refuse d’engager ses troupes, et au matin, les jeunes révolutionnaires sont maîtres de la capitale. Les autorités impériales russes sont chassées de Varsovie. Le ministre du Trésor et de l’Industrie Drucki-Lubecki prend les choses en mains afin de négocier avec le tsar et de maintenir le mouvement révolutionnaire dans des voies modérées : il crée un Conseil administratif. Les patriotes mettent un club sur pied, la Société patriotique, dont un des chefs est l’historien Joachim Lelewel [66].
  • 13 décembre : le Conseil négocie avec Constantin qui accepte de retirer de Pologne les troupes russes. Le prince Czartoryski essaye de son côté de discuter avec Saint-Pétersbourg, tandis que le général Josef Chłopicki, ex-officier napoléonien, se proclame dictateur et adopte une position d’attente [66].
  • 18 décembre : le Sejm (la Diète polonaise) affirme le caractère national de l’insurrection. Le tsar annonce son intention de reconquérir militairement le pays [66].
  • 12 décembre : le décret du 30 octobre sur l’autonomie de la Serbie est publié à Belgrade [67].
  • 20 décembre : la Conférence de Londres reconnaît l’ indépendance de la Belgique [68].
  • 15 - 21 décembre, France : procès des ministres de Charles X [42].
  • Décembre : Ciro Menotti fonde à Paris un comité chargé d’organiser à Bologne, Parme, Mantoue et en Romagne une série de noyaux révolutionnaires avec pour mot d’ordre « indépendance, union et liberté » [69].
  • Scission des nationalistes tchèques entre conservateurs (pro-russes) et radicaux (démocrates regroupés dans la Matice česká  (de), société d’édition par souscription des membres) [70].