1789

Cette page concerne l'année 1789 du calendrier grégorien.

Événements

28 avril : mutinerie de la Bounty
  • 25 novembre, Australie : le gouverneur de Nouvelle-Galles du Sud Arthur Phillip capture deux survivants aborigènes de l’épidémie de variole, Bennelong et Colbee, pour entrer en contact amical avec eux. Bennelong sera emmené en Grande-Bretagne en 1793 [9].
    • Les aborigènes s’étonnent de l’attitude des colons, qui dédaignent le poisson frais pour manger de la morue salée importée, se refusent à manger du kangourou, importent des renards de Grande-Bretagne pour les chasser sans l’intention de les manger. Ils sont horrifiés par la brutalité avec laquelle les Blancs se traitent les uns les autres à Port Jackson et par leur mépris de l’environnement. Même s’ils ne s’intéressent pas au commerce, ils convoitent vite certains objets (couteaux et haches en acier) et denrées (tabac, farine, thé, sucre, alcool), qui vont bouleverser leurs structures sociales traditionnelles. Les aborigènes pensent tout d’abord que ces hommes à peau blanche sont leurs ancêtres venus leur rendre visite, mais ils se rendent vite compte des intentions des envahisseurs, qui veulent leur prendre leurs meilleures terres. Les colons ne comprennent pas leurs valeurs et leur organisation sociale complexe.
  • Muhammad Pacha devient gouverneur (wali) de Mossoul (fin en 1806). Son gouvernement marque l’apogée de la dynastie des Djalîlî  (en) à Mossoul [11].
  • Promulgation de codes de lois en Mongolie (1789 et 1815) [12].

Amérique

Articles détaillés : 1789 au Canada et 1789 aux États-Unis.
le Fort San Miguel à Nootka en 1793
  • 21 avril - 10 mai, Brésil : échec de la conjuration Mineira dans l'État du Minas Gerais. Des révolutionnaires menés par le «  Tiradentes » organisent un soulèvement populaire pour exiger l'indépendance du Brésil. Le soulèvement échoue, Tiradentes est exécuté le 21 avril 1792, mais devient le célèbre martyr de l'indépendance brésilienne [15].

Europe

26 juillet : bataille de Öland  (en).
8 octobre : prise de Belgrade
13 novembre : combat dans les rues de Gand.
  • 17 janvier, Pologne : la Diète de quatre ans décide la suppression du Conseil permanent et déclare son mandat illimité dans le temps [19]. Elle gouverne seule, délibérant à la majorité des voix et non suivant les ordres. Elle fait disparaître avec le gouvernement central, les départements de la Police et de la Justice, mais maintient la commission de l’éducation. Elle décide une augmentation de l’armée, qui est portée à 65 000 hommes, l’établissement d’un impôt foncier, y compris sur les biens ecclésiastiques et les biens nobles, qui sont taxés pour la première fois. Cet impôt rapporte neuf millions de zlotys sur les seize escomptés, mais double les ressources de l’État par rapport à 1788. Pour administrer les provinces, des commissions mixtes civiles et militaires, élues par les diétines, sont instaurées. Un vif sentiment russophobe dans l’opinion publique accompagne toutes ces mesures [20].
  • 26 janvier : la décision du gouvernement genevois d'augmenter le prix du pain déclenche une émeute à Saint-Gervais, le quartier le plus populaire de Genève [21].
  • 31 janvier : Zoubov devient le favori de Catherine II de Russie [22].
  • 10 février : suppression de la corvée par Joseph II [23]. Sa mort en 1790 empêchera l’application de la mesure. Projet de Joseph II de création d’un impôt de quotité payable par tous les propriétaires et celui d’un cadastre général pour asseoir cet impôt. Un décret royal ordonne l’introduction en Hongrie de l’impôt unitaire sur les terres tant nobiliaires que paysannes, imposant 12,22 % des revenus. Le paysan qui n’accomplit plus de corvées paye en plus 17,25 % de redevances à son seigneur propriétaire au titre du rachat de la corvée.
  • 21 février : soucieux de prendre en main la direction des Affaires étrangères, Gustave III de Suède met en place un régime proche de l’absolutisme par l’Acte d’union et de sûreté [24].
  • 23 février : loi sur les fidéicommis en Toscane [25]. Certains titres de fidéicommis sont abolis et il est interdit d’en créer de nouveaux : certains biens ecclésiastiques sont fractionnés et loués à des paysans qui pourront ensuite s’en rendre acquéreurs. Cette opération est largement sabotée par les grands propriétaires qui s’arrangent pour acheter directement les lots mis en vente.
  • En Espagne, le ministre Floridablanca s’attache à supprimer tout risque de contagion révolutionnaire : cordon sur les frontières, censure accrue par l’ Inquisition. Les Cortes sont dispersés [35].

France

Article détaillé : 1789 en France.