Émile Durkheim

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Durkheim.
Émile Durkheim
Emile Durkheim.jpg
Naissance
Décès
(à 59 ans)
Paris
Lieu d'enterrement
Nationalité
Titre
Formation
École/tradition
Principaux intérêts
Idées remarquables
Œuvres principales
Influencé par
A influencé
Célèbre pour
Fondateur de la sociologie française

David Émile Durkheim, né le 15 avril 1858 à Épinal et mort le 15 novembre 1917 à Paris [1], est un sociologue français considéré comme l'un des fondateurs de la sociologie moderne.

En effet, si celle-ci doit son nom à Emmanuel-Joseph Sieyès et a été popularisée par Auguste Comte à partir de 1848, c'est grâce à Durkheim et à l'École qu'il formera autour de la revue L'Année sociologique [2] ( 1898) que la sociologie française a connu une forte impulsion à la fin du XIXe siècle et au début du XXe.

Formé à l'école du positivisme, Durkheim définit le «  fait social » comme une entité sui generis, c'est-à-dire en tant que totalité non réductible à la somme de ses parties. Cette définition lui permet de dissocier l'individuel du collectif et le social du psychologique, et de fonder logiquement les conditions de possibilité d'une action contraignante de la société sur les individus. « Extériorité, étendue et contrainte caractérisent le fait social » : cette thèse fit de lui le véritable fondateur de la sociologie en tant que discipline autonome et scientifique. Durkheim est à l'origine de plusieurs termes qui sont aujourd'hui très connus, comme anomie et conscience collective.

L'apport de Durkheim à la sociologie est fondamental puisque sa méthode, ses principes et ses études exemplaires, comme celle sur le suicide ou la religion, constituent toujours les bases de la sociologie moderne. Toutefois, l'apport de son œuvre va bien au-delà de cette discipline et touche presque toutes les disciplines dans les sciences humaines, dont l'anthropologie, la philosophie, l'économie, la linguistique, et l'histoire.

Biographie

Années de formation

Émile Durkheim appartenait à une lignée de huit générations de rabbins [3]. Agnostique, il refuse de devenir rabbin, et entre à l' École normale supérieure. Il obtient l' agrégation de philosophie en 1882.

Cette éducation lui permet de s'inscrire dans une double tradition culturelle judaïque et classique. Il devient professeur et est notamment chargé des cours de pédagogie et de sciences sociales à Bordeaux en 1887. Jeune agrégé, il est envoyé en Allemagne, où il est marqué par le fonctionnement des universités allemandes, et par des philosophes sociaux qui s'intéressent au rôle de l'État moderne.

Il rencontre des hommes comme Henri Bergson ou Jean Jaurès et décide de défendre Dreyfus.

Carrière universitaire

C'est à Bordeaux qu'il commence la rédaction de ses ouvrages de sociologie. Durkheim dispute alors l'hégémonie intellectuelle sur la discipline naissante face à Gabriel Tarde (1843-1904), bénéficiant d'une renommée internationale, mais ne constituant aucune école, et face à René Worms (1869-1926) qui créa en 1893 la Revue internationale de sociologie puis l'année suivante l'Institut international de sociologie. Pourtant, l'École durkheimienne s'impose grâce à des idéaux intellectuels et institutionnels. À Bordeaux, Durkheim a publié plusieurs œuvres, dont De la division du travail social (1893), Les Règles de la méthode sociologique (1895), et Le Suicide (1897). Il a également fondé en 1898 une revue des sciences sociales intitulée L'Année sociologique.

En 1902, Durkheim est nommé à la faculté des lettres de l' université de Paris [4]. Il est également professeur des Écoles normales qui forment les instituteurs de la République HEI-HEP : c'est lui qui impose la sociologie comme discipline universitaire. C'est à cette époque qu'il publie Les Formes élémentaires de la vie religieuse (1912), ainsi que plusieurs autres articles.

Le traumatisme de la Première Guerre mondiale

Dès le début de la Première Guerre mondiale, Durkheim rejoint l' Union sacrée et devient secrétaire du Comité d'études et de documentation sur la guerre présidé par Ernest Lavisse [5]. Les fruits de cette collaboration sont des analyses psycho-sociales du culte allemand pour la toute-puissance expansionniste de l'État, telle L’Allemagne au-dessus de tout (1915). Dans une « Lettre aux Français » rédigée par leurs soins, l'historien Gérard Noiriel souligne que « la théorie des représentations collectives que Durkheim avait construite pour expliquer le caractère universel de l'esprit humain est transformée en un pamphlet nationaliste » traitant de la « mentalité allemande », « rendue responsable du cataclysme [5] ».

Son fils André meurt au combat en décembre 1915 [6]. Durkheim sombre alors dans une grande tristesse, qui explique en partie son décès précoce en 1917. Son œuvre majeure, La Morale, reste inachevée, avec juste une introduction provisoire.

Opinions politiques

Politiquement, Durkheim est resté assez discret. Il connaissait les idées de Karl Marx. Cependant il a rejeté son œuvre, qu'il considérait trop dogmatique et peu scientifique, ainsi que le marxisme, qu'il trouvait trop réactionnaire, violent, et conflictuel [7]. Il fut un dreyfusard de la première heure, membre fondateur de la Ligue pour la défense des Droits de l’Homme. Toutefois il se refusa à influencer ses étudiants sur l’innocence ou la culpabilité du capitaine. Ami de Jean Jaurès, le sociologue défendit parfois des thèses socialistes-réformistes [8].

Other Languages
aragonés: Émile Durkheim
العربية: إميل دوركايم
asturianu: Émile Durkheim
azərbaycanca: Emil Durkhaym
žemaitėška: Emėlis Dorheims
беларуская: Эміль Дзюркгейм
български: Емил Дюркем
brezhoneg: Émile Durkheim
bosanski: Émile Durkheim
کوردیی ناوەندی: ئێمیل دورکایم
čeština: Émile Durkheim
Ελληνικά: Εμίλ Ντιρκέμ
Esperanto: Émile Durkheim
español: Émile Durkheim
hrvatski: Émile Durkheim
interlingua: Emile Durkheim
Bahasa Indonesia: Émile Durkheim
íslenska: Émile Durkheim
italiano: Émile Durkheim
Basa Jawa: Émile Durkheim
한국어: 에밀 뒤르켐
kernowek: Émile Durkheim
Lëtzebuergesch: Émile Durkheim
lietuvių: Émile Durkheim
latviešu: Emīls Dirkems
Malagasy: Émile Durkheim
македонски: Емил Диркем
Nederlands: Émile Durkheim
norsk nynorsk: Émile Durkheim
norsk bokmål: Émile Durkheim
Piemontèis: Émile Durkheim
português: Émile Durkheim
română: Émile Durkheim
संस्कृतम्: एमील डर्खीम
srpskohrvatski / српскохрватски: Émile Durkheim
Simple English: Émile Durkheim
slovenčina: Émile Durkheim
slovenščina: Émile Durkheim
српски / srpski: Емил Диркем
Kiswahili: Émile Durkheim
Türkçe: Émile Durkheim
українська: Еміль Дюркгайм
Tiếng Việt: Émile Durkheim
Volapük: Émile Durkheim
Yorùbá: Émile Durkheim
Bân-lâm-gú: Émile Durkheim