Émeraude

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir émeraude (homonymie).
Émeraude
Catégorie IX : silicates[1]
image illustrative de l’article Émeraude
Émeraude - Mine de Muzo[2] - Colombie (XX 2 cm)
Général
Numéro CAS12415-33-7
Classe de Strunz9.CJ.05
Classe de Dana
Formule chimiqueAl2Be3O18Si6 Be3(Al,M)2(SiO3)6
(M = Cr, Fe, V)
Identification
Masse formulaire[3]537,5018 ± 0,0072 uma
Al 10,04 %, Be 5,03 %, O 53,58 %, Si 31,35 %,
Couleurverte
Classe cristalline et groupe d'espacedihexagonale dipyramidale
P6/mmc
Système cristallinhexagonal
Clivageclivage basal faible
Cassureconchoïdale
Échelle de Mohs7,5 - 8,0
Traitblanc
Éclatvitreux
Propriétés optiques
Indice de réfractionNe=1,560 à 1,596
No= 1,566 à 1,602
Pléochroïsmebleu-vert / jaune-vert
BiréfringenceΔ=0,004-0,007 ; uniaxe négatif
Dispersion2 vz ~ 0,014
Propriétés chimiques
Densité2,7 - 2,9
Température de fusion2477 à 2519 °C
Fusibilitéfusible
Solubilitésoluble dans HF
Comportement chimiquedonne une perle vert clair quand on la chauffe
Propriétés physiques
Magnétismeaucun
Radioactivitéaucune

Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

L’émeraude est un minéral, du groupe des silicates, sous-groupe des cyclosilicates, variété de béryl, dont la couleur verte provient de traces de chrome, de vanadium et parfois de fer. L'émeraude est, avec le diamant, le saphir et le rubis, l'une des quatre gemmes.

Historique de la description et appellations

Inventeur et étymologie

Le mot émeraude proviendrait du latin smaragdus, déformation du mot perse zamarat qui veut dire « cœur de pierre ». Comme pour d’autres métaux et pierres précieuses, mythes et légendes se mêlent à la réalité historique lorsqu’on parle d’émeraude. On en évoque déjà la présence à Babylone, au IIe millénaire IIe millénaire av. J.‑C., où elle servait de monnaie d’échange. À la période antique de l’Égypte, près de la mer Rouge, se trouvaient des mines d’émeraude, dont on a fabriqué des bijoux pour les grands de l'empire. Ces mines de Djebel Zabarah, redécouvertes en 1816 par l'explorateur français Frédéric Cailliaud, ont été abusivement surnommées mines de Cléopâtre. Elles étaient déjà épuisées, mais elles ne contenaient probablement que des gemmes de piètre qualité.

Dans l’Antiquité, des auteurs comme Théophraste, Hérodote ou Pline l'Ancien mentionnent la présence d’émeraudes et décrivent parfois des statues, voire des colonnes ou obélisques taillées dans cette pierre. On sait maintenant qu’il ne s’agissait pas de véritables émeraudes. À ces époques reculées, d’autres pierres aux reflets verts pouvaient facilement donner le change, et il existait déjà des imitations, notamment en verre. En revanche, il est concevable que des statuettes aient été taillées dans des blocs de minéraux à l’état brut, de moindre qualité.

À l’époque romaine, on évoque une lame d'émeraude utilisée comme instrument optique par l’empereur Néron, qui s’en serait servi pour corriger sa myopie lorsqu’il regardait les combats de gladiateurs[4]. À cette époque, on connaissait principalement une mine en Europe, celle d’ Habachtal (de) en Autriche. Découverte par des tribus celtes, elle a également été exploitée par les Romains.

Au e siècle, les Espagnols découvrent en Amérique du Sud de nouveaux gisements, principalement en Colombie. La mine de Chivor sera exploitée à partir de 1545[5] et celle de Muzo, en 1594[5].

En Inde, la pierre du « Grand Moghol », découverte en 1695, pèse 217,80 carats et mesure environ 10 cm. Elle porte des inscriptions religieuses. Elle a été achetée pour 2,2 millions de dollars par un anonyme.

Jusqu’au début du e siècle, on appelait également « émeraude orientale » une pierre radicalement différente : le corindon vert, dont la composition s’apparente à celle du rubis et du saphir.

Nomenclature de l'émeraude

  • Émeraude sans remplissage constaté : émeraude sans traitement
  • Émeraude avec présence d’huile ou de résine : émeraude traitée. Selon la quantité de remplissage ; insignifiante, mineur, modéré, signifiante, très signifiante
  • Émeraude fortement imprégnée de résines durcies facilement visibles en surface à la loupe : émeraude traitée
  • Émeraude imprégnée de colorant : béryl traité ou émeraude traitée
  • Morillon : émeraude brute qui se vend au poids[6]. « Morillon, les Lapidaires nomment ainsi des émeraudes brutes qu’on vend au marc. Il y a aussi des demi-morillons. » Denis Diderot[7]
Other Languages
aragonés: Esmeralda
العربية: زمرد
مصرى: زمرد
asturianu: Esmeralda
azərbaycanca: Zümrüd
башҡортса: Зөбәржәт
Boarisch: Smarogt
беларуская: Ізумруд
беларуская (тарашкевіца)‎: Смарагд
български: Смарагд
বাংলা: পান্না
বিষ্ণুপ্রিয়া মণিপুরী: এসমেরআলডা
brezhoneg: Emrodez
bosanski: Smaragd
català: Maragda
čeština: Smaragd
kaszëbsczi: Szmaragd
Cymraeg: Emrallt
dansk: Smaragd
Deutsch: Smaragd
Ελληνικά: Σμαράγδι
English: Emerald
Esperanto: Smeraldo
español: Esmeralda
eesti: Smaragd
euskara: Esmeralda
فارسی: زمرد
suomi: Smaragdi
Gaeilge: Smaragaid
galego: Esmeralda
עברית: ברקת
हिन्दी: पन्ना
hrvatski: Smaragd
magyar: Smaragd
Հայերեն: Զմրուխտ
Bahasa Indonesia: Zamrud
íslenska: Smaragður
italiano: Smeraldo
日本語: エメラルド
Basa Jawa: Zamrud
ქართული: ზურმუხტი
Kabɩyɛ: Emeroodi
қазақша: Замартас
ಕನ್ನಡ: ಪಚ್ಚೆ
한국어: 에메랄드
Latina: Smaragdus
lietuvių: Smaragdas
latviešu: Smaragds
олык марий: Изумруд
македонски: Смарагд
മലയാളം: മരതകം
Bahasa Melayu: Zamrud
Nāhuatl: Quetzalitztli
Nederlands: Smaragd
norsk nynorsk: Smaragd
norsk: Smaragd
polski: Szmaragd
پنجابی: زمرد
پښتو: زمرد
português: Esmeralda
Runa Simi: Q'umir umiña
română: Smarald
русский: Изумруд
Scots: Emerant
سنڌي: زمرد
srpskohrvatski / српскохрватски: Smaragd
Simple English: Emerald
slovenčina: Smaragd
slovenščina: Smaragd
српски / srpski: Смарагд
svenska: Smaragd
Kiswahili: Zumaridi
தமிழ்: மரகதம்
తెలుగు: మరకతము
тоҷикӣ: Зумуррад
ไทย: มรกต
Türkçe: Zümrüt
ئۇيغۇرچە / Uyghurche: ياقۇت رەڭلىك
українська: Смарагд
اردو: زمرد
oʻzbekcha/ўзбекча: Zumrad
Tiếng Việt: Ngọc lục bảo
中文: 祖母綠
粵語: 呂宋綠