Élections régionales françaises de 2010

Élections régionales françaises de 2010
14 et
Type d’élection Élections régionales
Corps électoral et résultats
Votants au 1er tour 20 219 958
46,33 %  −14,5
Votants au 2d tour 22 201 265
51,21 %
French party Gauche.svg Gauche parlementaire
Voix au 1er tour 9 778 540
50,22 %
 +11,1
Voix au 2e tour 11 456 758
54,05 %
Présidences élues 23  0
French party Droite.svg Majorité présidentielle
Voix au 1er tour 5 066 942
26,02 %
 −7,7
Voix au 2e tour 7 497 649
35,38 %
Présidences élues 3  +1
French party FN.svg Front national
Voix au 1er tour 2 223 800
11,42 %
 −3,3
Voix au 2e tour 1 943 307
9,17 %
Présidences élues 0  0
Étiquette des présidents de conseils régionaux élus
Carte
  •      Parti socialiste
  •      Divers gauche
  •      Parti radical de gauche
  •      UMP
Conseillers régionaux
Diagramme

Les élections régionales françaises de 2010 ont eu lieu les 14 et 21 mars et renouvellent les 25 conseils régionaux de métropole et d' outre-mer ainsi que l' Assemblée de Corse [1].

Lors du premier tour, la droite parlementaire enregistre son plus mauvais score sous la Ve République, tous scrutins confondus, avec 27 % des suffrages exprimés [2]. Ce premier tour est également marqué par une forte abstention (53,67 %), l'effondrement du MoDem (4,20 %) et une remontée relative du FN (11,42 %) par rapport aux dernières élections [3], mais une baisse de 3,28 points par rapport aux élections régionales de 2004 [4]. La gauche remporte à nouveau la Guadeloupe.

Au second tour, la gauche confirme son succès du premier tour en atteignant un score national de 54,1 % des voix, tandis que la droite parlementaire est loin derrière avec 35,4 % des voix. Pour sa part, le Front national obtient 9,2 % des voix et progresse dans les douze régions où il a pu se maintenir entre les deux tours. Sur les 25 régions restant en jeu, la gauche en remporte 22. En métropole, seule l' Alsace reste à droite.

Mode d'élection des conseillers régionaux

Logotype publié par le ministère de l'Intérieur à l'occasion des élections.

Le mode de scrutin est fixé par le Code électoral. Il précise que les conseillers régionaux sont élus tous les six ans (quatre ans pour l’élection de 2010) [M 1].

Les conseillers régionaux sont élus dans chaque région au scrutin de liste à deux tours sans adjonction ni suppression de noms et sans modification de l'ordre de présentation. Chaque liste est constituée d'autant de sections qu'il y a de départements dans la région [M 2].

Si une liste a recueilli la majorité absolue des suffrages exprimés au premier tour, le quart des sièges lui est attribué. Le reste est réparti à la proportionnelle suivant la règle de la plus forte moyenne. Une liste ayant obtenu moins de 5 % des suffrages exprimés ne peut se voir attribuer un siège [M 2].

Sinon on procède à un second tour où peuvent se présenter les listes ayant obtenu 10 % des suffrages exprimés [M 2]. La composition de ces listes peut être modifiée pour comprendre les candidats ayant figuré au premier tour sur d’autres listes, sous réserve que celles-ci aient obtenu au premier tour au moins 5 % des suffrages exprimés et ne se présentent pas au second tour [M 3]. À l’issue du second tour, les sièges sont répartis de la même façon [M 2].

Les sièges étant attribués à chaque liste, on effectue ensuite la répartition entre les sections départementales, au prorata des voix obtenues par la liste dans chaque département [M 4].

Les conseillers à l’ Assemblée de Corse sont élus au scrutin de liste à deux tours avec dépôt de listes complètes comportant autant de noms que de sièges à pourvoir, sans adjonction ni suppression de nom et sans modification de l'ordre de présentation [M 5]. Le mode de scrutin diffère par la prime à la liste majoritaire qui est de 9 sièges sur 51. De plus, il n’y a pas de section de département et le seuil pour accéder au second tour est de 7 % [M 6].