Élections municipales françaises de 2014

Élections municipales françaises de 2014
les et
Type d’électionÉlections municipales
Postes à élire526 341 conseillers municipaux
Corps électoral et résultats
Population66 000 000
Inscrits45 773 248
Votants au 1er tour29 088 710
63,55 %  +2,5
Votes exprimés au 1er tour94,51
Votes nuls au 1er tour5,49
Votants au 2d tour11 393 554
62,13 %
Votes exprimés au 2d tour96,43
Votes nuls au 2d tour3,57
French party Droite.svgDroite parlementaire
Voix au 1er tour10 201 821
46,38 %
 −1,7
Voix au 2e tour4 567 296
45,65 %
Sièges obtenus105 840 +63 213
French party Gauche.svgGauche parlementaire
Voix au 1er tour8 400 706
38,20 %
 −9,2
Voix au 2e tour4 157 711
41,56 %
Sièges obtenus72 624 +28 385
French party FN.svgFront national
Voix au 1er tour1 073 033
4,88 %
 +3,8
Voix au 2e tour687 370
6,87 %
Sièges obtenus1 600 +1 529
Résultats dans les villes de France métropolitaine de plus de 10 000 habitants, selon les nuances définies par le ministère de l'Intérieur[1].
Les plus grands cercles correspondent aux villes de plus de 100 000 habitants, les cercles moyens aux villes entre 30 000 et 100 000 habitants, les plus petits aux villes entre 10 000 et 30 000 habitants. En raison de leur mode de scrutin particulier, les villes de Paris, Lyon et Marseille ne sont pas représentées.

Les élections municipales françaises de 2014 ont lieu les 23 et pour le renouvellement des conseils municipaux des 36 681 communes françaises. Pour la première fois, les conseillers communautaires représentant les communes de plus de 1 000 habitants au sein des intercommunalités à fiscalité propre sont également élus en même temps et sur le même bulletin, alors que les représentants des communes de moins de 1 000 habitants sont déterminés par l'élection des maires et adjoints.

À l'issue du scrutin, la droite détient une majorité des villes de plus de 10 000 habitants : 572 contre 349 à la gauche. Ce scrutin est une défaite pour la gauche, qui perd 121 villes de plus de 15 000 habitants. L'extrême droite gagne 14 villes, un niveau jamais atteint sous la Ve République.