Élection présidentielle française de 1988

Élection présidentielle française de 1988

(1er tour)

(2d tour)
Type d’électionÉlection présidentielle
Scrutin majoritaire à deux tours
Corps électoral et résultats
Population56 328 052
Inscrits38 128 507 (1er tour)
38 168 869 (2e tour)
Votants au 1er tour31 027 972
81,38 %  +0,3
Votes exprimés au 1er tour30 406 038
Votes blancs et nuls au 1er tour621 934
Votants au 2d tour32 085 071
84,06 %  −1,8
Votes exprimés au 2d tour30 923 249
Votes blancs et nuls au 2d tour1 161 822
Débat(s) (2d tour)
Bundesarchiv Bild 183-1988-0108-059, Paris, Besuch Erich Honecker, Mitterrand (cropped).jpgFrançois Mitterrand – PS
Voix au 1er tour10 367 220
34,10 %
 +8,3
Voix au 2e tour16 704 279
54,02 %
Jacques Chirac mid-eighties.jpgJacques Chirac – RPR
Voix au 1er tour6 063 514
19,94 %
 +1,9
Voix au 2e tour14 218 970
45,98 %
Raymond Barre 1991.jpgRaymond Barre – Sans étiquette[1]
Voix au 1er tour5 031 849
16,55 %
"Les Français d'abord", grand reportage réalisé par Jean-Claude Morin (1983). Jean-Marie Le Pen en meeting (cropped).jpgJean-Marie Le Pen – FN
Voix au 1er tour4 375 894
14,39 %
André Lajoinie.jpgAndré Lajoinie – PCF
Voix au 1er tour2 055 995
6,76 %
Résultats du second tour
  •      François Mitterrand (plus de 60 %)
  •      François Mitterrand (entre 55 et 60 %)
  •      François Mitterrand (entre 50 et 55 %)
  •      Jacques Chirac
Président de la République française
SortantÉlu
François Mitterrand
PS
François Mitterrand
PS

L'élection présidentielle française de 1988 est la sixième élection présidentielle sous la Cinquième République et la cinquième au suffrage universel direct depuis la réforme constitutionnelle de 1962 et se déroule les 24 avril et [2].

Pour la première fois depuis 1965, le Premier ministre en exercice est candidat à l'élection présidentielle[N 1]. François Mitterrand se présente pour la quatrième fois, étant le troisième président sortant à se représenter. Durant son premier septennat, la gauche a réussi à gouverner sur la durée alors qu'elle avait échoué par le passé, notamment du temps du Cartel des gauches et du Front populaire. Ce scrutin permit à la gauche de conserver le pouvoir, montrant définitivement que la Constitution permettait l'alternance politique, mais également à la droite de clarifier sa ligne politique. Ce scrutin marqua durablement la bipolarisation de la vie politique française[3]. De son côté, la gauche s'est convertie au libéralisme économique après la crise de 1981-1983, sans vraiment assumer sa mutation idéologique. La surprise de l'élection fut le score élevé de Jean-Marie Le Pen, frôlant les 15%. Comme en 1974, Arlette Laguiller est la seule femme candidate.

Other Languages