Élection présidentielle française de 1981

Wikipédia:Articles de qualité Vous lisez un « article de qualité ».

Élection présidentielle française de 1981

(1er tour)

(2d tour)
Corps électoral et résultats
Inscrits36 398 859
Votants au 1er tour29 516 082
81,09 %  −3,1
Votants au 2d tour31 249 552
85,85 %  −1,5
Débat(s) (2e tour)
Reagan Mitterrand 1984 (cropped).jpgFrançois Mitterrand – PS
Voix au 1er tour7 505 960
25,85 %
 −17,4
Voix au 2e tour15 708 262
51,76 %
Valéry Giscard d’Estaing 1978(3).jpgValéry Giscard d'Estaing – UDF
Voix au 1er tour8 222 432
28,32 %
 −4,3
Voix au 2e tour14 642 306
48,24 %
Jacques Chirac mid-eighties.jpgJacques Chirac – RPR
Voix au 1er tour5 225 848
18,00 %
Georges Marchais (cropped).JPGGeorges Marchais – PCF
Voix au 1er tour4 456 922
15,35 %
Résultats du second tour
Carte
Président de la République française
SortantÉlu
Valéry Giscard d'EstaingFrançois Mitterrand

L'élection présidentielle française de 1981, cinquième élection présidentielle de la Ve République et quatrième au suffrage universel direct, a désigné, à l'issue des scrutins du 26 avril et du 10 mai[1], le quatrième président de la Ve République française et le premier président socialiste de la cinquième république, François Mitterrand, mettant fin à 23 années de pouvoir de la droite, la plus longue période de continuité politique en France depuis l'Ancien Régime.

Elle a permis l'alternance politique au bénéfice de la gauche, et au vainqueur François Mitterrand, après ses deux échecs précédents en 1965 et 1974, d'exercer le premier de ses deux septennats. Pour la première fois depuis l'établissement du suffrage universel pour cette élection, la présidentielle a eu lieu à l'issue d'un septennat complet du président sortant. Durant son mandat (1974-1981), ce dernier, Valéry Giscard d'Estaing, a pâti d'une politique économique impopulaire dans un contexte de crise. Il est le premier président sortant battu au suffrage universel, en France. Cette élection a été marquée par des affrontements internes virulents. Dans la majorité ont été avivées les tensions entre les partisans de l'ancien Premier ministre gaulliste Jacques Chirac, devenu président du RPR (Rassemblement pour la République) en décembre 1976 et les partisans de Valéry Giscard d'Estaing, issu de la droite libérale. Dans l'opposition, la fin de l'Union de la gauche quelques années plus tôt a ranimé l'antagonisme entre le Parti socialiste et le Parti communiste, l'avantage progressivement pris par le premier étant entériné par cette élection.

Sommaire

Other Languages