Économie du Koweït

Koweït
Indicateurs économiques
Image illustrative de l’article Économie du Koweït
Koweït City

MonnaieDinar koweïtien
Année fiscale1er avril- 31 mars
Organisations internationalesOMC, OPEP
Statistiques
Produit intérieur brut (parité nominale)en diminution 120,4 milliards de US$ (2017, est.)
Produit intérieur brut en PPAen augmentation 291,5 milliards de US$ (2017, est.)
Rang pour le PIB en PPA59e
par tête : 15e
Croissance du PIBen diminution - 2,5 % (2017, est.)
PIB par habitant en PPAen diminution 66 200 US$ (2017, est.)
PIB par secteuragriculture : 0,4 %
industrie : 58,7 %
services : 40,9 % (2017, est.)
Inflation (IPC)1,5 % (2017, est.)
Pop. sous le seuil de pauvretéN/A
Indice de développement humain (IDH)0,9 (2010)
Population active2,695 millions - dont 60 % de non-natifs (2017, est.)
Population active par secteuragriculture : N/A
industrie : N/A
services : N/A
Taux de chômageen stagnation 2,1 % (2017, est.)
Commerce extérieur
Exportations95,46 milliards $ (2008)
Biens exportéspétrole
Importations26,54 milliard $ (2008)
Finances publiques
Dette publique29,6 % du PIB (2009)
Recettes publiques26,1 milliard $ (2010)
Dépenses publiques43,9 milliard $ (2010)
Sources :
https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/ku.html

90 % des recettes publiques du Koweït viennent du pétrole dont la production est assurée par la Kuwait Oil Company et le pays a, en 2005, déclaré avoir l'intention d'investir plus de 40 milliards de dollars dans les 15 prochaines années pour moderniser ses installations dans l'industrie pétrolière. Le Koweït est la troisième réserve mondiale de pétrole (8 à 10 % des réserves mondiales). La première des trois raffineries construites fut celle de Mina al Ahmadi en 1949. Le pays dispose de deux principaux ports et de trois terminaux pétroliers.

Après l'invasion irakienne de 1990 et les destructions lors de la seconde guerre du Golfe, l'économie du pays s'est rapidement reconstruite et connaît une situation financière très favorable. Mais l'économie du pays reste malgré tout fortement importatrice, la faiblesse de la demande intérieure et le manque de main-d'œuvre qualifiée sont autant de défis que le pays devra relever dans les prochaines années afin de préparer au mieux l'après-pétrole.

Sa force de travail compte en 2008 environ 2,225 millions de personnes dont 80 % ne sont pas koweïtiens.

Le tourisme n'est pas encouragé par le gouvernement koweïtien : la vie est très chère, en ce pays, ou presque tout doit être importé. les fortes chaleurs enregistrées toute l'année, et surtout pendant les périodes estivales, ou le thermomètre peut dépasser les 50 ° n'encouragent pas le tourisme, et encore moins le tourisme de masse. La vie urbaine se déroule en une vaste zone industrielle, qui peut paraître déprimante pour beaucoup. Les bâtiments et l'architecture sont récents, et plutôt standards. L'évocation du pétrole, ou du gaz, est partout présente et omniprésente, ainsi que celle des industries.