École nationale supérieure des beaux-arts

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir École des beaux-arts et École supérieure d'art.
École nationale supérieure des beaux-arts
Histoire et statut
Fondation
Type
Directeur
Localisation
Campus
Localisation
Pays
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg
Localisation sur la carte du 6e arrondissement de Paris
voir sur la carte du 6e arrondissement de Paris
Red pog.svg
Chiffres-clés
Étudiants
530[2]
Budget
10,6 millions €[1]
Divers
Membre de
Site web

L’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris (ENSBA), communément dénommée « les Beaux-Arts de Paris », est une école d'art française fondée en 1817. Il s'agit d'un établissement public national à caractère administratif relevant directement de la tutelle de l'État par l'intermédiaire du ministère chargé de la culture. Elle fait partie de l'Université PSL.

Ces beaux-arts étaient au nombre de quatre : peinture, sculpture, gravure, avec l'architecture jusqu'en 1968, date à laquelle le ministre de la culture André Malraux, créa huit unités pédagogiques d'architecture (UPA) réparties sur tout le territoire, en réponse à la crise de l'académisme portée par les conflits politiques. Ce faisant, il brisait l'unité des disciplines des beaux-arts plastiques. Depuis, les unités pédagogiques ont été transformées en écoles nationales supérieures d’architecture (ENSA).

Histoire de l'école

Plan actuel de l'école.
L'entrée rue Bonaparte avec les bustes de Pierre Puget et Nicolas Poussin.

Jalons

L'École est la lointaine héritière de l'Académie royale de peinture et de sculpture fondée en 1648 et qui était l'institution étatique chargée de réguler et d’enseigner les arts en France, jusqu'à sa dissolution en août 1793. Dans l'intervalle ses locaux sont situés au Louvre à partir de 1661. Un corps professoral de douze maîtres enseignants supervisés par des recteurs ou intendants, constitue le dispositif administratif, qui, grosso modo, ne changera pas jusqu'à la réforme de 1863.

Les locaux actuels sont le résultat de l'ordonnance du 24 avril 1816 faisant suite à la création de l'Académie des beaux-arts. Cependant, cinq ans plus tôt, le décret du 24 février 1811 portait déjà sur la construction d'une école des beaux-arts, sans toutefois préciser de lieu. Officiellement, les élèves prennent ces locaux en 1817 et la première pierre des nouveaux bâtiments est posée le 3 mai 1820.

La troisième grande réforme eut lieu en 1968.

En 2017, l'école célèbre ses deux-cents ans par, en autres, l'inauguration de lieux totalement restaurés et l'ouverture d'un musée proposant un parcours sur les traces des élèves d’autrefois[3].

Mission

La situation historique et culturelle de cette école est assez exceptionnelle : plantée au cœeur de Paris, rive gauche et en bord de Seine, elle attire de nombreux élèves artistes venus de toute la France et du monde entier ; elle permet de fait, outre les cours magistraux, des études par immersion et imprégnation directe avec les différentes formes d'expressions artistiques, de par :

  • la présence d'artistes renommés comme professeurs (dit « chef d'atelier ») ;
  • des infastructures pédagogiques (bibliothèque, musée, médiathèque…) ;
  • la proximité de nombreux musées ;
  • l'Académie des beaux-arts en voisine ;
  • les nombreuses et diverses galeries d'art du quartier Saint-Germain ;
  • les lieux de rencontres et de convivialité, les bistros liant les jeunes artistes aux moins jeunes et aux amateurs d'arts ;
  • les milliers d' « ateliers d'artistes » dans Paris et sa banlieue, permettant la rencontre entre étudiants et artistes confirmés en activité ;
  • la présence de jeunes artistes internationaux invités dans l'école.
Other Languages
srpskohrvatski / српскохрватски: École nationale supérieure des beaux-arts